Critique de GN – Le Gang des tarés

Publié le jeudi 28 janvier 2016 dans Critiques de GN

Par

Tags: ,

--

L’auteur de Shadow Island et Tant d’Espace n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. Après nous avoir offert les jeux les plus téléchargés en 2015, Beus nous livre son nouvel opus, le Gang des Tarés, une image d’Epinal de l’enfance.

12512592_10153856827929486_2297241866596103188_n

1947, dans une petite ville du Maine. Une bande de gamins s’amuse dans les Friches. Ils sont sept, sept comme les doigts de la main d’un troll : William « Grand Bill » Chambers, Richie « Grande Gueule » Perkins, Déborah « Fil de Fer » Adams, Mary « Tête brûlée » Stephens, Benjamin « Meule de Foin » Russel, Stanley « l’Artiste » Jacobs et Mark « la Panthère » Halon. C’est ainsi que commence notre histoire. Une histoire de vacances scolaires, un été entier à faire les idiots dans la nature, l’éternité.

Et puis le drame. Dany Jacobs, futur membre du Gang, disparaît sans laisser de trace. Ou presque.

25 ans plus tard, le corps du petit garçon est exhumé lors d’un aménagement urbain. Les plaies se rouvrent et les langues se délient. Tous les anciens membres du gang, dont les vies ont pris des chemins bien différents depuis l’été 47, se retrouvent chez Richie Perkins.

Des thèmes simples

Le jeu repose sur deux enjeux définis dans la note d’intention du jeu : la nostalgie liée aux retrouvailles et la culpabilité. Ce qui c’est passé ce jour-là dans les Friches a laissé une marque indélébile, et chacun l’a géré à sa façon. Ils ne se sont pas revus depuis.

Dès la réception du trombinoscope, on sent que ce GN ne sera pas comme les autres. L’organisateur nous a demandé de lui envoyer une photo de nous enfant. Cet outil nous permet de nous projeter dans la tête des protagonistes. Voilà à quoi ressemble le Gang dans la tête de nos personnages.

Les ateliers en remettent une couche. On s’envoie des balles, des vannes, on fait une veillée pour se raconter des histoires qui font peur. On envoie un maximum de positivité, de bonheur, d’amitié, parce qu’après, il faudra mettre son costume d’adulte, et ça sera une autre paire de manches.

Des vêtements trop grands

L’enfance est un jardin secret que chacun cultive plus ou moins. Personnellement, j’en garde des très bons souvenirs, assez proches de ceux de mon personnage, Richie Perkins. Il fut donc facile de me reconnaître dans ce lien très étroit entre le personnage enfant et le personnage adulte. Dans ma fiche de personnage, deux récits : celui de Grande Gueule, et celui de M.Perkins, l’identité de Richie se trouve à mi-chemin, ou plutôt dans le dialogue entre les deux récits.

Nous sommes des adultes, mais il y a sans cesse, au dessus de nous, le souvenir des gamins que nous avons été. Nous sommes des adultes, mais les relations qui nous unissent sont vieilles de 25 ans. Nous sommes des adultes, mais nous sommes des enfants. Nos vêtements sont trop grands pour cette rencontre, on voudrait laisser la parole aux gamins qui trépignent au fond de nous, mais il y a un sujet grave qui nous en empêche.

12509453_10153856828309486_2445881574084293624_n

Une mise en scène au service d’émotions justes

Des enjeux aussi simples que clairement énoncés et des personnages close to home (proches de soi) sont souvent pour moi le signe de jeux réussis. Parce que ces ingrédients produisent des émotions justes.

Le ton du jeu, donné dans la note d’intention et les ateliers, est sans cesse rappelé, toujours subtilement car Beus est un homme subtil et délicat. L’organisateur interprète un rôle très important, qui accompagne les personnages durant les retrouvailles, et nous pouvons également nous retirer quelques minutes dans une boîte noire (blackbox) pour écouter des enregistrements. Chaque joueur a accès à quatre enregistrements sur son personnage, lié à son enfance, son adolescence ou sa vie d’adulte.

Ces choix de mise en scène sont presque imperceptibles durant le jeu, et pourtant ils participent grandement à l’ambiance et à la narration. C’est ce genre de petites attentions qui différencie un bon jeu d’un très bon jeu selon moi.

Pour conclure, le Gang des Tarés s’organise très facilement. Vous avez besoin d’un après-midi, d’un salon + une chambre, et de sept joueurs qui ont su garder leur âme d’enfant. Il sera bientôt en ligne si on croit les habitudes de partage du bonhomme. Jouez-le.

12508698_10153856827279486_9082401993659638724_n

Nom du jeu : Le Gang des Tarés

Auteur : Beus

Crédits photos : Beus et les parents des joueurs

The following two tabs change content below.
Lila CLAIRENCE

Lila CLAIRENCE

Rôliste et Gniste depuis 2007, j'organise et joue des jeux de formats très différents. Je suis intéressée par le médium dans sa dimension sociale et artistique principalement, ce qui m'a conduite à fréquenter des milieux nordiques et à m'inscrire à la Larpwriter Summer School en 2013. Titulaire d'un Master de Théâtre, je met à profit mon expérience de metteur en scène pour mes GN, et vice-versa. Je suis curieuse et j'aime remettre mes pratiques en question.
Lila CLAIRENCE

Derniers articles parLila CLAIRENCE (voir tous)

13 réactions à Critique de GN – Le Gang des tarés

  1. Merci pour l’article !
    Je m’active pour mettre le jeu en ligne. Mais faudra être un peu patient.

  2. Selon vous, le jeu est il facilement organisable sans l’avoir joué avant ?

  3. Oui. Carrément. Si ça t’intéresse, envoie moi un MP.

  4. Merci Lila pour l’article. Et super l’idée des photos d’enfance !

  5. C’est important de le dire partout mais l’article ne parle pas de la bande son du jeu épouvantable et signée Patrick Bruel. Faut quand même avoir le coeur bien accroché pour subir en boucle pendant les ateliers « on s’était donné rendez-vous dans 10 ans ». Un scandale scandaleux ! Mais à quoi penser le serial auteur à ce moment là?! Probablement un moment de faiblesse dans une carrière jusque là sans faute. C’est moche.

  6. @Sly, il n’en fallait pas plus pour me donner envie de le jouer. Patriiiiick !!

  7. Ce mensonge quand même qu’il essaie de véhiculer le Sylvestre.
    La musique « officielle » du jeu est Anne Briggs.

  8. « Les jeux les plus téléchargés en 2015 », ça fait un peu « vu à la télé »…

  9. Moz jaloux 😉

  10. @MoZ ah mais complètement.

  11. Bientôt un badge « Beus, the atomic mass larp » ?

  12. @Sly, ça te dit d’en réorganiser une session « de louxe » avec des vrais pingouins et quelques flamants roses? ^^

  13. Hello,
    merci pour ce reçit qui donne envie.
    Serait-il possible d’avoir accès au scénario pour en organiser une partie?

    Merci et bon jeux futures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *