Critique de GN : Rebels on the mountain

Publié le lundi 7 septembre 2015 dans Critiques de GN

Par

Tags: , ,

--

« Rebels on the mountain » est un GN international de l’association Terre Spezzate, qui s’est tenu cet été dans les Alpilles italiennes. Il sortait de l’ordinaire par plusieurs aspects, et c’est à cela qu’est consacré cet article.

CONTEXTE

« Rebels on the mountain » avait pour cadre le village italien de Montelupo pendant la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En 1944, l’occupant allemand recule devant les Alliés, le régime fasciste vacille, et plusieurs factions de partisans mènent une guérilla dans le maquis autour du village. Pour les habitants qui vivent dans la peur et la misère, l’heure des règlements de comptes est peut-être venue.

Rebels on the mountain 1

GROSSE PRODUCTION

Le premier aspect sortant de l’ordinaire est la « production ». Le GN se déroule sur un site de plusieurs kilomètres (en réalité un flanc de montagne entier). Les participants avaient à disposition un village complet (aujourd’hui un gîte touristique au look très « années 40 »). Les militaires allemands étaient installés dans un bâtiment éloigné, reconverti en caserne (avec sacs de sable, barbelés, barrière, mitrailleuse…). Le bivouac des partisans, quant à lui, était situé au fond de la vallée. L’équipement utilisable en jeu était également impressionnant, incluant une jeep d’époque et des armes à blanc. Le tout était complété par de la nourriture historique et des détails comme quelques rares tablettes de chocolat et des cigarettes rationnées.

Rebels on the mountain 2

SONO AMERICANO

« Rebels on the mountain » s’appelle en réalité « Ribelli della montagna », et l’italien y côtoyait l’anglais. En effet, pour la première fois en Italie, quelques rôles étaient destinés à des joueurs étrangers, incarnant des américains ou des anglais (prisonniers, agents ou avant-garde des armées alliées). Le nombre de personnages italiens parlant anglais était dosé afin de donner aux joueurs étrangers une expérience de jeu intégrant les difficultés de communication et le dépaysement total. Mentionnons d’ailleurs les efforts faits par les organisateurs pour faciliter la participation de joueurs étrangers : documents de jeu traduits, ateliers bilingues, costumes fournis. Tous les éléments étaient donc réunis pour découvrir l’histoire d’un autre pays que le sien de manière particulièrement instructive.

ATELIERS

Compte tenu du thème très dur du GN, les ateliers étaient particulièrement approfondis, notamment pour les joueurs incarnant des SS. Il était question à la fois d’apprendre à gérer correctement des scènes difficiles (sécurité, respect des joueurs et crédibilité historique) et de surmonter des blocages naturels (salut romain/nazi par exemple). Un autre aspect donnant lieu à des ateliers spécifiquement approfondis était les armes à blanc, car malgré l’absence de projectile, l’utilisation de ce type d’équipement présente des risques : niveau sonore très élevé et projection de gaz chauds.

Rebels on the mountain 3

CEUX QUI OUBLIENT LE PASSÉ…

Mais l’aspect principal par lequel « Rebels on the mountain » se distingue est son positionnement comme acte militant de mémoire historique. Ainsi, un des objectifs explicites de ce GN est de sensibiliser les gens aux événements de l’époque. À cette fin, la communication autour de l’événement a été reprise dans la presse italienne. Une équipe vidéo professionnelle a également intégralement couvert les deux sessions du GN. Les interviews hors-jeu (réalisées avant et après le jeu), en-jeu (les cameramen jouaient des journalistes de guerre) et les images tournées en continu pendant le GN serviront à réaliser un documentaire. Enfin, après le GN, les participants ont pu discuter avec une résistante italienne, venue témoigner de son expérience personnelle des événements de l’époque.

Mussolini

CONCLUSION

Alors que l’organisateur principal n’a pas 25 ans, « Rebels on the mountain » aborde avec maturité une période difficile de notre histoire. Grâce à cela, les moyens importants mis en œuvre par l’association Terra Spezzate ont permis de donner une résonance particulière aux 48 heures de Seconde Guerre Mondiale que les joueurs italiens et étrangers ont vécu à la première personne. Bravissimo !

Pour les anglophones, vous trouverez ici un autre retour sur le jeu : http://www.electro-larp.com/957-larp-review-rebels-on-the-mountain

The following two tabs change content below.
Hoog

Hoog

J'adore le GN, et m'efforce de participer à son évolution en diffusant le plus largement possible les bonnes idées glanées ici ou là. En dehors de ça, ma vie est une joyeuse balade entre terrains de volley et mosh-pits !
Hoog

Derniers articles parHoog (voir tous)

Une réaction à Critique de GN : Rebels on the mountain

  1. Superbe démarche qui semble avoir été superbement concrétisée. Bravo à nos voisins italiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *