Critique de GN : Hell on wheels

Publié le mardi 26 mai 2015 dans Critiques de GN,Slide

Par

Tags: ,

--

« Hell on wheels » (http://howlarp.cz/about) était le premier GN en anglais en République Tchèque. Basé sur la série TV du même nom, il regroupait pendant trois jours une cinquantaine de joueurs d’une dizaine de nationalités dans un village western situé à 100 km de Prague. L’équipe organisatrice proposait d’ailleurs un itinéraire touristique aux joueurs dans la semaine précédant le GN.

L’événement reprenait nombre d’éléments classiques des GN internationaux : approche GNS explicite (ici narrativiste, aussi résumée par l’expression « play to lose »), badges avant le jeu, ateliers (dont une sortie de bus sous forme d’embuscade), mots-clé pour augmenter ou réduire l’intensité du jeu, mort du personnage à la main du joueur, soirée post-GN, etc. Il présentait également un certain nombre de particularités, intéressantes pour les orgas de GN français, sur lesquelles ce court article se concentrera.

HOW EGN 1

CASTING

Tout d’abord, le casting. Plutôt que d’assigner les personnages aux joueurs suivant un questionnaire ou une impression, les organisateurs ont mis en ligne les teasers de tous les personnages (incluant le type d’expérience de jeu associée). Les personnages étaient alors répartis plus ou moins automatiquement suivant le classement établi par chaque joueur. Particularité supplémentaire : environ 10% des personnages étaient doubles : le joueur jouait un personnage différent sur la seconde moitié du GN.

HOW EGN 2

FATE-PLAY

Le jeu était découpé en quatre chapitres, s’enchaînant sans interruption et marqués par une cloche. Les joueurs disposaient d’indications de jeu pour le chapitre, indiqués dans un livret personnel. S’apparentant au « fate-play », ces suggestions étaient un moyen pour les organisateurs d’influencer la direction du jeu, un peu comme les fiches de personnage longues dans un jeu français typique. Elles favorisaient aussi la mise en place de scènes un peu complexes, sans avoir recours aux discussions hors-jeu.

HOW EGN 6

RACISME

Un autre aspect par lequel « Hell on wheels » se distinguait était le traitement du racisme. Plutôt que d’éluder le sujet, ce GN insistait dessus, donnant aux joueurs dont les personnages étaient noirs un vécu particulier. Ils portaient un maquillage spécifique (différent du black-face pour respecter les spécificités culturelles de certains joueurs), les rendant identifiables au premier coup d’œil. Tous les joueurs étaient sensibilisés aux comportements racistes (heureusement peu naturel pour la majorité des GNistes !) dans un atelier pré-GN. Enfin, les codes sociaux étaient concrétisés par certaines interdictions et des pancartes.

HOW EGN 5

VIOLENCE

Point suivant : la violence physique. Comme dans pas mal de GN nordiques, le corps-à-corps était ici simulé grâce au « stage-fighting », ou combat de spectacle. Il y a du contact, mais les gestes sont adaptés pour éliminer le risque de se faire mal. On se jette par-terre, on se roule dans l’herbe, on donne des coups de poing « de film », etc. Quelques techniques simples permettent ainsi d’avoir des combats à mains nues visuellement intéressants, immersifs et sans danger. Par ailleurs, des combats de boxe étaient organisés dans un des saloons. Avec les gants, l’interdiction de frapper à la tête et des coups retenus, les participants volontaires pouvaient boxer « pour de vrai ».

HOW EGN 4

Les armes à feu étaient ici des armes à blanc, utilisant de la poudre noire. Très impressionnantes, tant visuellement que par le son et l’odeur, elles nécessitent des précautions strictes pour éviter tout accident (brûlure, acouphène…). Tous les joueurs ont donc participé à un atelier pré-GN, mêlant démonstrations, sensibilisation et entraînement. Mentionnons aussi l’emploi d’un canon (également à poudre noire) et de gros pétards simulant la dynamite. Cet équipement est une des raisons pour lesquelles toute consommation d’alcool était interdite sur le GN.

Un des clichés du western volontairement intégré par les organisateurs était les duels au revolver. Lors de la classique phase d’approche et d’observation entre personnages, les joueurs indiquaient à leur adversaire leur niveau de compétence (ou éventuellement leur volonté de rater leur cible) en plaçant leurs mains d’une certaine manière. Les deux joueurs connaissaient ainsi le vainqueur sans avoir à recourir à une interruption hors-jeu. Cette méta-technique élégante est aisément adaptable à d’autres contextes.

HOW EGN 3

T-SHIRT

Dernier point : le t-shirt ! C’est un détail, mais pour une augmentation modique de la PAF (probablement 5 € environ), les joueurs sont repartis du GN avec un super souvenir.

HOW EGN 7

CONCLUSION

En conclusion, si « Hell on wheels » reprenait certaines formules classiques du western et du GN international, il présentait quelques particularités intéressantes, contribuant à créer une expérience de jeu intense et divertissante.

HOW EGN 8

Photographe : Tomas Flankey Felcman as EXPit thru lens

The following two tabs change content below.
Hoog

Hoog

J'adore le GN, et m'efforce de participer à son évolution en diffusant le plus largement possible les bonnes idées glanées ici ou là. En dehors de ça, ma vie est une joyeuse balade entre terrains de volley et mosh-pits !
Hoog

Derniers articles parHoog (voir tous)

3 réactions à Critique de GN : Hell on wheels

  1. Splendide ! Merci Hoog pour cette présentation. Ce GN élève le genre au rang d’art, fut il modeste. ça fait envie 🙂

  2. et de bien belles photos !…

  3. Ouais les photos sont assez incroyables ^^
    Je ne peux que vous encourager à sauter tenter l’aventure du GN à l’étranger !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *