Créer des dynamiques de groupe entre vos personnages – Partie 2

Publié le vendredi 30 août 2013 dans Articles

Par

Tags: , , , ,

--

Dans la première partie de cet article, nous avons décrit ce qu’était une dynamique de groupe, pourquoi en créer, et nous avons commencé à voir le comment. Ici, nous allons continuer l’exercice et illustrer l’article par un exemple en écrivant un morceau de GN, comme en vrai.

Les vieux dossiers

Vous pouvez donner aux joueurs, par exemple dans leur backstory, des exemples de situations passées où le groupe a eu à gérer un enjeu. C’est un bon moyen de réfléchir à la façon dont les personnages réagissent, mais également un excellent outil pour rebondir sur les situations qui auront lieu pendant le GN.

Lorsqu’un enjeu survient et qu’il rappelle un souvenir commun au groupe, certains personnages ne manqueront pas de rappeler l’événement, particulièrement s’ils gardent un ressentiment suite à cette histoire.

 De-Lijn-fourmis-wepulp-610x338

La projection

Envisager l’après/le but commun/les aspirations personnelles

Un groupe de personnages sera amené à se côtoyer s’ils ont de bonnes raisons de le faire. Si vous donnez à vos personnages des désirs trop éloignés les uns des autres, ils auront du mal à rester proches durant le jeu. Une ligne de désir commune est une solution extrêmement efficace pour les maintenir groupés.

On fait parfois l’erreur de croire que cela conduira les personnages à être trop identiques, à ne pas pouvoir être des héros de leur propre histoire. Mais pensez bien que deux personnages peuvent avoir un désir commun pour des besoins différents. Ils peuvent également avoir une vision tout à fait différente du monde et de l’objet du désir. C’est assez évident lorsque l’on pense à un groupe de pirates associés pour trouver un trésor et cependant en désaccord complet sur qui méritera de le garder.

Envisagez les buts communs de votre groupe. Pourquoi sont-ils ensemble ? Risquent-ils de se séparer après le début du GN ? Peuvent-ils dire ce qu’ils feront plus tard ? Qu’est-ce qui pourrait les séparer alors ? Quelles sont leurs craintes pour l’avenir ? Quelles aspirations personnelles rentrent en conflit avec le but commun ?

Pensez également à l’équilibre des enjeux. Si un de vos personnages pense pouvoir sauver le monde, il se désintéressera de l’objectif de son ami, qui cherche sa sœur perdue.

 

L’enjeu immortel

 

Régulièrement, dans les séries télévisées, il existe un enjeu supérieur, qui ne trouvera sa résolution que très tard dans l’histoire. D’autres enjeux en découlent, mais celui-ci reste préservé, constamment remis sur le tapis. Il s’agit bien souvent d’une histoire d’amour. On peut penser aux duos Ross/Rachel dans Friends, à Ted/Robin dans les premières saisons de How i met your mother. On peut également penser aux mangas où malgré de nombreuses aventures, la vengeance finale n’est jamais accomplie car le héros affronte des sbires par milliers sans jamais rencontrer le méchant. J’aime l’exemple vu et revu en GN de l’histoire d’amour impossible où les jeunes amoureux essayent sans relâche de convaincre le père de la fille, mais celui-ci trouve toujours un prétexte nouveau pour refuser. Une dynamique ultra efficace.

Trouver un enjeu immortel pourra servir sur un jeu dans lequel le groupe de personnages sera confronté à plusieurs histoires, plusieurs épreuves ou lors d’un jeu en plusieurs épisodes. Il sera également un formidable moyen d’utiliser une dynamique de groupe qui fonctionne et ne cesse jamais d’être alimentée.

L’important est que chaque événement ramène le groupe à sa situation initiale ou à une situation similaire. Dès lors, la dynamique ne sera jamais altérée que provisoirement.

Essayons maintenant de réfléchir à un groupe et à la façon dont ils pourront interagir entre eux.

Exemple de création de dynamique de groupe – Le tournoi des archers.

Nous allons choisir comme contexte un tournoi de tir à l’arc dans une ambiance médiévale fantastique. Un archer désormais trop vieux pour concourir va inscrire sa fille de 16 ans et un jeune garçon de 13 ans qu’il a rencontré en chemin et dont il admire le talent.

Dans ce jeu, le tournoi sera une première partie. Durant la seconde partie, l’armée d’un royaume voisin va investir la ville en passant un accord avec le seigneur local. Les joueurs, tous habitants ou de passage, vont devoir décider s’ils laissent faire ou non.

 bd_thorgal_kriss-de-valnor

Point de vue moraux

Sur les différents thèmes et enjeux qui pourrait apparaître.

 

Zehir, le vieil archer

La ville : Il se méfie de la ville et de ses habitants. Il a vécu des choses difficiles et veut en préserver les enfants

Le talent de Esteban : Ce garçon a beau avoir des dons, il est encore jeune et trop impulsif

La guerre : La guerre est loin et c’est très bien comme ça. Les hommes sont fous.

Yina, la fille disciple

La ville : Elle a été préparée toute sa vie pour ce concours. La ville n’impressionnera pas la future championne. Rien ne saurait lui faire peur.

Le talent de Esteban : Ce garçon ne peut pas rivaliser avec elle. Elle s’est entrainée trop dur, ce serait injuste.

La guerre : Un guerrier en armure, c’est lourd et lent. Ce ne doit pas être bien dangereux.

Esteban, le jeune prodige

La ville : Rien ne le préparait à ça. La ville est pleine de merveilles qu’il veut explorer.

Le talent de Esteban : Il vient d’apprendre qu’il était doué. Toucher une mouche avec un arc, c’est pourtant à la portée du premier venu.

La guerre : C’est ça qui est arrivé au village ? C’est pour ça qu’Esteban a dû s’enfuir ? Ses parents lui manquent.

 thorga

Comportement social

Comment ce personnage réagit face à un problème nouveau, face à une bonne nouvelle ?

Zehir, le vieil archer

Zehir est mystérieux, bougon, taciturne.

Il se laisse rarement aller à des explosions de joie et reste réservé souvent.

Zehir s’est battu, il y a laissé sa santé. Aujourd’hui, il est sage et résolu à éviter les problèmes. Il sait comment réagir avec les adultes et comment calmer les deux adolescents. Mais est-ce que cela ne le conduit pas à être parfois lâche, lui qui était si courageux.

Yina, la fille disciple

Zina sait tout, elle est fière et orgueilleuse.

Elle cache mal ses sentiments face à la ville qu’elle voit pour la première fois et en fait trop pour impressionner le jeune Esteban. L’avis de Zehir sera toujours écouté et elle ne désobéira que dans de très très rares occasions.

Esteban, le jeune prodige

Esteban est espiègle, spontané et jovial.

Il ne cache rien des ses sentiments, s’emporte pour un rien, que ce soit parce qu’il est enthousiaste ou parce qu’il cède à la colère. Il n’est jamais sérieux et prendra tout à la rigolade à l’exception de la mort des gens de son village.

bd_thorgal_004

Statut social

Qui sait faire quoi ? Pourquoi ce personnage est-il indispensable au groupe ? Sait-il quelque chose que les autres ne savent pas ? Qui l’aime, le respecte ? Qui patiente et cherche la première occasion pour s’en prendre à ce statut ?

 

Zehir, le vieil archer

Zehir est le seul qui sait se débrouiller en ville. Il paye, connaît les gens, sait les coutumes. Il peut en imposer à un adulte. Yina l’écoutera toujours avec le plus grand sérieux. Esteban fera ce qu’il dit plutôt que de le peiner, même s’il pourra protester un peu.

Yina, la fille disciple

Yina a appris des choses de son père. Quand il n’est pas là, c’est elle qui sait. Elle connait les arcs et sait comment s’entraîner. Elle sait aussi tout des archers et du règlement du tournoi.

Elle est maligne et débrouillarde. Elle saurait mentir à un adulte.

Esteban, le jeune prodige

Esteban ne sait pas grand-chose à part tirer à l’arc. Il sait cependant à quoi ressemblent les hommes qui ont attaqué son village et l’ont obligé à fuir. Il n’en parle pas ou alors très brièvement. Il ne connait rien des adultes ni de la ville. Il fera toujours le pire choix possible et se créera des problèmes.

Kriss-Valnor

Les vieux dossiers

Lors du trajet pour arriver à la ville, Esteban a cassé l’arc de Yina lors d’un entraînement. Cela signifie qu’il va falloir le faire réparer, mais aussi que Yina va pouvoir le lui reprocher à chaque fois qu’elle le voudra. Esteban prétendra que c’est elle qui lui a dit de le bander le plus fort possible et que ça ne serait pas arrivé si ça n’était pas un arc de fille.

 

La projection

 

Envisagez les buts communs de votre groupe. Pourquoi sont ils ensemble ? Risquent-t-il de se séparer après le début du GN ? Peuvent-ils dire ce qu’ils feront plus tard ? Qu’est ce qui pourrait les séparer alors ? Quelles sont leurs craintes pour l’avenir ? Quelles aspirations personnelles rentrent en conflit avec le but commun ?

Ils sont ensemble parce qu’il veulent remporter le tournoi des archers.

Ils ne se sépareront que si Zéhir est d’accord. Il a l’argent, Yina est sa fille, il doit les entraîner. Ils n’ont pas de choses à faire seuls en ville.

L’avenir est soumis à la question : Qui gagnera le tournoi ?

Si Esteban gagne le premier prix du tournoi, il pourrait vouloir offrir l’argent à ceux qui lui ramèneront la tête de ceux qui ont tué ses parents.

Si Yina gagne, elle pourrait vouloir s’engager comme archère.

Zéhir voudra rentrer chez lui avec les enfants quoi qu’il arrive.

Esteban pourrait se moquer du tournoi s’il découvre en ville les assassins de ses parents.

Zéhir pourrait choisir de fuir la ville plutôt que de se mettre des gens à dos. Même si les enfants sont à deux doigts de remporter le tournoi.

 

L’enjeu immortel

 

Comment pourrait on tourner les choses pour espérer créer un enjeu immortel avec ce groupe, capable de survivre au GN, peut-être même de perdurer durant toute une campagne de plusieurs jeux ?

Le plus évident me semble être de créer entre Yina et Esteban une attirance/répulsion. Ils se détestent et se chamaillent tout le temps mais s’apprécient en vérité. De plus, ils ne sont pas frère et sœur et sont adolescents. Même après la fin du tournoi et s’ils ont réussi à remporter la victoire en s’alliant, cela ne veut pas dire qu’ils sont prêts à s’avouer qu’ils se plaisent. On est encore très loin d’une relation amoureuse.

Conclusion

 

La conception d’un GN passe bien souvent par la rédaction de la backstory. L’histoire passée est travaillée pour nourrir le présent. On se concentre aussi souvent sur ce que chaque personnage va vivre. J’aime pour ma part travailler les personnages en réseau (cf. méthode eXpérience), pour éviter que chacun ne joue dans son coin en utilisant les autres comme décor.

Ici, ces questions peuvent à mon avis permettre de renforcer la cohésion d’un groupe existant, mais aussi vous convaincre d’essayer de travailler les personnages immédiatement les uns par rapport aux autres. Donner une personnalité à chaque personnage sans se soucier des autres et de la dynamique ne donnera pas forcément quelque chose de facile à utiliser, tandis qu’un groupe dont le fonctionnement social est évident pour tout le monde va pousser les joueurs à se relancer et s’impliquer sans cesse, créant du jeu à partir de tout ce qui se trouvera sur leur chemin.

The following two tabs change content below.
Baptiste CAZES
Baptiste est Gniste depuis maintenant 15 ans, et a commencé par jouer des scénarios maison avec des amis sans vraiment avoir idée de ce qui se faisait autour. C'est plus tard qu'il a pu découvrir ce qui se faisait un peu partout dans le monde et continuer sans cesse de découvrir de nouveaux horizons. Il aime écrire des scénarios et vous pourrez en découvrir certains sur le site www.murder-party.org (Silence on meurt, Plan social). Persuadé que le GN est un art à part entière, Il a écrit un mémoire sur les jeux Grandeur Nature et veut promouvoir les partenariats inter-associatifs pour que notre loisir trouve un jour la place qu'il mérite. Il a l'honneur d'avoir été le Président de la glorieuse FédéGN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *