Journal d’un orga GN « Le Village »

Publié le lundi 30 avril 2012 dans Articles

Par

Tags: ,

--

Loin des considérations ontologiques sur les ressorts du récit, je souhaitais me placer au ras des pâquerettes pour présenter l’expérience de l’organisation d’un GN med-fan de petite taille.

Les Légendes d’Espigoule est une association qui joue en Provence dans le monde de Tolkien, depuis 10 ans. Nous organisons, par choix d’une ambiance conviviale, du confort et de la bonne bouffe et surtout par une volonté farouche d’éliminer le hors-jeu de notre vocabulaire, des GN pour 30-40 personnes.

Voici donc, sous la forme d’un journal, une manière de présenter l’engagement d’un orga et les outils que nous avons mis en œuvre sur ce GN. Une vision subjective d’un GN, du côté obscur.

L_oeil_de-Lou_Batas.jpg

L’oeil de Lou Batas

                       
Fin Avril 2011

Le GN « Mordor ou d’Argent » vient de finir. L’équipe est fatiguée mais globalement satisfaite d’un GN dont les joueurs semblent heureux et d’une bonne ambiance dans un groupe orga soudé et efficace. Reste pour moi, coordinateur, à régler la comptabilité de ce GN, débriefer avec l’équipe, ranger, me reposer.

                       
Fin Mai 2011

Ça y est mon cerveau commence à se remettre à voguer sur de nouveaux flots. Des lectures et des films m’inspirent des situations ou des personnages intéressants à jouer. J’ouvre un post sur le forum orga de l’association pour y déposer ces idées au fur et à mesure de leur apparition.

Dans les mois suivants, je me nourris de tout pour penser le prochain GN : les GN’s auxquels je participe, les discussions avec Seb, co-auteur des GN Espigoule, l’actualité ou encore electro-GN.

ivanov_le-philosophe.jpg

Ivanov le philosophe

                       
Début Août 2011

Visite d’un site de jeu potentiel jusqu’alors jamais utilisé pour du GN.

Les contraintes : 35 couchages, pas de possibilité d’ajouter des tentes, prix élevé, aspect moderne prononcé.

Cette visite finit d’orienter les idées pour le GN à venir : il faut qu’un maximum de joueurs en profite, une équipe orga restreinte, une vie de village.

                       
Fin Août 2011

Suite à quelques discussions avec Sébastien qui organisera ce GN avec moi comme d’habitude, on fixe les dates, le nombre d’orgas et le nombre de joueurs, la durée, un titre et les principes généraux du GN ainsi que ses liens avec les précédents GN de l’association.

On fixe les éléments suivants :

– le GN se passe autour d’une vie de village, dans un village isolé d’hommes reclus, ambiance paranoïaque et Cthulhienne

– l’utilisation de Larpwriter, satisfaisante sur le GN précédent, va permettre de construire des relations complexes entre personnages et de faire tenir le GN sur ces relations

– une part des personnages sont des personnages récurrents qui arrivent de l’extérieur, les autres sont des villageois dont on va écrire le personnage (jusqu’alors on laissait aux joueurs le soin de créer leur personnage)

– on va jouer avec la notion de contrôle social, typique des sociétés fermées, des petits villages

– on fait un GN sur invitation pour s’assurer que l’investissement que l’on va consacrer à l’écriture de ce GN ne soit pas dilapidé dans l’arbitraire des inscriptions ouvertes. C’est aussi une première pour nous.

On ouvre une section spécifique à accès restreint sur le forum de l’association.

orgas.jpg

Organisateurs

                       
Mi Septembre 2011

L’équipe orga est constituée en deux coups de fil et un apéro. Nous sommes cinq orgas répartis à Marseille, Gap et Grenoble, tous avec une vie de famille et un travail.

On a rédigé une fiche d’inscription constituée notamment d’un questionnaire permettant de définir les caractères que les joueurs souhaitent que l’on attribue à leur personnage. Cette fiche est distribuée lors d’un GN d’une association proche et envoyée à ceux que nous souhaitons inviter et qui ne sont pas présents à ce GN. Il y a 50 invités. Les inscriptions se font sur l’interface de Larpwriter.

On décide d’introduire une grosse dose de « Paranoïa » dans ce GN. Le Village devient un monde dans lequel les villageois sont enfermés et surveillés… avant tout par eux-mêmes.

                       
Mi Octobre 2011

Les inscriptions sont closes après quelques relances auprès de ceux qui avaient manifesté leur envie de venir sans faire la démarche de s’inscrire. C’est un record pour nous, d’habitude on court après les inscriptions pendant des mois.

Les orgas sont tous inscrits sur Larpwriter. On bosse essentiellement par téléphone avec Sébastien et sur le forum de l’association pour poser et échanger des idées.

La structure générale du GN est posée :

– le Village est rattaché à la campagne en cours par un événement du lointain passé qui va permettre aux joueurs récurrents d’y trouver un artefact important

– le Village est totalement isolé du reste du monde dans lequel nous jouons habituellement par un cercle de magie, nous rédigeons les éléments d’un monde différent de celui que les joueurs connaissent : des légendes, une cosmogonie, des dons surnaturels, des sociétés secrètes, des règles de vie.

petoule_le_heros.jpgPétoule, le héros

                       
Novembre 2011

Les échanges par forum sur l’histoire et les éléments de contexte de notre Village continuent.

Pendant ce temps-là, je travaille sur la rédaction des backgrounds des personnages « extérieurs ». Il s’agit surtout de leur rappeler les épisodes précédents et de les faire rentrer dans le prochain GN par un texte qui les mette dans l’ambiance et leur donner les quelques éléments qu’ils ont en leur possession (ils vont à l’aventure derrière un cercle magique ayant isolé une portion du territoire depuis des siècles). Chacun des 10 personnages a des relations privilégiées avec plusieurs autres. Ces relations sont détaillées dans le background.

                       
Fin Décembre 2011

La période de Noël a été favorable à l’avancée du travail sur ce GN. Un première version des backgrounds a été envoyée à tous les joueurs, pour les personnages récurrents ce sera une version définitive. Tous les éléments sur la cosmogonie du Village, son fonctionnement interne, les règles de vie, la justice, les normes sociales… sont rédigés.

Une réunion physique a permis d’avancer sérieusement avec Sébastien sur les éléments scénaristiques de ce GN. Chaque villageois appartient à une société secrète, ces sociétés secrètes ont des objectifs que l’arrivée des « extérieurs » va faire évoluer. Un système « d’artisanat » (les adeptes de Wow diraient « farming ») va être développé pour créer une vie de village.

                       
Mi Janvier 2012

N’arrivant plus à travailler de manière efficace, à distance, sur le scénario, nous créons un document de synthèse, commun, sur GoogleDoc. Il nous arrivera de nous trouver à rédiger à 3 en même temps sur ce document et à utiliser les fonctions de « tchat » de GoogleDoc.

Le scénario est désormais formé de 2 parties :

      les éléments relatifs au monde que nous avons créé : le Village. Ces éléments sont réintégrés dans Larpwriter sous forme de documents qui sont affectés aux joueurs selon leur niveau de connaissance

        les éléments scénaristiques sous forme d’événements et de quêtes. L’ensemble du GN est découpé en 20 quêtes et événements.

Dans le forum est créé un « post-it » dans lequel est listé l’ensemble des choses à réaliser (matériel à créer, matériel à acheter, matériel à récupérer, les différents éléments scénaristiques à rédiger, les documents à produire pour qu’ils soient mis en jeu. Une date limite de réalisation est affectée à chacun de ces éléments. Chaque orga se voit affecter au moins 1 tâche.

                       
Fin Janvier 2012

3 quêtes sur 20 sont finalisées. Les éléments de jeu et matériels se rapportant à ces quêtes sont produits. La coordination se fait au travers du forum, chacun indique régulièrement ce qu’il a fait, pose des questions pour affiner les choses.

                       
Début Février 2012

Second envoi des backgrounds aux joueurs « villageois », on met dans ces backgrounds tous les éléments de jeu sur le fonctionnement du Village. Nouveau week-end de travail en commun avec Sébastien. On finit de caler les principes de déroulement des différentes quêtes.

                       
Mi Février 2012

On avance sur la rédaction des différentes quêtes et la production d’éléments de jeu mais on commence à voir arriver les galères : l’achat d’un ballon à l’hélium n’est pas si facile que prévue, on commence à prendre du retard sur le planning prévu.

On finit de poser le principe des quêtes permettant de conclure l’histoire de ce GN : on prépare 4 conclusions possibles, plus ou moins compatibles. Dès que les éléments écrits et matériels de jeu d’une quête sont finis, une nouvelle tâche est donnée à l’orga qui vient de finir.

                       
Fin Février 2012

Par des relectures croisées on nettoie un peu le scénario et les éléments de jeu des erreurs mais il nous reste une dizaine de quêtes à rédiger. On est manifestement en retard.

Le niveau de stress monte d’un cran dans l’équipe orga. On est pas loin de la panique. À partir de là, tout mon temps hors travail est consacré à la préparation du GN. On prend la décision de laisser tomber toutes les quêtes qui ne sont pas encore rédigées et qui ne sont pas indispensables. Mag (orga cuisine) commence les courses et les plats congelés.

                       
1-4 Mars 2012

Les dernières quêtes sont rédigées. Je profite d’un long déplacement professionnel en train pour boucler (qui a dit bâcler ?) les 3 dernières quêtes manquantes. Je commence à grignoter sur mon temps de travail pour finir ce GN.

Le système d’artisanat est finalisé. Chaque joueur villageois a des objectifs de production de biens agricoles ou artisanaux. Les quêtes sont traduites en objectifs pour chaque personnage et en éléments de jeu. Ces éléments sont intégrés à chaque fiche de personnage sur Larpwriter. Un dernier envoi des backgrounds, enfin complets, est fait.

toumas_estraillasse.jpgToumas Estraillasse

                       
Dernière semaine

Je prends un jour de congé en plus du Vendredi consacré à l’installation du site.

On finit tous des éléments de jeu, costumes, matériels à l’arrache.

J’imprime tous les éléments nécessaires à chaque joueurs (les background -de 4 à 30 pages-, les éléments de règles, les éléments de jeu, …) et les glisse dans une enveloppe qui sera distribuée à chaque joueur à leur arrivée sur site. J’imprime le scenar et le relie : le document fait 90 pages.

Je fais le point sur les questions administratives (plus de la moitié des joueurs n’ont pas payé leur assurance 1GN).

Un joueur nous aide à simplifier et reformuler le système d’artisanat, pas clair dans sa première version.

On court après les derniers éléments, notamment une bouteille d’hélium qui va nous permettre de gonfler le ballon – Oeil flottant.

Le niveau de stress de l’équipe est a son maximum.

                       
Vendredi 9 mars

Chargement du camion à Marseille, de 2 voitures pleines à Gap. On est sur place à partir de 13 heures, état des lieux avec la responsable du gîte qui nous conseille de demander à nos adhérents de quitter les chaussures pour monter dans les chambres …

1 PNJ et quelques joueurs nous filent la main pour installer le site, installer et ranger une salle orga, déterminer l’aménagement du gîte (chaque zone du gîte sera 1 maison familiale du Village), camoufler les éléments trop manifestement modernes ou criards du gîte, répartir des éléments de jeu dans la colline, transformer un ballon à l’hélium en Œil géant, finir de bricoler les éléments de jeu.

Après l’arrivée du dernier orga, on cale une scène de spectacle (son et lumière autour de l’Oeil) et on déroule les événements et quêtes du GN ainsi que le rôle de chacun. Avant d’aller me coucher j’écris le briefing du lendemain.

                       
Samedi 10 mars

Lever 8h00, derniers préparatifs, distribution des enveloppes et des éléments de jeu aux joueurs, placement des joueurs dans le gîte, mise en place de ressources pour les systèmes d’artisanat partout sur le site, finitions à la peinture de golems en mousse, rangement des éléments modernes qui traînent sur le site. Le temps passe trop vite, advienne que pourra. Le briefing des joueurs commence à 11h00 après l’arrivée des derniers retardataires.

                       
Début du jeu

Selon la structure que nous avons adoptée, nous ne sommes plus que de simples villageois parmi les joueurs. Nous ne maîtrisons plus grand chose. Tous les éléments de jeu sont dans les mains des joueurs. Nous n’avons plus qu’à suivre ce qui se passe, les empêcher de perdre leur temps, répondre à leurs questions inquiètes, distiller des infos qu’ils n’ont pas bien saisies, courir faire le monstre ici, courir faire l’esprit invoqué là, courir ailleurs poser un élément de jeu qui aurait dû y être, jouer un peu, essayer de comprendre ce que tel groupe veut faire, va faire, tenter d’anticiper, attendre 2 heures un groupe de joueurs qui devait partir au moment où l’on a anticipé leur déplacement. Ne pas s’asseoir… c’est trop dangereux.

Mais parfois, on ne peut pas s’empêcher. On s’arrête de penser et on regarde les joueurs jouer. Par tous les Valars, ils sont forts !

trombi10.jpg

Le trombinoscope

                       
Samedi soir 2 heures

Les joueurs se sont donnés comme des fous toute la journée mais les trois quarts de ce que l’on a écrit n’a pas été vu par les joueurs. Il nous faut trouver une porte de sortie pour Dimanche. Tels qu’ils sont partis, la fin du jeu n’est envisageable que Mardi ou Mercredi. Après 30 minutes, on a dégagé une idée et 2 éléments de jeu à sortir Dimanche matin. On laisse une poignée de joueurs à l’auberge, ils joueront encore quelques heures.

                       
Dimanche

Ça marche, les éléments qui vont nous permettre de nous en sortir sont en jeu, ça réagit au quart de tour. Les « extérieurs » vont pouvoir repartir du Village avec l’artefact qu’ils étaient venus y chercher. L’histoire trouve une conclusion. Quant aux Villageois… ils pourraient rester jouer pendant une petite semaine. D’ailleurs, quand on annonce la fin du jeu, on essuie des récriminations : « Mais, c’est pas possible, on vient de commencer ». Il est 14 heures.

On quitte le site à 18h00, derniers mohicans, après une inénarrable galère de nettoyage de gîte.

                       
Épilogue

15 jours après ce GN, les comptes sont quasiment finis, les débriefings finissent doucement sur le forum, des photos ont été mises en ligne ainsi qu’un film de débriefing. Il y a une semaine, j’ai ouvert sur le forum le topic « Prochain GN »… C’est reparti !

                       
Après l’action, …, la réflexion

Qu’avons nous appris de ce GN ?

1/ Les outils utilisés sont globalement satisfaisants et nous n’hésiterons pas à les réutiliser.

– Le forum n’est manifestement pas le meilleur outil pour écrire à plusieurs mains le scénario, notamment parce qu’il ne convient pas à tout le monde. On a donc dû basculer sur des entretiens par téléphone et des réunions physiques. Mais pour écrire un scénar à 300 km de distance, il faut multiplier les outils.

– Larpwriter rend de très grands services pour l’envoi automatique de background et pour la gestion des inscriptions, des personnages et des informations dont ils disposent. Restent quelques pièges qui conduisent à la diffusion malencontreuse d’informations confidentielles. Nous continuerons à utiliser cet outil ne serait-ce que parce qu’il pousse à construire des interactions nombreuses entre les personnages.

– GoogleDoc, une découverte pour moi que j’ai déjà transféré dans ma pratique professionnelle (de l’intérêt socio-économique du GN) et que je réutiliserai dés que nécessaire.

2/ La forme adoptée pour ce GN où l’on a donné tous les éléments de jeu aux joueurs dans leurs backgrounds a beaucoup plu aux joueurs. Nous n’hésiterons pas à la reproduire. Les joueurs ont particulièrement apprécié l’idée selon laquelle nous, orgas, nous retrouvions au début du jeu avec le même statut qu’eux : de simples villageois qui ne savent pas plus qu’eux ce qui va se passer.

3/ La masse de scénario produit, en revanche, est une erreur. Nous nous sommes épuisés à produire du scénario, des quêtes, des énigmes, des scènes, dont prés de 80% n’ont pas été jouées. Le jeu ne s’est interrompu à aucun moment, pour personne. Ces 80% de scénario non joués n’auraient pas pu être joués dans le temps imparti. En même temps, nous ne pouvions savoir ce qui allait être joué et n’avions que peu de moyens d’orienter le jeu. Dans ces cas-là, quelle quantité de jeu est nécessaire ?

4/ Le nez dans le guidon, nous n’avons pas pris le temps de relire à tête reposée l’ensemble du scénario. C’est une grosse erreur. Lire ce scénario après l’avoir laissé reposer quelques semaines nous aurait permis d’y débusquer les bugs, mais aussi de prendre du recul et d’arriver plus détendus sur le GN. Arrivera-t-on à le faire la prochaine fois ?

Pour compléter, 2 liens :
le site d’espigoule : www.espigoule.org
le debrief joueur en vidéo : http://youtube.com/v/pmmrw4LinNE

The following two tabs change content below.

Olivier CHANDIOUX

Rôliste depuis toujours et GNiste depuis plus de 15 ans, Olivier a créé l'association Les Légendes d'Espigoule en 2002, en réaction à quelques frustrations de joueur... et à la mort de son téléviseur un soir d'orage. Depuis, il n'a pas eu à racheter de télé, a pris la bonne habitude de fouiller les poubelles, a rencontré sa compagne sur un terrain de jeu, disperse du matos de GN dans toute leur maison, et commence à penser aux GNs suivants alors que celui en cours d'organisation n'est pas encore passé. En bon sudiste un peu casanier, il a encore un pied fermement ancré dans la médiévie-fantastico-bourisnesque. Mais, ayant longtemps considéré qu'un bon GN ne pouvait rassembler plus de 70 personnes, il s'est mis à très rapidement à expérimenter le potentiel narratif du GN. Electro-GN a accéléré chez lui l'envie d'expérimentation.

Derniers articles parOlivier CHANDIOUX (voir tous)

7 réactions à Journal d’un orga GN « Le Village »

  1. Être orga, c’est un beau métier. 🙂

  2. Quand on part sur le principe que les joueurs seront largués dans le scénario sans influance des orgas dès le départ et pendant tout le jeu, on n’en écrit jamais assez. Forcément, tout ne sera
    pas joué, mais si on ne prépare pas assez de quêtes on court le risque que certains joueurs s’ennuient. 

    Après, c’est sûr que si 80% n’est pas joué, c’est dommage. Faut dire que quand les joueurs sont bons, ils génèrent eux-même du jeu ! 

  3. Et… franchement, j’n’aurais pas regretter de jouer encore jusque mardi 😉 C’est donc ça le coup de fouet du dimanche matin! MDR

    Bon, moi, si vous le voulez bien, je suis partante pour un autre… ^^

    La bise, et merci pour votre vision du GN! 🙂 J’adore!

  4. Je ne suis pas du tout étonné par de compte-rendu.

    N’est pas une des spécialités des « Légendes d’Espigoule » que de faire des scénarios aux petits oignons, des Back de 30 pages qui au final ne seront pas forcement
    utilisés ?

     

    Il faut être honnête, lâchez 8 espigouliens dans n’importe quel monde, du moment qu’ils sont en costume, ils seront toujours en-jeu, et ils ne lâcheront plus leur perso, pour le
    meilleurs et pour le pire (surtout pour le pire ?)

     

    Mais, á mon humble avis, la raison de cette qualité de jeu (oui je parle bien de qualité !) est que les joueurs de ces Gns, sont habitués á jouer dans un monde bien écris,
    avec des scénarii vraiment fouillés mais sans jamais être contraint dans leur liberté d’interprétation.

     

    C’est la le grand Art de ces Orgas Espigoulien. Donner tous les éléments permettant une immersion complète dans un monde complexe mais pas compliqué, tout en n’enfermant pas le
    joueur dans un scénar avec ses événementiels prévus et planifiés.  Mais cela a un prix : un énorme travail de préparation.

     

    En Bref, ils ont trouvé une recette qui marche, et dont j’essaie de m’inspirer dans mes propres Gn, mais il faut être honnête, pour avoir une telle qualité, il faut du talent et
    beaucoup de travaille.

     

    Fin de mon hagiographie.

  5. 8 espigouliens c’est capable de jouer un GN complet sans scénario, alors avec là c’est scandale…

    Il est vrai que nous aurions pu jouer encore une semaine sous la protection vigilente du système bienveillant.

    Ce jeu fut une expérience extraordinaire

  6. olivier_Espigoule

    En fait  le GN dont il question dans cet article s’appelle « Le Village » et non « Mordor et d’argent » comme l’indique le titre (Mordor et d’argent c’était le précédent). Je sais pas où on
    s’est foiré.

    C’est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

  7. C’est modifié du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *