On veut jouer plus !

Publié le lundi 4 janvier 2016 dans Articles

Par

Tags: ,

--

Tu viens de te prendre un nième refus d’inscription à un GN ? Plutôt que de te suicider en direct sur Facebook ou de te résoudre à la prostitution au prochain pot de ton association favorite, voici ce qu’il faut faire pour jouer plus !

Tampon refusé sur fond blanc 1

1. POURQUOI AUTANT DE REFUS ?

Avant d’examiner les solutions, penchons-nous deux secondes sur le problème. Deux causes majeures contribuent à expliquer les refus à répétition essuyés par bon nombre de joueurs :

–          le déséquilibre entre l’offre et la demande : il y a trop de gens qui veulent jouer par rapport au nombre de GN de qualité organisés (en clair : pas assez de GN de qualité)

–          l’utilisation du « casting » : si cette pratique peut être justifiée sur certains GN, elle a comme défaut de favoriser la participation de certains joueurs (en particulier ceux déjà connus des organisateurs et disposant de talents d’acteur)

N.B. : Il y a bien quelques GN de qualité qui sont délaissés par les joueurs (essentiellement pour des raisons de communication, à mon humble avis), mais ces cas isolés ne remettent pas en question le phénomène global de frustration.

Déséquilibre

2. RÉTABLIR L’ÉQUILIBRE OFFRE-DEMANDE

Comme détaillé dans cet article de Baptiste, le déséquilibre offre-demande mentionné ci-dessus a plein d’effets délétères sur la communauté du GN : hypocrisie avant et après le GN, exclusion des nouveaux, etc. Vu que réduire la demande n’est pas une option, voici quelques moyens de contribuer à l’augmentation de l’offre (le nombre de GN de qualité organisés).

LES RÉÉDITIONS DE GN ÉCRITS PAR D’AUTRES

L’effort pour réorganiser un GN de qualité déjà écrit est bien moindre que de partir de zéro, surtout si l’on bénéficie de l’aide de l’auteur. C’est donc un moyen relativement aisé d’organiser, et particulièrement pour des débutants.

L’ACCOMPAGNEMENT

Écrire seul un GN de qualité est difficile, et ce d’autant plus lorsqu’on est débutant. Des organisateurs expérimentés, au sein d’association ou seuls, peuvent aider un auteur en lui fournissant conseils et matériel. Les associations Rôle et eXpérience, notamment, organisent régulièrement des séances d’accompagnement en Île-de-France.

TECHNIQUES D’ÉCRITURE MOINS CHRONOPHAGES

Écrire un GN avec des fiches qui font des dizaines de pages, c’est affreusement long. Si ça a un intérêt pour les GN à secret, ce n’est pas le seul moyen de créer un GN de qualité, loin s’en faut ! La transparence et les ateliers, outre leurs intérêts intrinsèques, permettent de reporter une partie de la création du GN sur les joueurs, réduisant considérablement le temps nécessaire à la création du GN.

Une autre technique de création à avoir à l’esprit est le bêta-test. Plutôt que de se décourager devant l’organisation d’un gros GN ambitieux, il est possible de tester ses idées en organisant une version réduite de son projet, afin d’y tester les principales mécaniques de jeu. Le travail nécessaire et les enjeux sont réduits, et en cas de réussite, on est parfaitement armé pour passer à la vitesse supérieure.

Faire connaître ces méthodes, que ce soit directement ou en montrant l’exemple, contribue à rétablir l’équilibre entre la demande et l’offre de GN de qualité.

MAIS MOI JE VEUX JOUER, PAS ORGANISER !!!

De manière très intéressée, on peut aider un organisateur à mettre sur pied un GN dans lequel on joue soi-même. On peut par exemple proposer l’utilisation de son appartement (ou tout autre lieu dont on a la jouissance), ou une aide logistique quelconque (recherche de lieu, courses, infographie, bricolage, déco, gestion des inscriptions, trésorerie, relecture de fiches dans un GN transparent, etc.).

Par ailleurs, si l’on a accès à un lieu un tant soit peu inhabituel, on peut proposer (directement ou en lançant un concours) à des organisateurs de créer un GN qui y soit spécifiquement adapté.

Casting

3. VAINCRE LES CASTINGS

Le casting n’est pas une fatalité ! Voici quelques moyens de le vaincre.

AIDER LES ORGANISATEURS

Au-delà de l’aide à l’organisation d’un GN dans lequel on joue, aider un organisateur pour n’importe lequel de ses projets augmente ses chances d’être sélectionné pour de futurs GN, tout simplement par remerciement. Donc propose tes services de PNJ et d’aide logistique, car dans la communauté du GN, la générosité appelle la générosité.

ALLER VOIR CE QU’IL SE PASSE AILLEURS

Il existe de nombreux GN de qualité sans casting, et notamment à l’étranger (où le tirage au sort est plus répandu). Pour peu que tu maîtrises un tant soit peu une langue étrangère (anglais, espagnol, italien, allemand…), n’hésite pas à aller jeter un coup d’œil aux divers calendriers internationaux (donc celui de nordiclarp.org et de Globetrotting larpers sur Facebook).

N.B. : Certains GN à l’étranger coûtent très chers, car organisés par des professionnels dans des lieux d’exception, mais c’est très loin d’être la règle générale. En outre, de plus en plus d’organisateurs internationaux mettent en place des facilités de paiement et des subventions pour GNistes fauchés.

EXPLIQUER LES LIMITES DU CASTING

Le casting est utile pour les GN sans transparence, car dans ce cas, seul l’organisateur dispose d’informations permettant de distribuer les personnages aux joueurs. Pour les GN transparents, l’intérêt du casting est beaucoup plus limité, puisque les joueurs peuvent choisir leurs personnages en connaissance de cause.

Faire savoir que le casting n’est vraiment utile que pour les GN sans transparence, et faire connaître les intérêts du GN transparent (facilité d’écriture, ouverture à la créativité collaborative, lisibilité du jeu, etc.) permet de réduire l’utilisation systématique au casting.

 

4. CONCLUSION

Il y a donc plein de moyens efficaces d’augmenter ses chances de jouer, et de combattre au passage certains des pires travers de notre communauté. À toi de jouer !

The following two tabs change content below.
Hoog

Hoog

J'adore le GN, et m'efforce de participer à son évolution en diffusant le plus largement possible les bonnes idées glanées ici ou là. En dehors de ça, ma vie est une joyeuse balade entre terrains de volley et mosh-pits !
Hoog

Derniers articles parHoog (voir tous)

37 réactions à On veut jouer plus !

  1. « aider un organisateur pour n’importe lequel de ses projets augmente ses chances d’être sélectionné pour de futurs GN »

    Qu’on ne vienne pas me dire après qu’il n’y a rien de pourrit dans l’univers du GN en France…

    T’as pas le temps de participer à l’organisation ? Tu joues pas
    T’as pas joué sur l’opus précédent ? Tu joues pas
    Tu connais pas l’orga ? Tu joues pas

    Allez tous vous faire bip chez les bip et jouez entre vous bande de bip.

  2. Ha

  3. (manque le point d’interrogation à mon intervention ci-dessus)

  4. Tu as raison, c’est tellement mieux de laisser les orgas se démerder tous seuls attendre que tout tombe tout cuit dans le bec.
    Si tu ignores ce qu’est un comportement associatif et l’entraide, alors ne t’étonnes pas de ne pas jouer.
    Hoog décrit seulement ce qu’est du bon sens et de la logique. Ce qu’il ne dit pas c’est qu’il n’y a pas de garantie non plus pour que cela fonctionne, et que cela te permette de jouer. That’s life …
    Mais au moins en aidant, on permet à plus de gens de jouer et de faire fonctionner la machine, qui, rappellons-le, ne tourne uniquement par de bonnes volontés. ( qui s’émoussent au fil du temps en voyant ce type de réaction )

  5. Si quelqu’un organise un GN c’est pour permettre à des personnes X de participer.

    Le casting en soit est une hérésie. Une action purement égoïste pour tenter de protéger son « bébé » en permettant à ses potes de « confiance » d’assurer du « beau jeu ».

    Cette attitude est totalement destructive et conduira sans aucun doute à la fin de cette activité au sens bénévole du terme. Le nier c’est se mettre des oeillères.

  6. Débattre sur le casting est le point Godwin du GN. Ceci n’apporte que des frustrations, des discussions enflammées étayées d’arguments infondés et à l’emporte-pièce, amenant à des conclusions totalement surréalistes. ( comme ce que tu viens d’écrire )
    Tu veux que le gn perdure ? Investis-toi, organise, aide, cuisine, pnjise, sois agréable pour les autres (surtout), et tu quitteras peut-être cette aigreur qui transpire de tes propos.

    Et surtout n’oublie jamais que chacun orga a ses propres motivations qui lui appartiennent. C’est probablement de lui imposer d’autres qui tuera ce loisir …
    Tu ne décides jamais de ce qui suit le « Si quelqu’un organise un GN c’est pour ? « 

  7. Mais comment les gens peuvent juger de l’implication d’une personne à partir d’un argumentaire ou d’un avis ?

    Qu’est ce qu’ils savent de mes années d’organisateur de GN ? de président d’asso ? De joueur ?

    Je suis dans le monde du GN depuis 15 ans et à tous les postes. Alors arrêtez de juger la personne et concentrez vous sur les propos.

    Je ne balance pas des « vérités » pour le plaisir. Le casting est un fait. C’est destructeur et frustrant.
    Les solutions proposées par l’article ?
    Organiser des GN.
    Faire des GN à l’étranger.
    Se faire caster en aidant les orgas.

    Et je suis le seul à trouver ça débile ? Epatant…

  8. Je dirai de la même façon que les personnes qui jugent sur un système d’inscription.

    Après, l’article ne s’adressent pas aux orgas, mais aux joueurs qui pleurent à chaque fois qu’ils n’ont pas été pris sur un GN à casting. Plutôt que de débattre d’un sujet sans fin, qui est au finalement totalement stérile car chacun reste sur ses positions, l’article donne des pistes pour jouer, sur les jeux en question ou ailleurs.

    Parce que une chose est sûr, ce n’est pas en insultant les orgas que d’une tu vas leur faire changer d’avis, et de deux que tu vas jouer sur leurs jeux

  9. Il n’y a pas de solution au casting. C’est une question sans fin. Tous les choix sont frustrants, quelque soit la méthode.
    15 ans ne sont visiblement suffisant pour s’en rendre compte, alors j’imagine sans peine le désarroi des nouveaux.

  10. Merci pour cet article Hoog 🙂
    Dans un système basé sur le bénévolat, les motivations peuvent être variées, et évoluer dans le temps.
    en le lisant, je me suis mis dans la peau de l’orga que je ne suis objectivement plus depuis finalement assez longtemps. Et j’ai pris plaisir à lire ce qu’il est possible de faire pour organiser avec un investissement plus light que ce que j’ai connu. Car si -pour ce qui me concerne- je ne joue plus beaucoup et organise encore moins désormais, c’est par manque de temps et d’énergie.
    Or, l’envie est là.
    Mais il est clair pour moi que j’en suis actuellement réduit au « casting » le plus définitif qui soit: personne! Je n’accepte personne sur les GN que j(e n)’organise (pas). Donc si des joueurs ont l’excellente idée de me proposer un coup de main, même light, c’est autant d’énergie qui revient 🙂

  11. PS : je traîne dans mes cartons un GN « Darksun » : il me faut un site désertique, type carrière, un GN Starwars avec que des Jedis ou presque (en mode transparent!, juste une vague idée), un GN Western, ambiance Alabama Song (j’ai le site), un GN post Apo, ambiance « l’eau si bleue qui coule au fond de l’abîme » (je rêve d’un site industriel désaffecté, mais de sales bureaux feront l’affaire).

  12. Alors sans préjuger de l’expérience de qui que ce soit ici (du moins ceux que je ne connais pas), il y a un point clé à ne pas oublier dans ce débat stérile et ce chouinage de masse.
    Les orgas, qui se pètent le derche à monter un GN / une murder / une soirée à thèmes sur plusieurs mois voire plusieurs années, ont totalement le droit de faire ce qu’ils veulent de leur boulot. Ils ont tout à fait le droit de décider d’en faire profiter leurs potes parce-que ça leur fait plaisir, et rien n’oblige un orga à faire de son jeu un événement public, ouvert au premier inscrit qui allonge le blé.
    Toutes les méthodes de recrutement des joueurs ont leurs défauts, à chaque équipe d’orgas de préférer la sienne en fonction de son type de jeu.
    Et un autre point tout con, hein, pour améliorer ses chances de se faire caster : répondre au questions du formulaire d’inscription. Parce-que les « Ça m’est égal », « Comme vous voulez » et « J »aime tout », ça n’aide pas les orgas à déterminer si vous allez vous éclater dans un rôle déjà écrit de jeu non transparent.

    Ah oui, et puisqu’il faut visiblement des références pour avoir le droit de s’exprimer si j’en crois certains commentaires précédents,

    Mathilde, plus de 20 ans de GN du med’bour au prout prout casté, orga, PJ, PNJ, cuistot et j’en passe.

  13. D’accord avec Mathilde. Je vais néanmoins nuancer/compléter.

    Le problème est la communication. Pourquoi communiquer sur des forums, sur des pages facebook dédiées, alors que le jeu est déjà plein par les copains ?
    Deux possibilités : soit c’est un petit format et l’orga communique pour se faire mousser, montrer à quel point son jeu est désirable et désiré, se faire une liste d’attente au cas où… Soit c’est un gros format et il faut du sous fifre (figurant dissimulé) pour amuser les bons copains qui ont reçus les rôles clés.

    Bref, un conseil si vous êtes orgas et que vous comptez prioriser vos potes et/ou les personnes que vous connaissez : faites des groupes fermés sur facebook et/ou envoyez des courriels/invitations directement aux personnes concernées. Arrêtez de faire croire que c’est un évènement ouvert à tous et toutes.

    Mais même s’il est possible de limiter les refus, il est vain de vouloir qu’ils disparaissent complètement.

  14. Moi ce qui me gène avec le « méchant » casting, c’est que ça veut tout dire et ne rien à dire à la fois!

    Tu peux caster à la gueule, tu peux caster anonymement en fonction des envies du joueur (et du coup le casting sert le joueur puisqu’il va venir jouer ce qu’il a envie de jouer même quand les persos sont pré-écrit), tu eux caster que tes potes, tu ne eux caster que des pointures, que des gens que tu connais…

    Et même en tant qu’orga, tu peux faire, en fonction des jeux différents type de casting parce que tu estimes que ça sera plus ou moins adapté.

    En général, quand on caste ça n’est pas pour « protéger son bébé, c’set surtout pour être sur que le maximum de joueurs y trouve son compte.

    Mais dans tous les cas le vrai problème c’est celui de l’offre et de la demande : quand tu as 160 inscriptions pour 40 places sur certains jeux ou 260 sur 66, même en castant « à l’aveugle », tu as forcément des déçus.

    Après, de ma propre expérience, en fait la TRES TRES grande majorité des joueurs comprennent et le prennent très bien. Faut juste essayer, en tant qu’orga qui fait ce qu’il peux et qui aimerait bien faire jouer tout le monde, de faire abstraction.

  15. Article très intéressant qui porte une vision réaliste sur le problème du casting et les solutions possible.(dommage qu’il réveille les trolls)

    Je ferais toutefois une correction sur « et disposant de talents d’acteur », en tant qu’orga « casteur » je n’attend pas forcément du joueur qu’il soit un bon acteur, tout dépend du rôle, pour un rôle politique j’attendrais un joueur qui sache manigancer, pour un rôle d’enquêter j’attendrais qu’il sache fouiller, réfléchir, associer, etc. Bref le casting c’est aussi faire correspondre un joueur avec un rôle afin que le jeu tourne mieux, ce n’est pas juste rassembler des gens qui savent joueur(au sens acteur).

    Sinon, je reviens vite fait sur ce que dis Cire de Cahub un peu plus haut, effectivement une erreur possible d’un jeu fermé(je dis erreur car je n’ai pas envie de croire que c’est fait volontairement pour se faire mousser) est de communiquer sur un jeu alors qu’on sait pertinemment qu’il est complet. ça ne fais que générer de la frustration et ça ne sert pas la communauté.

    Par contre, je ne suis pas d’accord avec l’idée qu’il ne faut pas communiquer sur un jeu à casting. Je vais m’appuyer sur mon propre cas. Je n’ai absolument pas communiquer sur mon précédent jeu car je voulais le faire jouer avec des personnes « de confiance ». Une fois la première édition, j’ai ouvert le formulaire d’inscription (en étant très clair sur le fait qu’il ne servait à rien de le remplir si on ne s’était jamais rencontré). Le jeu reste sur casting, je ne prendrais probablement pas toutes les personnes qui se sont inscrites mais au moins ça m’a permis de voir que certaines personnes a qui je n’aurais jamais pensé (parfois simplement parce que je les vois trop peu pour penser à eux) sont intéressé et donc je leur proposerais de jouer.
    Donc vaut-il mieux taire entièrement les jeux à casting au risque de ne pas permettre à ces gens à qui nous n’aurions pas pensé de jouer, ou cela vaut-il la peine de blesser quelques sensibilités pour justement faire plaisir à des personnes qu’on connait moins.
    Moi j’ai fais mon choix 😀

  16. Bonjour et merci pour ce point de vue.
    Est il possible svp de changer la photo de la jeune femme à poil devant un jury?
    L’illustration du casting n’a pas besoin d’être une enième objectivation des femmes. On comprendra l’idée tout autant avec une personne habillée 🙂 et l’idée de prostitution est déjà soulevée dans l’article 🙂
    A bientôt !
    Clémentine

  17. @ Clémentine :
    J’ai choisi cette photo a dessein. Pas pour montrer un mannequin en petite tenue (pour ça j’aurais choisi d’autres photos) mais pour illustrer la position d’infériorité dans laquelle se trouve la personne castée. Et pour illustrer les comportements « je couche pour jouer », dont on peut rire mais qui sont une vraie manifestation de l’hypocrisie engendrée par le déséquilibre offre-demande.
    Pour revenir à l’objectivation des femmes, si tu me trouves une photo comparable avec un mec, je la remplace sans problème.

  18. Nombreux sont les « jeux à casting » qui réservent des places pour les nouveaux et/ou des personnes qu’ils ne connaissent pas. Je ne prêche pas *que* pour ma paroisse, c’est vraiment très souvent le cas, pour éviter de tourner en vase clos et justement d’interdire l’accès à ces jeux « parce que tu ne connais pas l’orga » ou autre. Je pense que des efforts sont faits par beaucoup en ce sens.

    Faut pas voir l’inscription « casting » comme le diable quand même ! Ca a des défauts, certes (tant du côté joueurs que du côté orga d’ailleurs, faut pas déconner), mais c’est une méthode qui peut être appropriée pour certains jeux (jeux « fermés », comme cela a été évoqué)… Et pas du tout pour d’autres, je n’en disconviens pas.
    C’est un peu fatigant de lire partout des avis catégoriques. Je ne prétends pas avoir la science infuse, mais, personnellement, il y a certains modes d’inscription que je trouve pertinents, d’autres moins… Mais j’accorde à chaque orga le droit de faire bien comme il le veut, c’est lui qui bosse pour tout préparer quand même, il a un peu le droit de se faire plaisir aussi. Du coup, si le système d’inscription ne me plaît pas, je ne m’inscris pas, voilà tout. Après, il est certain que cela nécessite transparence et honnêteté sur le mode d’inscription pour ne pas faire miroiter des places qui en réalité ne sont pas disponibles. Mais arrêtons de diaboliser tout ça !

    Après, le problème de l’offre et la demande reste présent, c’est sûr, mais je trouve que de plus en plus de « petits formats » à rééditions multiples se développent, et que c’est plutôt sympa pour permettre à plein de monde de jouer. Après, soyons réaliste, ça demande un investissement de dingue, on ne peut pas reprocher aux gens de ne pas avoir le courage ou l’envie de rééditer (ou parfois pas la volonté car certains aiment passer à d’autres sujets d’une année sur l’autre, et c’est très bien que tout le monde y trouve son compte).

    De même, passer la main pour rééditer son jeu, c’est certes une bonne idée pour le voir joué par d’autres si soi même on n’a pas le courage ou l’envie de le faire mais ça nécessite de rendre le jeu accessible pour les suivants (et autant pour un jeu à une dizaine de persos ça me parait accessible, autant j’ai moins la motiv’ pour un jeu à 60/70 persos avec moult intrigues et accessoires et docs de jeu) : ça représente aussi un vrai boulot de remise au propre, de compilation, de rangement.

    Pas de soluce miracle, mais, comme évoqué dans l’article, y a plein de petites choses à faire qui peuvent aider.
    Et se renseigner sur d’autres assos peut aider aussi : il y a un nombre d’assos de GN impressionnant, j’en découvre de nouvelles régulièrement, et je vois passer plein de jeux qui, s’ils se remplissent, ne sont pas pris d’assaut non plus : on ne va pas me dire qu’il est impossible de jouer en France si on n’a pas couché avec l’orga. C’est en jouant, en aidant, en organisant qu’on rencontre aussi du monde (je ne parle pas de « garantir une place » hein, je parle de rencontrer des gens, ce qui est aussi l’un des aspects que j’apprécie beaucoup de ce loisir) et qu’on élargit « son champ de recherches » pour entendre parler de nouveaux jeux, être contactés par d’autres joueurs rencontrés pour monter des équipes etc… C’est pas une fatalité quand même !

  19. Ce n’est pas tout à fait le sujet, mais comme il est question de se lancer dans l’organisation je plussoie à fond et je relance d’un « en fait organiser/ecrire c’est un vrai plaisir en soi et ce n’est pas aussi difficile qu’on le croit. »

    Niveau administratif, on peut être hébergé par une asso, et en effet certaines offrent en plus un tutorat à ceux qui le demandent.
    Si on a peur de se lancer seul, il suffit d’en causer pour monter une équipe.
    Les méthodes d’écriture come eXperience et Axiome sont une bonne base pour commencer, et ça ne coûte rien d’aller traîner dans les conventions type GNiales et BeLarp. C’est d’ailleurs là que j’ai testé la méthode Axiome et avec un petit groupe écrit les bases d’un jeu en 2h30.
    Actuellement il y a tellement d’outils à disposition pour aider les organisateurs que ce serait dommage de se priver.

    J’ai l’impression qu’il y a une espèce de snobisme du gros gn à fiches/romans et en costume, ce qui forcément décourage un peu les gens susceptibles de se lancer.
    Alors qu’un bon gn ne se mesure pas de cette façon, cf le Tequel d’or 2015 obtenu par Tant d’espace. Si on préfère bosser seul, avec le moins d’intendance possible et sans que ça coûte un fric fou, il y a tout à fait moyen de faire un super jeu.

    Si on ne le fait que dans l’espoir de faire jouer des gens qui renverront l’ascenseur, la démarche est bof en revanche.

  20. Merci Hoog pour l’article !

    Tu présentes de manière très claire les paramètres du problème du casting et les déséquilibres – entre offre et demande, entre personnes désireuses de jouer très bien socialisées et d’autres plus isolées…

    Un élément que tu n’abordes pas est la question de comment signifier le refus de manière correcte, quand refus il y a. C’est une question qui m’intéresse depuis quelques temps. Pensez-vous qu’il serait utile que je propose une contribution sur ce sujet pour lancer le débat?

  21. On retrouve là le vieux fantasme du GN pseudo-élitiste auto-proclamé, forcément consanguin…

    De plus, il ne faut pas confondre : il y a le casting, qui est l’affectation d’un personnage à un joueur, et la sélection, le choix des joueurs participant à un GN. Sur le montage d’un jeu, il peut y avoir l’un ou l’autre, voire les deux, mais rarement aucun des deux. Je m’explique :
    – on choisit les joueurs selon l’ordre d’inscription ou par tirage au sort, et on leur affecte les personnages : c’est du casting.
    – on sélectionne les joueurs selon certains critères et on leur affecte les personnages : c’est sélection PUIS casting.
    – on sélectionne les joueurs selon leur adéquation avec les personnages disponibles : c’est de la sélection liée au casting.
    – on sélectionne des joueurs, et ils se démerdent pour l’attribution voire l’écriture des personnages : euh, ça doit bien exister chez les nordiques… 🙂
    – après, on peut aussi choisir les joueurs selon un tirage au sort ou un ordre d’arrivée, puis les laisser définir/écrire leurs personnages : c’est soit du GN hyper-progressiste, soit du bon vieux med-fan du millénaire dernier.

    Mais puisque c’est la notion de sélection qui semble poser problème à James et aussi certainement à une « majorité silencieuse », je défie n’importe quel orga de certifier qu’il n’a jamais « gardé une place » à un pote ou à quelqu’un qui a filé un gros coup de main, et donc n’avoir jamais injustement recalé un inconnu au profit d’un plus proche. De même, qui n’a jamais refilé un rôle « clé » à une connaissance, pour assurer le coup ?

    Alors au contraire, je crois que c’est un pseudo-égalitarisme de façade qui serait destructeur pour le GN bénévole. Prendre n’importe qui dans son jeu, pour n’importe quel rôle, ça m’évoque plus la prestation commerciale que la démarche de se faire plaisir, et faire plaisir à des gens qu’on aime. Ça n’empêche pas d’être ouvert, de faire jouer des inconnus et des débutants, selon les jeux. D’ailleurs, chose étrange, ceux qui durent, les vieux orgas (et là ce n’est pas 15 ans, mais 20, 25 et plus années de GN) pratiquent, au moins pour une partie de leurs jeux, cette sélection honnie, ce casting pourri, tandis qu’il y a des tas d’orgas qui ont arrêté, démotivés entre autre par le manque d’atomes crochus avec leurs joueurs.

  22. J’aime pas la photo.

    J’aime pas l’idée qu’il est dévalorisant de coucher pour obtenir quelque chose.

  23. hmm je dois rentrer dans la def de Moz des vieux orgas vu que je suis passé lvl30 et je dois dire que j’ai fais un peu de tout:

    – du casting pour donner a chaque joueur inscrit un perso « qui devrait lui permettre de s’éclater »
    – garder une ou 2 places pour un pote
    – de la sélection inverse (j’ai ma black liste personnelle, y sont banni de mes jeux pour des raisons de sécurité et moralité)
    – j’ai sélectionné au premier pré-inscrit
    – j ai sélectionné au premier ayant réglé
    – j’ai rajouter des rôles pour que tout le monde puisse jouer
    – j’ai fait un tri en fonction du cachet de la poste (ohh le bordel)
    – j’ai utilisé créa’GN
    – …

    si y’a bien une chose qui change sans changer, c’est investissement associatif

    ne rêvez pas: depuis 30 ans, c’est toujours les mêmes qu’on voit, en fin de GN, aider a ranger le site, charger le camion et être la au déchargement; participer aux AG… Les autres ? Y voudraient bien mais y peuvent pas, y feront de l’investissement associatif demain, mais pas aujourd’hui : y’a GN.

    ah et vous voulez jouer plus ? eh ben demandez vous pourquoi un orga arrête ? ptet parce-que le retour temps passé/plaisir & reconnaissance devient négatif.

  24. Les petits formats (encore faut il définir petit et gros) c’est généralement organiser plusieurs fois…

  25. J’ai trouvé cette image 😉
    http://www.lavorofacile.eu/writable/mod_news/20151006151051-2015-66454-NDP.jpg
    PS : +1 pour Karuna

  26. Mais ne devrait-on pas questionner ce désir de « jouer plus », d’autant plus que ce désir, ou ce besoin, s’accompagne souvent de « jouer tout de suite ». Bref, j’ai l’impression que cet article légitime une sorte de course à la consommation, toujours plus de jeux. Les quelques chouineries que j’ai vues sur internet ne viennent pas de jeunes qui chercheraient à, enfin, démarrer, mais plutôt de gens qui ne feraient « que » 10 GNs dans l’année parce qu’ils ont été refusés sur cinq…

    Est-ce qu’il ne faudrait pas plutôt encourager les gens à « jouer mieux », à préparer correctement leurs jeux plutôt que lire leurs backgrounds sur la route à l’aller, à choisir de façon plus précise et motivée leurs jeux, grâce à la communication qui se fait de plus en plus importante. Et, les GNs les plus demandés étant généralement multi-réorganisés, apprendre aux gens à ne pas prendre le fait de jouer sur une session tardive comme un affront personnel ni comme un symbole de déchéance du statut GNistique.

    Sans (trop de) provocation, je ne suis pas certain que l’expansion de l’easy-gaming ou du fast-playing avec les jeux transparents et/ou sans personnage écrit résolve ce problème. C’est un peu comme filer du crack à quelqu’un pour le soigner de son addiction à l’héroïne.

  27. Cher M. Hoog,

    J’apprécie votre choix de photo, car elle possède cette petite touche de second degré si caractéristique (hélas, du début) du blog. Elle apporte, en un seul regard, en une seule seconde, l’idée (fausse bien sûr) de la représentation du casting par ses détracteurs. Des gens assis, possiblement un peu pervers, qui regardent la plastique d’une personne, elle mise à nue, obligée de se dévétir pour obtenir la « chance » d’avoir une place (chez Pilote ou dans un GN, même combat).

    Outre cet excellent choix graphique qui, tel un dessin de presse, nous met mal à l’aise ou nous fait rire, il me semble que vous omettez un point important ! Or ce n’est pas dans votre habitude.

    J’en suis venu à me dire qu’il y avait une raison. Et ce que j’ai découvert m’horrifie…

    La plupart des jeux ayant un casting décisif éliminant un nombre de personnes importantes sont des GN à secret, à BG longs, voir, soyons fous osons le terme, plutôt des GN romanesques. Il y a bien sur quelques exceptions à cela, j’en suis sur, mais je ne pense pas qu’elles perdurent dans le temps ou soient représentatives (je suis prêt à revoir mon propos si vous en apportez les preuves).

    Par l’habile manœuvre que vous mettez en place grâce à vos « conseils », vous invitez les joueurs déçus du casting à « jouer à l’international », ainsi qu’à « organisant une version réduite de son projet ». Vous posez là les bases de votre complot nordico-trotskiste visant à vous assurer que les joueurs testent d’autres pratiques, sortent des modèles actuels et… ne fassent plus du romanesque la panacée du GN Français ! Bientôt vous soutiendrez des projets où un jeu rapide tient sur une double page (si, si, je vous vois venir).

    Donc oui, Monsieur, vous êtes un infâme pion à la solde de l’Oeil du Grand Nord.

    Aussi, je vous le dis comme un avertissement amical, laissez ce piédestal où vous l’avez trouvé. Car sinon vous récolterez ce que vous avez semé : un GN diversifié, accessible et différent.

    Et n’en convienne à ce James qui est tombé dans votre piège grossier, nous ne sommes dupes de votre dangereuse volonté d’ouverture.

    Bien à vous,

  28. Moz, je fais partie des contre-exemples : ces dernières années j’ai postulé sur pas mal de jeux. Si on enlève les gns sans casting, de mémoire en 4 ans j’ai été prise sur 3 jeux sur une bonne douzaine (sans compter les moult rééditions d’un même jeux qui en réalité augmentent ce chiffre, puisque dans ce cas cela doit faire dans les 20 sessions).
    J’organise, je pnjise, je fais la cuisine sur les jeux des copains… je ne signale pas ces détails pour dire « c’est trop injuste que je ne sois pas plus castée » (c’est vraiment pour le plaisir) mais pour signaler que je ne suis pas une parfaite inconnue, que je me bouge les fesses et que je suis très souvent refusée.

    Avant d’organiser moi-même je râlais un peu plus. maintenant je suis contente de mon sort car chaque année je joue au moins un gn enthousiasmant, mais on est très loin de la surconsommation compulsive, et je compatis avec certains copains qui reçoivent refus sur refus. Oui, ils postulent beaucoup, mais c’est parce qu’ils savent d’expérience que leurs chances sont minces.

    Ce serait plus simple de croire que les joueurs qui se plaignent sont parano ou que c’est de leur faute car ils veulent tout jouer, mais c’est faux. Certains sont réellement très peu castés.

    Il y a un point qui n’est pas soulevé car vexant, mais il faut aussi être honnête et causer des raisons de certains de ces refus : parfois c’est parce qu’on n’est pas connu, d’autres fois c’est parce qu’on est connu mais qu’on a la réputation de mal jouer.
    Quand j’ai commencé à organiser on m’a dit plusieurs fois « Houlala, telle personne joue comme un pied, c’est un coup à tout gâcher ».
    Dans ce cas, que faire ? Si on a soi-même constaté que quelqu’un jouait très mal, malgré toute la bonne volonté du monde on préferera caster de bons joueurs ou des inconnus : quand on passe des mois à bosser sur un scénario, et qu’on se donne du mal pour offrir aux joueurs la meilleure qualité de jeu possible, on n’a pas envie de risquer de tout gâcher just pour faire plaisir à une personne.

    Ce ne sera jamais dit en face à la personne en question évidemment. Ce serait plus honnête que de lui laisser espérer et cela l’aiderait peut être à rectifier le tir, mais c’est trop dur à expliquer et à entendré.

  29. Saki, mon commentaire n’avait aucune intention d’établir une généralité. Je disais juste que souvent, ceux qui s’épanchaient largement voire tapaient un scandale en public n’étaient pas obligatoirement les plus mal lotis, mais quelquefois juste des égos blessés. je sais aussi que tu n’es pas une boulimique. Et je continuerai à te caster dans les prioritaires sur mes jeux, non seulement vu le nombre de coups de main que tu nous a donnés par le passé, mais aussi par plaisir. Ouais, c’est moche le copinage… 😉

  30. T’inquiète, je l’avais bien compris comme ca, je voulais juste rappeler que ce n’était pas le cas de tous ceux qui se plaignent (uééééé c’est moche mais merci !)

  31. Heu, juste une question ; vous entendez quoi par « GN de qualité » ?
    Il y a une grille de critères à respecter quelque part ? Critères énoncés par qui et d’après quoi ?

    Même si je suis d’accord d’être d’avoir déjà joué sur des jeux pourris à posteriori …

    Les joueurs pleurants de ne pas être pris sur des jeux devraient -peut-être- revoir aussi leurs spectres de recherches… Tous les jeux ne sont pas accessibles par métro où par RER, ne possèdent pas des douches chaudes ou des petits fours à volonté.

    Nous venons de reporter un jeu pour 100 personnes suite a pas-assez-de-joueurs… Peut-être qu’il ne rentrait pas dans la case « bonne qualité », comme nombre de jeux recherchant des joueurs si j’en crois les rumeurs.

  32. Les critères sont personnels, chacun cherche des qualités différentes.
    À titre personnel, les GNs pour 100 personnes ne m’intéressent pas à premiere vue car je préfère les jeux proposant des fiches complexes, ce qui est difficile à faire pour autant de monde.
    Pas impossible avec une bonne équipe de scénariste, et rien ne garantie qu’un gn à 30 sera bien écrit pour autant, mais sauf erreur de ma part ceux qui se plaignent ont le même genre d’attentes que moi.

    Ensuite l’originalité du thème joue : j’ignore quel était celui de ton gn, mais, toujours à titre personnel, j’ai fait des GNs med fan dans les bois avec Clepsydre, beaucoup aimé ça mais maintenant j’ai envie d’autre chose. De plus je n’ai aucune attirance pour les post apo/horreur/survie… En général les gros jeux à 100 sont plus sur ces thèmes.

    J’ai eu du mal à remplir un gn à 30 et pesté comme un poux après « ceux qui se plaignent », mais en toute honnêteté je proposais quelque chose de tellement spécifique qu’il était normal que beaucoup passent leur chemin car cela ne correspondait pas à leurs attentes pour diverses raisons. Ca ne veut pas dire qu’ils ne trouvaient pas de qualités à ce gn, juste que c’était pas leur came.

  33. Bonjour,

    je dois dire que le concept même de « casting » pour le GN me fait totalement halluciner. Je fais du GN de puis 1995 et s’il est déjà arrivé que l’on refuse une personne c’était pour son comportement totalement déplacé. L’élitisme du casting est totalement étranger à notre mode de fonctionnement. De quoi est-il question de savoir si « tu es assez bien pour participer à mon GN » ? En fonction de quels critères jugent-on qu’un joueur est digne ou pas de son jeu ?

    Si vous voulez jouer à un GN qui ne pratique pas le casting et laisse sa chance à tout le monde dans la limite des places disponibles, je vous propose celui-ci https://www.facebook.com/GNAmbre3/?fref=ts

    Pour le reste, je crois que je vais continuer à laisser les gens s’inscrire à un GN sans leur demander un CV 🙂

  34. Il y a casting et casting.

    Tu as le casting qui refuse des joueurs à un jeu car ils ne correspondent pas à la philosophie du jeu et/ou ne sont pas « adaptés » aux rôles proposés (selon des critères propre à chaque orga). Ces joueurs ne joueront jamais le jeu en question (du moins avec cet orga).

    Et puis tu as le casting qui ne refuse personne mais qui organise les sessions avec un personnage adapté à un profil de joueur. Il s’agit de tenter de créer la meilleur alchimie et synergie entre le joueur et son avatar. Les personnes non retenues sur une session de jeu le seront sur une session à venir.

    Pour ma part je pratique le second type de casting. Mais je crois que progressivement, malgré moi, je risque de glisser avec le temps vers le premier type de casting.

  35. Le soucis n’est à mon sens pas le casting… c’est un mode de sélection comme un autre (tirage au sort, heure d’arrivée de la feuille d’inscriptions, nombre d’amis facebook…). Au delà de ce que chacun peut en penser du point de vue éthique, moral, bien pensant, facho, anar… Organiser un jeu, quel qu’il soit requiert du temps, de l’énergie, de l’argent, des sacrifices. Ce serait un comble qu’on enlève le droit de déterminer les participants à son jeu à celui qui a fait l’effort, dans un monde gnistique de plus en plus consumériste, de proposer quelque chose. Même si pour moi, caster, c’est tuer, il me semble que le vrai problème comme l’a évoqué Brigitte, c’est la gestion du casting vis à vis de l’autre, de celui qui, pauvre fou, a demandé à être casté. C’est dans cette relation là que réside le potentiel problème. Après, pour avoir vilipendé le casting, pour avoir cautionné le casting, été casté, pas casté, été invité, pas invité, blacklisté, avoir invité, pas invité… c’est aussi et surtout dans le rapport à soi même que se gère ce truc. D’un coté comme de l’autre, il faut, comme des adultes responsables le feraient, se dire qu’au fond, ce n’est pas grave et que le principal c’est d’assumer, ses choix et l’image de soi que l’on renvoi. Etre bien dans ses baskets est à mon sens la clef.

  36. Chers amis,
    Pour recentrer un peu le débat, je rappelle que cet article s’adresse aux joueurs, qui sont nombreux à ne pas trouver de place dans des GN qui les attirent. L’article ne s’adresse pas aux auteurs/organisateurs de GN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *