De la narration et du ludique dans le cadre d’un festival culturel

Publié le lundi 19 octobre 2015 dans Articles,Slide

Par

--

Ou comment j’ai joué un GN de 50 000 personnes 🙂

Je voulais vous parler d’un magnifique festival où nous sommes allés cet été au sud de l’Angleterre : Boomtown.
Au premier abord ce festival de musique en plus d’une programmation dense et éclectique propose une storyline qui s’est développée en parallèle du festival.

Cette storyline est l’histoire de la ville de Boom. Boomtown est faite de complots, de débarquement d’extraterrestres et de trucages électoraux dans les différents quartiers de la ville. Des intrigues dignes de notre pratique gnistique qui ont forcément suscité notre intérêt et notre enthousiasme pour prendre des places. En effet, avant même d’arriver sur place, son site internet (Tourist Info, City Guide, etc.) et ses teasers vidéos nous ont démontré qu’on pouvait mélanger nos deux passions de manière cohérente et nous jubilions à l’idée de nous rendre sur place.

IMGP3215

Comme en GN, nous avons préparé nos costumes (pirates), notre logistique et nous avons révisé la storyline en explorant le site internet de ce festival. Nous avons assidûment lu les newsletters pour tout savoir concernant la programmation musicale, les informations pratiques. L’un des événements les plus importants de ce chapitre 7 est l’avènement du Ban Hai Palace, nouvelle scène qui allait sortir de terre pour tous nous réunir autour d’une vision, d’un leader, d’une vérité !

IMGP3081

Quelle est l’histoire?

L’ancien maire, jaloux du succès électoral de Burrita José, la nouvelle maire, a enlevé cette dernière, lui démontrant qu’elle n’avait pas les épaules pour être maire. Grâce aux extraterrestres qui vivent dans District 5, il a remonté le temps et Burrita José est toujours maire. Suite à une manipulation mentale elle a choisi l’ancien maire comme shérif et a toute confiance en lui. Afin de montrer aux citoyens de Boomtown sa force et détermination, Burrita s’est rebaptisée Comrade José et suit un nouvel ordre : les Boominati, dont la propagande est visible sur tous les murs de la ville. Des tests de loyauté seront effectués pendant le festival. Mais une ombre rôde, celle des Mad Hatters qui prennent un malin plaisir à pirater les discours de Comrade José et qui ont posé sur les murs de la ville des affiches reprenant l’ancien symbole de la ville, revendiquant ainsi leur vision qui est à la fois anarchiste et hédoniste.

IMGP3086

Concrètement comment vit et évolue l’histoire pendant le festival ?

Visuellement, dans chaque quartier de la ville, des affiches de propagande ainsi que les vidéoprojections pendant certains concerts (sur les murs de la mairie à côté de la grande scène de Town Centre ou sur les écrans du Ban Hai Palace) des messages de propagande nous entourent.

Ceux qui comme nous s’intéressent à la trame, ne peuvent passer à côté des visuels créés spécialement pour le festival, reprenant les propagandes colorées populistes avec un côté lavage de cerveau digne de 1984. Heureusement, au fur et à mesure du weekend, les rebelles ont eux aussi participé à la bataille de l’affichage et ont recouvert à leur tour les murs de la ville avec deux slogans efficaces “Rise Up” et “No masters”.

IMGP3223

Nous pouvions suivre l’histoire en nous impliquant grâce à notre passeport de citoyen de la ville. Étant habillés en pirate alors qu’il était clairement affiché que “Piracy is a crime”, nous n’avons pas participé activement mais nous avons pu voir comment cela fonctionnait et comment chaque festivalier pouvait prend part au festival en toute liberté.

IMGP3100

Devenir citoyen !

À la mairie, vous deviez faire la queue pour passer les tests de loyauté et si vous réussissiez vos challenges donnés par l’administration (exemple brandir une pancarte Piracy is a crime), vous aviez un tampon. Ce type de quêtes (faire des challenges pour avoir le plus de tampons pour prouver que vous êtes un bon citoyen) pouvait se faire dans chaque quartier de la ville dans des endroits précis avec l’aide de personnages d’ambiance (staff).

En plus de ces challenges, on pouvait suivre l’histoire de la ville en allant à des rendez-vous indiqués sur le planning. À différents endroits de la ville, le public pouvait assister à des scènes faites par des bénévoles/acteurs pour un week-end.

IMGP3103

Évolution de l’histoire dans un quartier précis : OLD TOWN (scène bateau pirate)

Jour 1 : Des pirates sont sur le bateau et font des trucs de pirates (lever le drapeau, se battre, etc.).

Jour 2 : Des pirates normaux et des pirates un peu pâles sont sur scène et font des trucs de pirates. Leur apparition commence à confirmer les rumeurs d’un bateau fantôme. Le pavillon noir a changé de couleur, il est à présent rouge.

Jour 3 : Les pirates marchent sur Old Town et reprennent Town Center. Les Mad Hatters ont piraté le speech de Comrade José et la révolution peut commencer ouvrant le 8ème chapitre qui aura lieu en 2016.

IMGP3108

Les personnages

Il y avait plusieurs niveaux de personnages.

Il y a d’abord les protagonistes comme Mme Le maire, le shérif et les Mad Hatters.

Ensuite les personnages d’ambiance comme le croque mort et le docteur du Wild West, les prostitués sans genre derrière les vitrines rouges de District 5, les pirates d’Old Town, la garde rapprochée de Mme le maire à Town Centre, etc.

Et enfin, nous les festivaliers qui sommes les citoyens de la ville, plus ou moins costumés en tout et des fois n’importe quoi ! Mais peu importe vu que nous sommes là pour faire la fête et faire vivre la ville pendant le week-end. Nous étions encouragés avant le festival à “Become a character” avec des exemples de costumes par quartier, et pendant le festival à reporter ce que nous avions fait ou vu passer pour que ce soit publié dans le journal de la ville.

IMGP3130

Nous avons discuté avec un personnage d’ambiance (un cowboy) qui nous a expliqué qu’ils étaient bénévoles et qu’ils s’éclataient à se costumer le temps d’un week-end. Tous les personnages d’ambiance avec qui nous avons eu des interactions ont été adorables, n’ont pas hésité à venir à notre contact et ne rechignaient pas à se faire prendre en photo avec les festivaliers.

J’ai trouvé des similitudes avec les Mass Larp, tu viens comme tu veux et tu apportes ce que tu veux. Bien entendu, nous ne pouvions interagir avec la trame principale et c’est bien là une différence avec le GN que j’aime et que je pratique.

IMGP3137

Les décors et les scènes ou le véritable challenge logistique

Je ne trouve pas les mots pour vous dire à quel point c’était superbe !

Nous avons pris un malin plaisir à faire le tour du festival qui est immense, au moins une fois le jour et une fois la nuit. Nous avons beaucoup plus profité des quartiers Old Town, Wild West, Mayfair, Town Center par rapport à nos goûts musicaux.

Le jour, nous avons pu profiter des petits détails tandis que la nuit nous avons pu nous émerveiller devant les light show des scènes et surtout du très impressionnant et attendu Ban Hai Palace.

IMGP3229

Des décors digne d’un tournage de cinéma où nous pouvions profiter des grandes scènes extérieures autant que des scènes en intérieur. Chaque scène de chaque quartier est décorée en fonction du thème. Nous avons vraiment été époustouflés par le moindre détail qui donnait corps aux scènes et aux quartiers aussi bien par les visuels, les groupes de musique, mais aussi par des robots qui faisaient du lap dance en bougeant leurs hanches dans District 5 ou le quartier de Chinatown mêlant tradition avec ses lanternes, sa laverie, ses cracheurs de feu, et modernité, avec ses jeux vidéos et ses happy ending movies accessibles à tous.

IMGP3147

Une des plus grosses surprises que nous avons eues se trouve dans la rue principale de Wild West. Un rabatteur nous a fait signe alors que nous ne faisions que traverser la rue. Il nous a fait entrer le samedi soir par un porte qui est fermée à clef la journée. Une infirmière nous a accueillis et nous a demandé si nous voulions une consultation ou juste une visite. Nous avons opté pour la visite et nous voilà plongés dans un asile avec plusieurs petites pièces dont une chambre avec un lit à ressort dont il manquait le matelas et des murs recouverts de traces de mains ensanglantées. En entrant par cette porte, jamais nous aurions pensé trouvé un asile chez les cowboys avec une liste de “maladies” mentales datant d’un autre siècle.

IMGP3156

Conclusion

Sous ces faux airs de parc d’attraction, ce festival est indépendant et c’est la volonté des organisateurs de proposer une alternative aux grosses machines hyper sponsorisées. Ils veulent proposer une expérience de festival unique et on peut dire qu’ils ont réussi leur pari.

Le soin apportée à la narration, au décor et à la mise en scène par quartier en général est tout à fait comparable à ce que nous faisons en GN sans pour autant en être un. L’immersion se fait naturellement dans ses décors créés par des passionnés qui veulent donner une touche particulière à ce festival. Ce qui fait la force de ce festival est que chacun peut se prendre au jeu s’il en a envie et adopter très rapidement les codes de l’histoire.

IMGP3177

En utilisant des outils similaires au GN (Narration, trame documents de jeu, …) ils ont su se différencier et être reconnus internationalement. Ici je ne fais que reporter une expérience personnelle et je ne dis pas que c’est un GN comme nous le pratiquons, mais l’évolution des loisirs grand public s’intéresse de plus en plus à des mots qui résonnent dans nos têtes : immersion totale, créer des histoires, vivre une expérience.

Liens : http://www.boomtownfair.co.uk/home

IMGP3194

IMGP3232

IMGP3235

IMGP3239

IMGP3247

IMGP3279

IMGP3298

3 réactions à De la narration et du ludique dans le cadre d’un festival culturel

  1. Vraiment intéressant. Merci pour ce retour.

  2. Merci pour cet article. Un indice de plus qui montre que le GN est prêt pour le mainstream 🙂

  3. Merci Graziella pour ce retour. Une bonne source d’inspiration pour les initiations GN dans le cadre de festivals.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.