Inclure une Black Box dans (presque) n’importe quel GN

Publié le lundi 24 novembre 2014 dans Articles

Par

Tags: , ,

--

Black Box : pièce utilisée par les joueurs pour jouer des scènes ne se passant pas dans le « ici et maintenant » du GN. (http://nordiclarp.org/wiki/Black_Box)

Black-Box---Ride-on-time
Non, ça n’a rien à voir avec le groupe, mais on aimait la jaquette
Lors de mon dernier GN, j’ai passé une journée complète dans une Black Box. Non seulement je me suis éclaté, mais en plus, j’ai réalisé que cet outil pouvait enrichir à peu près n’importe quel GN, y compris les plus traditionnels.En particulier, comme l’indique la définition, la présence d’une Black Box donne la possibilité de jouer des scènes qui n’ont pas lieu au même moment ou endroit que le reste du jeu, comme par exemple des flash-backs ou des voyages sur une autre planète.

Cette technique remplace avantageusement la narration, parfois employée dans de pareils cas et fort peu immersive. La Black Box donne ainsi par exemple une existence physique à des souvenirs communs ou à des visions.

Mais, même dans des jeux traditionnels, la Black Box permet d’aller plus loin. On peut par exemple l’utiliser pour explorer des futurs possibles, ou mettre en scène des interviews des personnages (qui ne sont finalement ni plus ni moins que des monologues), ou encore jouer des scènes abstraites comme les rêves ou cauchemars.

On peut envisager de laisser la Black Box en libre service, ou d’y inclure un « PNJ résident », comme c’était mon cas le weekend dernier. Le rôle de « PNJ résident » est multi-forme et très plaisant : on passe son temps à improviser, interagir avec plein de personnages et faire de la mise en scène.

Les moyens logistiques nécessaires sont très réduits. Idéalement, il faut une pièce bien isolée, avec une sono et des lumières télécommandables. Mais un simple barnum planté à l’écart peut suffire.

Si un GN peut s’accommoder qu’un joueur puisse « disparaître de la circulation » pendant dix minutes (comme s’il allait aux toilettes, en quelque sorte), il peut probablement accueillir une Black Box. Et, en bonus, la Black Box est un excellent moyen pour un joueur qui a un passage à vide de se remettre dans le jeu ou d’explorer un aspect différent de son personnage !

En conclusion, j’encourage tous les organisateurs de GN à se poser la question d’inclure une Black Box dans leur prochain jeu, dans le souci d’élargir le champ d’exploration offert à leurs joueurs, et ce même dans les GN les plus traditionnels.

The following two tabs change content below.
Hoog

Hoog

J'adore le GN, et m'efforce de participer à son évolution en diffusant le plus largement possible les bonnes idées glanées ici ou là. En dehors de ça, ma vie est une joyeuse balade entre terrains de volley et mosh-pits !
Hoog

Derniers articles parHoog (voir tous)

12 réactions à Inclure une Black Box dans (presque) n’importe quel GN

  1. La blackbox, c’est comparable a l’utilisation de musique classique dans tout autre courant musical, ca augmente systématiquement la qualité du résultat.
    Excellent article JC.

  2. Rhalala… Ces nordiques veulent tout s’accaparer… J’ai organisé ma première black box en 2005. A noter qu’une BB ne passe pas obligatoirement par du hors-jeu et peut très bien être dans la continuité (rêve, souvenir, voyage…)

  3. Oui, il y a eu plein de proto-black box dans des GN français. Là on ne cherche qu’à communiquer sur un concept « standardisé », d’une certaine manière, pour le rendre aisément adaptable à tout GN. Ce qui n’empêche en rien de tenter de faire évoluer la black box dans le futur, naturellement !
    Concernant le hors-jeu, tu as raison MoZ : tu peux éviter la phase de discussion hors-jeu à chaque passage en black box en verrouillant le format avant le jeu. Par exemple en disant avant le jeu « dès que vous entrez dans la black box, vous êtes dans un cauchemar où vous affronter vos pires angoisses ». On gagné en fluidité, mais en échange on se prive de la flexibilité formidable de l’outil, et on prive le joueur d’un pouvoir potentiel sur son jeu (et sur celui des autres).

  4. Des pièces où il se jouait des séquences de rêve, des révélations magiques, etc. j’en ai aussi croisé fréquemment sur des GN en France(perso, pour la première fois en 2004 sur un GN où j’étais PNJ). L’apport ici est plutôt d’en élargir l’usage à d’autres types de scènes : futurs possibles et flashbacks notamment. Et surtout d’en donner souvent le contrôle aux joueurs qui peuvent l’utiliser de leur propre initiative ce qui est assez inhabituel par ici (voire inédit). Il y a aussi une différence de degré : sur certains jeux, la blackbox a une place prépondérante.

    Au passage, la blackbox c’est aussi le nom donné à un environnement fermé (un hangar ou une scène de théatre par exemple, isolée de la lumière et des sons extérieurs) dans lequel on va organiser un GN, qui peut être classique. Et bien sûr rien n’interdit qu’il y ait une blackbox (dans le sens où le décrit Hoog) dans un GN blackbox. Par exemple, le GN KAPO était joué dans un blackbox qui était un grand hangar où les orgas contrôlaient les sons et les lumières et il y avait aussi une blackbox à l’intérieur, une salle où les joueurs pouvaient se rendre pour jouer des scènes de leur passé, etc.

  5. Ma première expérience de Black Box n’a guère était concluante pour ma part. Je crois que je n’ai pas aimé pas le moment où l’autre joueur me prend par la main pour y aller.
    Faudrait que j’ai l’occasion de tester cela de nouveau.

    Mais je réfléchis à en mettre une sur mon prochain jeu.

  6. J’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt d’une black box en libre service pour les joueurs . Quelqu’un aurait un exemple concret s’il vois plaît ?

  7. Je prépare un article avec de nombreux exemples. Mais imaginons que tu joues un roi et que tu vas bientôt combattre en duel avec un de tes chevaliers que tu apprécies par ailleurs mais qui est accusé d’une faute grave blablabla. Tu peux proposer à l’autre joueur d’aller dans la blackbox pour jouer la scène de son adoubement en flashback puis une scène où le roi s’imagine une discussion avec ce chevalier qui n’existe que dans sa tête et où il exprime ses regrets. Pas besoin d’un orga ici même si ça peut être un plus.

  8. Oki oki c’est plus clair. Je comprends l’intérêt de partager une scène ensemble . A ce sujet, comment provoquer cette envie ? Est ce une initiative totalement joueur ou l’orga peut il ‘ planter des graines ‘ (dans les historiques ?) Pour provoquer cette envie de scène ‘black box’

    Par contre l’intérêt qu’un seul joueur fasse un monologue… heu j’ai un peu de mal .

  9. Le monologue ça sert peu souvent mais de temps en temps c’est vraiment bien. Pour les scènes de blackbox, L’orga peut en proposer dans les fiches ou au moment où les joueurs rentrent dans la blackbox.

  10. Le monologue est une technique séparée de la black box. Ca sert notamment à partager avec les autres joueurs le ressenti du personnage, lorsqu’il ne le ferait pas avec les autres personnages (ça sépare en quelque sorte la communication personnage->joueur et personnage->personnage). Conséquemment, ça permet aussi d’informer d’autres joueurs sans informer les personnages, souvent dans le but de faciliter la mise en place d’une scène (exemple : mon personnage prépare un truc en secret et ça serait cool qu’il soit découvert).

  11. Je plussoie le principe d’intégrer « en-jeu » la Black-box. Cela réduit nécessairement ses usages mais permet d’éviter des coupures du rythme de jeu que certains joueurs (comme moi) éviterons soigneusement (ce qui réduit également l’usage de cette Black-box).
    Pour ma part, j’ai intégré un système à mon prochain jeu quelque chose qui s’apparente à une black-box (sans être pensé comme tel) et va permettre aux personnages de découvrir des scènes passées tout en restant en jeu.
    L’intégration de ce principe dans la scénarisation est une vraie bénédiction, cela permet de répondre à tout un tas d’obstacles difficiles à résoudre autrement. Plutôt que le passé d’un tel soit inscrit dans le back de machin qui oubliera peut être de témoigner de ce qu’il à vu ou non, on espère que « un tel » puisse redécouvrir ces éléments du passé en les vivant dans notre « black-box » (que l’on appelle pas ainsi 🙂 )

  12. Les black box telles que décrites dans m’article sont plutôt utilisées dans des GN joués en transparence (pas de secrets entre les joueurs mais il peut y en avoir entre les personnages) avec une composante narrativiste forte (j’essaie d’abord de faire une histoire intéressante). Dans ce type de jeu, le pas de côté pour faire un point sur où on en est dans l’histoire et se demander ce qui serait intéressant de jouer est légitime.
    Toutefois, je suis d’accord que même en ce cas, c’est pas forcément évident d’aborder un joueur et l’inviter à une discussion hors-jeu (concernant le jeu certes mais hors personnage en tout cas). Perso, sur tous les jeux où j’ai croisé des blackbox, le seul où j’ai su vraiment m’en emparer a été celui où les orgas avaient prévu un code peu intrusif pour proposer à un joueur d’avoir ce genre de discute. Il suffisait de tenir en main une petite plume noire. Si celui-ci s’en saisissait alors il signifiait qu’il était ok et disponible pour avoir cette discussion, sinon on rangeait la plume après quelques secondes. Ça se faisait très bien tout en poursuivant son RP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *