Critique – La complainte de Berthold Brumer (Warhammer)

Publié le mercredi 7 décembre 2011 dans Critiques de GN

Par

Tags: , ,

--

Écrire une critique avec deux mois de retard n’est pas une bonne chose, et loin de moi l’idée de me dédouaner, mais il apparaît cependant que c’est une bonne méthode de… critique justement. Car il y a bon nombre de jeux (mais je ne citerai pas de nom) dont j’ai peine à raconter un souvenir marquant le lundi, dont le sujet ou le scénario quand il existe, ne me revient plus au bout d’une semaine, et que j’ai complètement oublié avoir joué un an après. Et pourtant, non, je n’ai pas une mémoire particulièrement défaillante, c’est juste que « y’a des jeux » qui ne marquent pas (ou disons pudiquement « moins que d’autres »).

GN-warhammer3.jpg

Et justement, si je prends la peine de rédiger quand même une critique deux mois après les faits, ce n’est pas pour parler ici d’un jeu dont je n’ai plus rien à dire, mais bien pour attirer l’attention sur un jeu qui, malgré quelques défauts légers, des imperfections ou plutôt des inégalités, qui à mon avis peuvent se corriger sans trop d’effort, m’a laissé un souvenir non seulement fort, mais également très bon. Jouent un rôle non négligeable dans ce phénomène les magnifiques photos de Céline Bast, mais pas uniquement. Mais quand même, avouez qu’elles claquent…

Déjà, on ne peut qu’être frappés en s’inscrivant à ce jeu et tout au long du triptyque pré-jeu/jeu/post-jeu, par l’extrême disponibilité, l’extrême gentillesse et  prévenance de l’équipe organisatrice. Et je dis ça, je suis plutôt misanthrope, je fuis les forums pré-jeux autant que les réunions de retrouvailles post-GN… Mais jouer chez Monolithe, c’est vraiment être bien reçu. Pas harcelé non plus. C’est juste que tu reçois dans des délais cohérents une préfiche correcte qui te donne surtout une bonne idée de ton costume. À la moindre question, tu as une réponse chaleureuse et claire, qui renforce ton envie de jouer. Tu as des aides de jeu qui sont jolies et pertinentes, et qui te créent une vraie atmosphère à l’avance. Des tas d’indices qui t’expliquent clairement (mais avec tact, sans tyrannie) ce vers quoi les orgas tendent et vers quoi ils souhaitent que tu te diriges. Tu reçois ta fiche assez longtemps à l’avance pour pouvoir t’en imprégner et… elle est bien écrite.

GN-warhammer.jpg

 

Bon ok, ca c’est ma marotte à moi, mais des fiches correctement écrites, avec une vraie âme, un vrai ton, ça fait plaisir. Un personnage qui, à la lecture, te surprend et te touche, avec un vrai caractère, de vraies complexités. Oui, si on veut être pointilleux, il y a bien quelques copier/coller, quelques incertitudes ou imprécisions, mais rien qui ne gâche le plaisir (et croyez moi, sur ce point je suis assez intraitable) ou qu’une bonne relecture ne fasse disparaître. Et puis les orgas sont tellement là pour éclairer la moindre zone d’ombre que, honnêtement, ce serait malvenu de se plaindre. Des fiches qui mettent réellement dans l’ambiance et qui donnent, d’entrée de jeu, le ton. À la lecture, on voit ce que l’orga veut mettre en place, et je trouve, personnellement, qu’une fiche ça sert à ça. Bref, des fiches qui donnent envie de traverser toute la France sur un week-end…

 

Et justement, enchaînons sur le site… visuellement, c’est encore une réussite, puisque le site est beau, inédit, pittoresque à souhait. Pas facile à trouver, mais là encore, l’accueil à l’arrivée récompense tes efforts. Ils organisent même des navettes pour te monter tes bagages et pour que tu ne découvres pas le site avant le début du jeu. En revanche, ça reste un site il me semble assez peu adapté au jeu lui-même, car les très fortes pentes rendent peu praticables (voire dangereuses) les alentours du village troglodytique, et celui-ci est trop petit pour abriter des scènes d’actions (combats, poursuites…). Les orgas sur ce jeu ont voulu clairement privilégier le visuel au pratique, et ils ont été les premiers à en souffrir (avec une rare bonne humeur). Un site très adapté au thème et à l’ambiance du jeu, mais moins à son déroulement concret. Bon après, le soleil levant sur les montagnes de l’Aveyron ca vous plante quand même une ambiance.

 

GN-warhammer6.jpg

 

Pour le reste… un jeu clairement à la hauteur des ses aspirations, et qui en plus ne sont pas des moins ambitieuses. Le parti pris de départ déjà ne manque pas d’intérêt : un GN d’inspiration médiévale (puisque tirée du JDR Warhammer), mais qui évite de nombreux écueils fréquents : un scénario simple, clair, mais intense, qui privilégie immersion et émotions à une énième course contre le démon. Des enjeux qui restent humains, pragmatiques, réels. Des personnages hauts en couleurs, très typés, une bande d’antihéros avec leur lot de bêtise, de préjugés, de superstition, de querelles de village. Un choix volontairement restreint de joueurs, pour créer une ambiance intimiste  et consanguine, plutôt très réussie. Des bonnes idées à foison, pour favoriser l’immersion, comme les petits boulots à effectuer en jeu : clouer des barricades, recoudre des blessures… un GN dans lequel on entre avec facilité, et qu’on n’est pas tenté de quitter durant toute sa durée tant l’immersion fonctionne bien.

 

Un grand encadrement des joueurs en terme de costumes notamment, pour recréer une ambiance de village de gueux, reculé, loin de tout… et c’est plutôt rare de jouer des bouseux en tenue de bouseux, de démarrer un GN médiéval (et de la finir pour beaucoup) avec une dague mal aiguisée, des enjeux personnels et égoïstes, et pas mal de mauvaise foi.

 

GN-warhammer8.jpg

 

Et pourtant, ça n’empêche pas, bien au contraire : des scènes poignantes, vraiment prenantes entre les personnages, de vrais moments d’inquiétude, de bravoure à petite échelle, ce sentiment d’union face à des menaces qui nous dépassent, si rafraichissant lorsqu’on a enchainé les GN « fin du monde » à énigmes multiples et qui échappent à (et laissent échapper) une bonne partie des joueurs. Un GN médiéval vraiment propice à de belles scènes de roleplay, aussi bien de la part des joueurs que des orgas et PNJ, avec un début vraiment scénarisé pour les joueurs, des scènes soigneusement préparées et qui font mouche. Un GN comme il devrait y en avoir plus, surtout dans les univers médiévaux qui ont tant de mal à se renouveler.

 

Un GN très riche en enseignements, qui prouve avec brio qu’il n’est pas besoin d’être un guerrier supra barbare pour s’amuser, qu’on n’a pas besoin de dizaines d’ennemis improbables et magiques pour vraiment flipper, que les histoires qui touchent les joueurs ne sont pas forcément les plus improbables et les plus irréellement romantiques, et qu’on peut bien plus prendre plaisir à incarner un paysan bas du plafond qui va finir presque malgré lui par bidouiller un plan avec ses frères ennemis pour repousser une menace diffuse qu’il ne comprend pas trop, qu’à sempiternellement sauver le monde en archimage ou en guerrier de plaques. (oui, c’est une longue phrase).

GN-warhammer9.jpg

 

Après oui, il y a quelques défauts, qu’il faut bien mentionner, pour leur donner envie de faire encore mieux. Une certaine inégalité des rôles semble-t-il qui a entraîné de l’ennui chez quelques joueurs, qui se sont sentis moins concernés par les intrigues centrales (et j’insiste au passage sur la richesse de plusieurs intrigues au lieu de l’incontournable intrigue principale, mais ce n’est pas le sujet). Peut-être un côté un peu léger du scénario, qui a conduit les orgas à prévoir un « plan de secours » sous forme de quêtes annexes, certes assez habilement imbriquées au jeu, mais qui relève sans doute d’une crainte fondée qu’il n’y ait « pas assez ». Peut-être un manque de PNJ qui les a contraints à courir partout, et aurait peut-être accéléré et fluidifié les choses. Et enfin, mais ils n’y sont vraiment pas pour grand-chose, une accumulation de contretemps et de manque de chance, qui leur as fait perdre en cours de route une bonne partie de leurs PNJ… mais a aussi démontré leur bonne capacité à gérer le stress et à rebondir.

 

GN-warhammer2.jpg

 

Peut-être aussi (mais c’est un avis personnel), un côté un peu trop détaillé des règles, avec les fiches de création, les point de compétences à améliorer au fil des jeux,  mais c’est sans doute voulu par le côté « jeu en campagne » et la volonté d’adapter un JDR en GN. De mon point de vue cela ne rajoute rien au jeu, mais ceci dit, ce n’est pas si mal fait pour ceux qui aiment ce parti pris. Et surtout, ces règles savent se faire discrètes voire se faire oublier et en aucun cas elles ne viennent gêner ou parasiter le jeu. Moi, clairement, j’ai
oublié leur existence d’un bout à l’autre.

 

Honnêtement, je suis assez critique d’ordinaire, mais je sais reconnaître, il me semble, une asso qui promet. Et je ne peux que souhaiter que ces gars-là se motivent, soit à une réédition, soit à une suite, parce que même s’ils sont loin de ma petite capitale, leurs jeux valent le détour. Et pour un coup d’essai (comme toute première session) et bien, ils ne sont pas passés bien loin d’un coup de maître.

Merci à Céline Bast pour les photos.

The following two tabs change content below.
Avatar

Marine SCHWAB

Avatar

Derniers articles parMarine SCHWAB (voir tous)

3 réactions à Critique – La complainte de Berthold Brumer (Warhammer)

  1. C’est vrai qu’elles claquent ces photos !

  2. Merci d’avoir publié mes photos… c’est top !

    Superbe critique !

  3. Ayant participé au jeu, je me joins au concert d’éloges écrits par marine. Trois mots peuvent définir ce Gn, immersion, cohérence et efficacité. Trois mots pour définir les zorgas, gentillesse, motivation, sérieux .
    Les photos sont superbes et me servent encore de fond d’ écran pour téléphone, trois ans après….
    Il est indéniable que ce jeu à marqué mon esprit de par ses partis pris et sont positionnement dans une forme de réalisme. Tout ce que j aime.
    Espérons ensemble une suite et/ou d autres Gn de cette qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.