Panorama du GN nordique – partie 6

Publié le vendredi 7 décembre 2012 dans Articles

Par

Tags: ,

--

Cet article a été publié à l’origine sur le blog d’Incarna.

Dernière partie de la série entamée ici. Nous nous étions arrêtés à la partie 5.

Dans cette dernière partie, nous verrons quelques jeux de cette année et nous conclurons par une bonne rasade de liens pour ceux qui ne s’estimeraient pas assez étanchés !

Till Death do us Part

Capture d’écran de la vidéo Till Death do us Part – a palestinian nordic larp project (Petter Karlsson, 2012)

  • créé conjointement par une association norvégienne (Fantasiforbundet) et une organisation de jeunesse palestinienne (Peace & Freedom Youth Forum)
  • GN de 4 jours sur un mariage entre un norvégien et une palestinienne
  • joué à Ramallah en Palestine en août 2012
  • le genre du GN est réalisme social

Sur le net :

Site du GN

Article sur son expérience par un des joueurs et revue des techniques employées sur le GN

Vidéo : Till Death do us Part – a palestinian nordic larp project, vidéo de 7 mn sur le GN

10ème parenthèse : Transparence

Beaucoup de GN nordiques sont joués à des degrés divers de transparence. Lorsque celle-ci est totale, cela veut dire par exemple que les backs de tous les joueurs sont librement accessibles à tous. Cela change la nature du jeu. La part de surprise diminue au profit d’une construction narrative et collaborative de l’histoire vécue par son personnage. Concrètement ce peut être deux joueurs qui décident pendant une interruption du jeu que leur couple va plus tard voler en éclat après un adultère.

La transparence est particulièrement adaptée aux jeux dont le principal ressort n’est pas l’intrigue ou le mystère mais plutôt les émotions, les relations sociales et l’interprétation (en libérant de l’incertitude et du danger, la transparence facilite un jeu plus expressif, l’opacité conjuguée à des antagonismes ayant tendance à favoriser la retenue d’informations et le jeu secret). La transparence permet également de mettre en place des scènes qu’il serait impossible de créer en opacité, de changer facilement l’orientation de l’histoire, de corriger un jeu en cours, d’enrichir un jeu en cours par des apports nouveaux qu’auront créés les joueurs eux-mêmes.

Just a little lovin’

Steve et Enrique, 2 personnages de Just a little lovin’ (photo prise après le GN)

  • GN sur la communauté homosexuelle new-yorkaise au moment de l’arrivée du SIDA.
  • jeu réaliste de style contemporain dramatique ayant pour thèmes le désir, l’amitié et la peur de la mort.
  • jeu en trois actes avec progression d’une année entre chaque acte.
  • loterie de la mort : à la fin de chaque acte, des personnages sont tirés au sort qui tombent malade ou meurent. Chaque acte s’achève par un enterrement.

enrique

Photo : Karin Rying

  • joué en transparence :
    • les heures hors-jeu entre les actes sont utilisées pour débriefer au sein des différents groupes auxquels appartiennent les personnages (un groupe restreint de 4 ou 5 personnes et un groupe social élargi d’une douzaine de joueurs) et en dehors avec quelques joueurs sélectionnés. Les joueurs font le point de où en sont leurs personnages et où ils veulent les amener dans le prochain acte. Il s’agit juste des grandes lignes et de quelques points précis nécessaires, tout le reste sera improvisé. Les joueurs décident également de ce qui leur arrive pendant l’année hors-jeu.
    • black box (voir plus bas) pour jouer des scènes du passé, du futur ou imaginaires.

  • représentation du sexe : les joueurs se concertent sur la manière de jouer la scène. Ils peuvent décider de la jouer de manière abstraite ou plus réaliste. Dans les 2 cas, ils utilisent un genre de bâton laqué fuschia (ou s’il n’y en a pas de disponible, n’importe quel objet de forme phallique). Dans le cas d’une représentation abstraite, les joueurs vont par exemple caresser le bâton. Si une interprétation plus réaliste est choisie, le joueur actif peut par exemple le tenir contre son bas ventre par-dessus ses vêtements et les 2 joueurs vont mimer l’acte sexuel. A noter que le bâton symbolise le sexe du personnage actif indépendamment de son genre : il est également utilisé si le personnage est une femme. L’acte est dans tous les cas, plus court que dans la vie réelle. Le but est moins de simuler l’acte sexuel que de le figurer dans l’histoire qui est créée dans le GN. Les 2 joueurs disent ensuite un court monologue sur ce qu’éprouvent leurs personnages.

Sur le net:

Site du GN (très bien fait, avec notamment de nombreuses photos des 2 sessions jouées à ce jour).

Réflexions d’un des organisateurs de la deuxième session

Vidéo : vidéo de promotion de la seconde session de Just a little lovin’

De nombreux articles ont été publiés sur le jeu, y compris dans des journaux généralistes. Je vous conseille celui-ci,  écrit par une participante, qui est synthétique et clair. Pour une liste complète de liens , voyez ici.

A noter qu’une troisième session sera jouée en 2013 au Danemark.

11ème parenthèse : black box

Une black box c’est :

  •  une pièce idéalement équipée en sons et lumières à la disposition des joueurs qui peuvent l’utiliser de leur propre initiative pour jouer des scènes qui se situent en dehors du lieu et du temps du GN. Ce sont généralement des scènes du passé des personnages, ou de leur futur, ou imaginaires (espoirs ou rêves par exemple). La black box peut également servir de lieu de réunion hors-jeu – si une pièce idoine n’est pas prévue – pour discuter de l’évolution de l’histoire entre les joueurs concernés et prendre des décisions.
    L’utilisation d’une black box avec ces modalités implique que le jeu soit joué en transparence (une black box est possible en opacité, les organisateurs initient alors son utilisation et
    situent le contexte des scènes jouées).

OU

  •  
  • un style de GN. Le terme black box désigne alors le lieu où le GN est joué. Ce lieu doit être entièrement coupé du monde extérieur. Les organisateurs interviennent sur l’environnement avec des lumières et des sons. Le décor est souvent symbolique à la manière de ce qui est fait au théâtre. Concrètement la black box peut être la scène nue d’un petit théâtre ou, comme dans KAPO, un vaste hangar de 40 mètres de large sur 80 mètres de long et une dizaine de haut abritant un décor ambitieux. Un festival de GN black box est organisé chaque année à Copenhague.

> galerie de photos d’un GN black box ayant pour thème l’extase religieuse (photographe : Bjarke Pedersen).

2027 – Life after capitalism

  • intention politique et éducative : imaginer  la vie quotidienne au sein d’une société anarchiste dans un monde post-capitaliste pauvre en ressources naturelles.
  • les thèmes sont l’économie participative (parecon), une politique participative (participatism), la permaculture et la conception Cradle to cradle (objets conçus pour être recyclable éternellement).
  • joué sur plusieurs sites en parallèle (des personnages commencent dans le Danemark fasciste ou dans la Finlande dévastée, ils rejoindront l’utopie suédoise plus tard avec le statut de réfugiés).
  • les participants sont un mélange de GNistes expérimentés et d’activistes dont c’est le premier GN.
  • l’évolution des personnages de l’année 2012 (au moment de l’effondrement du système capitaliste et de la balkanisation du monde) à 2027 (quand le GN est joué) est déroulée au travers d’ateliers pendant les 2 premières journées du GN.
  • Les 2 jours suivants sont consacrés à jouer la vie quotidienne dans cette société. Le contexte est une unité éducative (un genre d’école) où l’on vient apprendre des savoirs et en enseigner. De fréquentes ellipses (bonds dans le temps de quelques mois) permettent de faire évoluer les histoires personnelles sur une longue période.
  • des cours réels sont dispensés pendant le GN (danse contact improvisation, fabrication d’un four solaire, taï chi, méditation, etc.)
  • GN médiatisé (des journalistes tous les jours, passage à la télé régionale).

Sur le net :

Le site du GN.

Article sur son expérience par un participant.

Eco-village hosts post-peak oil Live Action Role-Play:  article par le gérant d’une ferme où furent joués des scènes du jeu (descendre dans la page jusqu’à le trouver, il date du 7 octobre 2012)

Vidéo : reportage de 4 minutes sur un réseau local (en suédois mais montre l’environnement du jeu).

Vidéo : trailer (en suédois)

Conclusion

Les 5 apports essentiels du GN nordique :

  • les ateliers pré-jeux
  • la transparence
  • de démontrer que le GN est un média aussi versatile, riche et osons-le indispensable que le théâtre ou le cinéma
  • l’expérimentation constante
  • de démontrer l’intérêt de publier et de se rencontrer pour débattre du GN

J’espère avoir présenté de la manière la plus synthétique et claire le GN nordique et avoir su partager ma passion pour cette scène du GN. Mon ambition est de promouvoir les expérimentations et explorations GNistiques.

Lectures et liens

Je reprends ici certains des liens déjà donnés et en ajoute d’autres. En gras les plus intéressants.

Sur le net :

Liens vers les articles de cette série :

  • 1 — introduction et définition du GN nordique — parenthèse : Knutepunkt !
  • 2 — jeux : AmerikA, Ground Zero, Europa — parenthèse : Østerskov Efterskole (l’école par le GN).
  • 3 — jeux : 1942, A Nice Evening with the Family, Hamlet, Momentum — parenthèses : Fateplay, Bleed, Pervasive.
  • 4 — jeux : La Route blanche, System Danmarc, Luminescence — parenthèse : Ars Amandi, Jeepform.
  • 5 — jeux : Muovikuppi, Delirium, KAPO — parenthèse : Ateliers pré-jeu, Safewords.
  • 6 — jeux : Till death do us Part, Just a little lovin’, 2027 — parenthèses : Transparence, Black box — conclusion et liens

Knutebooks :

Parmi ces livres, Do Larp est probablement le plus utile en premier abord. Il contient la description schématique (blueprint) de 13 GN.

Rapport de jeux :

Dragonbane-The Legacy (superbe compte-rendu de 180 pages en anglais sur le GN Dragonbane)

Momentum Evaluation Report (document public de plus de 100 pages publié dans le cadre du programme de recherche IperG sur le jeu Momentum)

Vidéos :

  • Nordic Larp Talks : conférences de style TED (courtes et personnelles) sur le GN organisés depuis 2010 en marge du Knudepunkt.
  • Nordic Larp on Vimeo : 20 vidéos liées au GN nordique (en particulier aux GN Delirium, System Danmarc et Kapo).

Site webs et blogs :

  • Chamber Games : blog sur les GN de petit format
  • Jeepen, le site des créateurs du Jeepform (techniques et nombreux scénarios)
  • The Larpwright : blog d’Eirik Fatland, un auteur influent du GN nordique
  • Norwegian Style : blog sur jeux norvégiens disponibles en anglais (plutôt jeux similaires à jeepform ou jeu de rôles sur table

 En français :

  • Places to go, Places to Be (VF) : plusieurs articles scandinaves traduits en français
  • electro-gn : blog français d’actualités et de théories sur le GN (voir les articles sur la théorie GNS par exemple)
  • Incarna : blog de l’association toulousaine Incarna, quelques articles et traductions d’articles liés au GN nordique (souvent repris sur electroGN
    par la suite).

Dans le monde réel :

Conventions et festivals de GN nordiques :

  • Knutepunkt 2013 (en Norvège cette année). La page facebook de l’évènement et le site web (pas trop fourni encore).
  • Black Box Copenhagen : festival de GN black box. Le site traduit par Google translate.
  • Fastaval : convention annuelle danoise de jeu de rôles et de jeu de plateau. Également réputée pour ses petits GN expérimentaux (jeepform, etc.)
  • Grenselendet – international chamber larp : festival annuel de GN nordique de petit format (chamber larps). A Oslo en novembre par les organisateurs du GN Till Death do us Part.
  • On parle aussi de GN nordique lors des GNiales à Paris. Depuis 3 ans y ont été systématiquement proposés des jeepforms.
  • On en parle sans doute aussi lors du Mittelpunkt en Allemagne et du Larp Symposium en Italie (ce dernier rendez-vous est encore tout petit et en italien uniquement).

The Bader Meinhof Experiment, GN de style black box programmé à Grenselendet 2012. Photo : DR.

Où jouer ?

Il est possible de jouer nordique en se rendant à une des conventions ou festivals mentionnés plus hauts.

Parmi les jeux à venir qui seront joués en anglais, on notera :
  • Just a little lovin’, session 3 – août 2013, Danemark. Chaudement recommandé si le thème vous intéresse.
  • The Monitor Celestra, un GN battlestar galactica par le producteur de Carolus Rex – mars 2013, Suède. Très cher. On dit qu’il pourrait être joué sur un bateau de guerre (à quai) converti en musée…
  • Between Steel and glass : la production de ce jeu est pour le moment arrêté mais il fait le buzz depuis quelques années. Une affaire à suivre. Le jeu aura pour thèmes la liberté et la question du genre dans un contexte d’anticipation.

Un site pour se tenir au courant :  la page facebook du groupe « Larps looking for international audience »

En France :

Le GN spécifiquement nordique se développe lentement. Il existe par ailleurs de plus en plus de jeux qui objectivement se rapprochent du traitement nordique (évolution convergente !).

  • eXperience : association parisienne pionnière (?) du jeepform en France et qui a quelques jeux forts intéressants en préparation notamment Carmen Chabardès.
  • Incarna : association toulousaine qui a proposé des jeepforms. L’association a une section Labo encore balbutiante qui a pour but de développer le GN nordique et les expérimentations GNistiques.
  • Convention SupAero : convention toulousaine de jeu de rôles sur table qui fait jouer beaucoup de scénarios sans règles depuis au moins 20 ans. Certains de ces scénarios sont joués en quittant la table et rappellent de ce fait le jeepform.

Parmi les jeux à venir qui ont des thèmes réalistes, une place notable accordée à l’émotion ou une certaine ambition artistique (remarque : je n’ai joué qu’un seul de ces jeux, pour les autres ce sont des suppositions à partir de ce que leurs organisateurs communiquent)  :

Ces jeux dans leur forme – sauf peut-être Carmen Chabardès – sont cependant classiques (unité de temps et de lieu, décor non symbolique, joués en opacité, etc.) mais ce serait à vérifier (que les auteurs n’hésitent pas à me contacter pour corriger).

Il y aurait sans doute d’autres jeux à citer.

Livres et magazines « papier »:

 

The following two tabs change content below.

Stéphane RIGONI

Derniers articles parStéphane RIGONI (voir tous)

5 réactions à Panorama du GN nordique – partie 6

  1. Je précise un point. Je cite la transparence dans les apports essentiels du GN nordique. Ça ne veut pas dire que je pense que tous les GN doivent être joués en transparence ! Ça dépend du
    scénario. C’est une liberté de plus, un curseur possibleà faire varier: on peut AUSSI jouer en transparence. Ça marche ! C’est ce que je voulais dire.

  2. Merci pour toutes ces descriptions et ces détails qui encouragent les formats nouveaux !

    Pour ma part, je serais très intéressé par la version Nordic Larp d’un GN Battlestar Gallactica !!

  3. Merci pour cette fantastique série d’articles, qui ouvre un champ infini de nouvelles possibilités…

  4. Je me demande dans quelle mesure le Battlestar sera nordique. En fait, ce qui en ferait vraiment un nordique et pas un super gros GN hyper chiadé, ce serait des règles minimales et dramatiques
    (genre : pas de points de vie mais chacun décide ce qui lui arrive en cas d’agression, une excellente règle au passage si on est prêt à sacrifier le côté ‘gamiste’). Je n’ai pas vu d’infos à ce
    sujet encore sur leur site.

  5. je serais très intéressé de tester ce type de règles du jeu. ça pousse forcement les joueurs à construire les effets dramatiques et la tragédie. C’est pour ça que j’apprécie la série en tout cas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *