L’amour en GN

Publié le lundi 20 juin 2016 dans Articles

Par

Tags: , , ,

--

Préambule

Cet article se veut être le compte rendu subjectif des échanges au cours de la table ronde “l’amour en GN”, animé par Lila Clairence, au cours de BEta-larp 2016.

heart-1192662_1920

Approche

Tomber amoureux, que ce soit en GN ou ailleurs, est une histoire de sensations, de rencontres de l’autre, de découvertes. Cela dépasse la limite du genre ou de l’âge. Ce qui diffère en GN, c’est l’intensité du ressenti, et son niveau d’implication. Lorsque la plupart des rencontres prennent une importance capitale dans le déroulé de l’évènement, le sentiment amoureux est un puissant levier permettant de changer l’expérience du personnage.

Expérience

Impossible d’évoquer le sentiment sans penser au Bleed. Pour rappel, on parle de “bleed-in” lorsque l’expérience de la personne nourrit le personnage, et de “bleed-out”, lorsque l’expérience du personnage nourrit la personne.

Le sentiment amoureux peut être vécu au cours de plusieurs moments du GN : avant, pendant et après.

  • Avant : le pouvoir du background. En tant que préparation mentale, le joueur se représente son personnage, ses interactions, ses sentiments. Plus le background sera délivré et lu tôt, plus une sensation de frustration sera instillée, décuplant ainsi l’effet du sentiment lorsqu’il sera joué avec l’autre. Bleed-in.
  • Pendant : le personnage vit ses interactions, pré-scriptées ou nouvelles, se voit évoluer autour de ses sentiments. Les émotions sont vécues par le joueur, interprétées par le personnage. Bleed-in et Bleed-out.
  • Après : le personnage a disparu, ne reste que le joueur. Des souvenirs de sensations se sont forgés autour des expériences du sentiment. Il ne peut les effacer.
    Bleed-out.

Freins et critiques

Le couple, dans sa dimension d’amour sacralisé et souvent privatif, est un frein à l’expérience amoureuse. Le joueur se retient, par culpabilité d’être infidèle, ou ne souhaitant pas susciter la jalousie du conjoint(e). Paradoxalement, les sentiments de peur et de tristesse ne sont pas fuis. Ils sont souvent même recherchés.

Il parait d’autant plus faussement pudique que de nier l’existence de jeu de séductions dans les relations sociales, de manière générale. En acceptant la séduction et le sentiment amoureux, nous acceptons une partie de la réalité ; le GN devient terrain d’expérimentation, où tout va plus vite et plus fort, permettant ainsi de nous enrichir, et de mieux apprécier la réalité. Le personnage en tant qu’alibi, nous permet de justifier la recherche cette expérience.

Prévention

Il n’est guère aisé d’introduire et/ou de retirer le sentiment amoureux du jeu. Afin de faciliter ce processus, parcourons quelques outils à notre disposition.

Déclaration d’intention

L’organisation transparente annoncera sa déclaration d’intention si l’expérience amoureuse est un des moteurs du jeu. C’est souvent le cas au cours de jeux dit “romanesques”.

De même, le participant prendra plaisir à jouer de cette expérience, tout en déclarant ses intentions à son partenaire.

Casting

L’organisation doit prendre position sur l’édition d’un casting préalable, pour discerner les intentions du joueur et sa fragilité, afin de mieux l’orienter dans le jeu. Ou à défaut d’une approche condescendante, l’informer du cadre du jeu et des ses personnages.

Ateliers pré-GN (workshop)

Afin que l’émotion soit juste, il est nécessaire que le joueur soit impliqué. Et pour qu’il s’implique de son mieux, il doit être à l’aise.

Afin de tempérer cette catalyse, il parait nécessaire que l’organisation prévoit à la fois des ateliers pré-GN dédiés à cette relation, afin de fixer les limites des interactions, et un débriefing.

Débriefing

Les joueurs fassent la part des choses entre émotions du personnage et personnelles. A ce sujet, j’aime beaucoup l’exercice du “Mon personnage est…”, forçant la distanciation par l’usage de la 3ème personne.

Il est nécessaire de créer une ambiance favorable au dialogue, et ouvrir la parole avec le moins de pudeur possible. Un débriefing dédié aux personnes impliquées dans la relation amoureuse peut être nécessaire. La stratégie “timeboxing” et la désignation d’un “maitre du temps” permettront de faire respecter la parole de chacun, afin de mieux la libérer.

Bienveillance

Le transfert du sentiment liant les personnages vers la relation entre joueurs est facile. Alors parlons-en. Faisons face, et clamons que cela existe. Afin de déculpabiliser. Tout en restant dans une écoute bienveillante. Un sentiment est toujours quelque chose de vrai. L’interprétation du sentiment est propre à chacun, et en cela, elle est discutable.

The following two tabs change content below.
gamal

gamal

Belge, GNiste, agiliste, progressiste
gamal

Derniers articles pargamal (voir tous)

Une réaction à L’amour en GN

  1. Merci pour cet article ! Je salue la volonté de partager les discussions de cette table ronde avec le plus grand nombre. L’exercice est toutefois compliqué, et le texte compliqué à comprendre par moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *