Impression sur “Les Hôtes”

Publié le lundi 11 janvier 2016 dans Critiques de GN

Par

Tags: ,

--

À l’occasion de la journée GN coup de cœurs, j’ai eu le plaisir de participer au jeu “Previous Occupants” (NDLR : Les Hôtes en français, téléchargeable ici). Voici donc mon impression sur cette session. Je précise qu’il s’agit de mon premier texte concernant le monde du GN, et que je suis plutôt “jeune” vis-à-vis de ma pratique de ce loisir.

previous occupants

“Previous Occupants”, c’est avant tout un format atypique par rapport à ce que j’ai eu l’occasion de jouer auparavant. L’histoire et le jeu y sont aidés par des techniques qui savent se faire oublier et servir le propos. “Previous Occupants”, ce sont deux histoires d’amour. Deux couples qui vivent leur drame, séparés par le temps qui s’est écoulé entre leurs histoires. Concrètement, ces deux couples sont face à face, séparés par une vitre (métaphorique) pour symboliser le temps qui s’est écoulé entre les deux histoires. Les joueurs observent donc chacun leur tour le jeu des autres.

D’un côté, l’amour naissant, plein de promesse et de joie, et de l’autre l’amour épuisé, vain, vide. Chacun des couples joue à tour de rôle de son côté de la vitre, et met en scène son histoire d’amour. Histoire pour laquelle l’issue est déjà connue par les joueurs concernés, mais qui est découverte par l’autre couple.

La vitre qui sépare ces deux histoires se transforme bien vite en miroir, un prisme à travers lequel chacun observe ce qui aurait pu être son futur ou son passé. Pendant que le drame se joue de l’autre côté de la vitre, on l’observe et on l’utilise. Il vient nourrir notre propre expérience de jeu.

Une clochette permet de “passer la main”, de signifier la fin d’une scène pour que le second couple puisse jouer la sienne. Le jeu passe donc sans cesse d’un couple à l’autre, et loin de couper l’élan, cela permet le temps de réflexion nécessaire pour imaginer ce que pourrait être la prochaine étape.

“Previous Occupants” est joué en deux parties. La première partie du jeu est basé sur un “crescendo émotionnel”, avec pour objectif pour chacun des couples d’amener son histoire jusqu’au climax voulu. Chacune des deux histoires qui se jouent simultanément se dirige vers un point culminant. Toute la difficulté de l’exercice étant de trouver les éléments justifiant ce point culminant et de les introduire dans le jeu. La première partie du jeu peut sembler dirigiste au premier abord car les  joueurs connaissent la scène finale vers laquelle ils doivent tendre leur jeu. Mais même si l’on connaît d’avance les différents points d’ancrages, l’histoire complète ne se dévoile que par la mise en opposition des deux couples, l’histoire de l’autre couple est une découverte qui fait écho à ce que l’on joue.

La seconde partie du jeu est beaucoup plus libre. La séparation entre les deux couples n’existe plus et différentes techniques sont utilisées afin de permettre le jeu de chacun au sein d’un même espace malgré la séparation temporelle (glisser quelques mots à l’oreille d’un joueur, prendre sa place temporairement). On en vient à projeter sa propre histoire dans l’autre couple, à l’entremêler, à influencer leur jeu. C’est le moment où les deux histoires entrent réellement en opposition, le moment où elles s’entrechoquent. Passé et présent n’existent plus. Chacun joue simultanément mais toujours dans une grande cohérence. Là encore, les techniques employés permettent de renforcer le jeu et garantissent sa fluidité.

“Previous Occupants” est un jeu qui amène une réflexion sur l’amour, le couple, la jalousie, le désir. Le thème est magnifiquement servi par les différentes techniques utilisés, qui, loin de rompre la continuité du jeu, participent au rythme de celui-ci. Pour conclure sur une métaphore musicale, “Previous Occupants” est une partition, et le jeu se trouve dans son interprétation.

Techniques utilisées pendant le jeu

La “clochette” : Les scènes de chaque couple sont entremêlées. Pendant qu’un couple joue, l’autre l’observe. La clochette permet de “passer la main”. Le jeu passe donc constamment d’un couple à l’autre.

La “main sur l’épaule” : Un joueur glisse quelques mots à l’oreille d’un autre pour l’influencer.

La “possession” : Un joueur prend temporairement la place d’un autre, pour “posséder” le personnage pendant quelques instants.

The following two tabs change content below.

Kévin POLEZ

Derniers articles parKévin POLEZ (voir tous)

16 réactions à Impression sur “Les Hôtes”

  1. Intéressant, merci Kévin !

  2. J’aime beaucoup cette idée d’alternance joueur/spectateur et ce vis-à-vis. Ça me donnerait même envie d’écrire un Huis-Clos.

  3. Ça vire de plus en plus Actor studio la communauté GN parisienne et à la définition du jeu de rôle en psychodrame de Moreno ! Parfois, je me demande ce qu’il reste de la dimension « jeu » dans les nouvelles pratiques de GN ? Le côté expérimental c’est bien, ça permet d’irriguer de créativité les scléroses d’une pratique. Mais ce n’est pas ça qui permet de développer l’offre de jeux auprès des amateurs français et d’élargir la communauté des joueurs.

  4. François, alors au boulot, écrivez des jeux qui vous plaisent, je les testerai avec plaisir 🙂 et en attendant, je m’éclate avec ces psychodrames expérimentaux…

    ….et merci à vous de lancer le troll sur cet article !

  5. Lancer le Troll ? On ne peut véritablement plus s’exprimer en toute liberté sur ce site ? François a parfaitement le droit de dire ce qu’il pense. Pourquoi faut-il forcément penser d’une certaine manière, c’est quoi ce dogme de la pensée unique ?! Bref la réaction de Cédric est bien plus inquiétante et dérangeante que celle de François.

    Pour en revenir à l’article, c’est très intéressant ce retour d’expérience. Ces expérimentations peuvent dérouter ceux qui ont une vision « classique » du GN. D’où la réaction de François. Le côté purement ludique laisse place à une dimension plus théâtrale. Mais le cadre de ce jeu qui semble assez fort me donne le sentiment que l’improvisation est toute relative. Ce qui pousse un peu plus loin les limites du GN. Est-on toujours dans le GN ? Pour moi, oui, c’est encore du GN. Il est clair que ce type de GN ne m’attire absolument pas. Le monde du GN devient de plus en plus protéiforme et c’est très bien.

  6. François, j’aimerais comprendre en quoi le fait de diversifier les pratiques et/ou les thèmes ne permettrait pas d’élargir l’offre.
    Tout ce que je constate témoigne du contraire.
    Les formats courts s’écrivent souvent plus vite, se diffusent mieux et s’organisent rapidement. Ils peuvent au final toucher autant voir plus de monde qu’un jeu plus « traditionnel ». Ce jeu a qui plus est été proposé lors d’un événement ouvert à des joueurs occasionnels voir novices.

    Dans la mesure où l’on ne sort pas la nuit armés de barre de fer pour casser la tête des gnistes proposant d’autres types de jeux, je peine vraiment à voir où est le mal.

  7. Boutade, boutade, mon cher Cire, inutile de lancer l’halali 😉 Je n’ai pas l’aisance qu’on d’autres pour défendre leurs idéaux, je préfère avoir recours à la dérision :c’est ma manière de m’exprimer en toute liberté sur ce site ^^

  8. Ok Cédric… je me suis un peu enflammé inutilement alors. Mais point d’hallali !

  9. On est tous des passionnés, c’est normal qu’on s’exprime avec ardeur de notre activité ^^ (oui, pardon, halLali avec deux L)

  10. Bonjour François, merci de ton commentaire. Voici quelques remarques vis à vis de ce que tu as écris. Tout d’abord, je ne pense pas que la communauté GN parisienne vire à l’actor studio. Comme toute communauté, celle-ci est protéiforme, et présente un panel très large de pratiques diverses et variés. Je suis par ailleurs très heureux d’avoir la possibilité d’explorer ces différentes formes, sachant que je pratique depuis peu. Je prend peut-être mon cas pour une généralité, mais ce genre de jeu ne m’a pas freiné ou restreint, loin de là. Cela représente pour moi un « développement de l’offre de jeu ».

    Je suis assez d’accord lorsque tu écris que le côté expérimental permet d’irriguer les pratiques existantes. C’est d’ailleurs pour cela que je dresse la liste des techniques qui ont été employés dans le jeu. Je les ai trouvé particulièrement pertinentes dans le contexte de ce jeu, c’est à dire qu’elles améliorent la fluidité et l’immersion et « collent » au thème et au contexte.

    Vis à vis du jeu en lui-même, je l’ai trouvé dans l’interprétation de mon personnage, et mes tentatives d’atteindre mes objectifs, ce qui, « en gros », correspond à ce que tout jeu, quelque soit sa forme, propose.

  11. @ François :
    Qu’est-ce que tu reproches à l’Actors Studio exactement ?

  12. Moi j’en ai marre qu’il n’y ait que les parisiens qui soient assimilés à cette communauté bobo-GNistique. A chaque fois que je dis que je suis provincial, on ne peut pas s’empêcher de me demander si je préfère le mass larp ou les OP airsoft. Dur.

  13. J’ai l’impression de comprendre se que veut dire notre cher François ^^
    « l’actor studio », son problème selon moi c’est que C’EST PAS POUR LES NOVICES!
    Faut déjà être vachement dérangé pour faire du GN classique médiéval ;-), et encore plus pour de « l’actor médiéval ».
    Alors si, forcément, ça augmentent l’offre de jeu (essentiellement pour les initiés et groupuscules peu publics) et tant mieux.
    Perso, je trouve que c’est de l’art! Et du bon en plus!
    Cependant (et là je trouve que François à bien raison) cela n’élargis pas (/ne popularise pas) le GN…
    Deux voies donc selon moi pour les forces vives du GN, soit la richesse personnel (artistique), soit la richesse des rencontres.
    De nombreuses nuances et ajout doivent compléter cette réflexion ^^
    Merci François de nous avoir fait réfléchir ^^

  14. Certains types de jeux ne sont pas accessibles au débutants en effet, mais tous les jeux progressifs ou nordiques ne sont pas inaccessibles aux débutants. J’ai vu des débutants sur Mad About the Boy, et j’ai eu des joueurs débutants sur l’amour au temps de l’avilissement et même les Fleurs de Mai

    Beaucoup de participants actuels sont effectivement venus au GN suivant le parcours jeu de plateau-jeux de rôles sur table-GN en commençant par des jeux d’univers Fantasy ou des franchises à la HP (moi-même ça a été mon cas). Mais ce n’est pas le cas de la totalité des joueurs, non plus que ce parcours type ait à mon sens vocation à être le seul mode de recrutement de nouveaux joueurs. Au contraire, par des jeux plus théâtralisés, on peut avoir la possibilité de toucher des populations venant par exemple de l’impro, et que le côté action-aventure ou simplement la durée ou l’investissement costume des jeux sur un week-end entier pourrait bloquer.

  15. @ Mu :
    Je ne vois pas ce qui empêche un débutant de jouer n’importe quel GN, tant que le thème lui plaît. Il y en avait sur les sessions de MATB et JALL que j’ai jouées, et il n’y a eu absolument aucun problème, au contraire même ! Je suis d’ailleurs très régulièrement étonné par des débutants sur plein de GN ; ils s’en sortent souvent mieux que bien des vieux routards ^^

  16. @ Hoog: certains orgas préfèrent ne pas prendre de débutants sur certains jeux, préférant que tout participant ait au moins un ou deux jeux derrière pour connaître les bases de l’activité (codes du roleplay, différence HJ/EJ, etc.) C’est le cas pour les jeux à casting où on a besoin de savoir comment un joueur se situe dans sa pratique et dans le type de rôle qui l’intéresse. Mais c’est sans doute c’est de moins en moins vrai avec la généralisation des ateliers.

    Cela dit ça n’invalide pas le coeur de mon propos qui était de contester que la multiplication et popularisation des jeux progressifs ou expérimentaux ne va pas être un obstacle à l’initiation des débutants bien au contraire, quand bien même à l’heure actuelle une partie non négligeable des pratiquants du GN sont venus à l’activité par des GN type action/aventure inspirés des JdR classiques. C’est une situation qui est à mon sens appelée à changer, parce qu’avec une offre de jeux plus variés, on aura simplement des modes d’accès au loisir plus variés, et non une offre accessible aux débutants plus réduite.

    Donc on dit la même chose au final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *