Preview : Un petit Donjon dans la prairie

Publié le lundi 23 mars 2015 dans Previews de GN

Par

Tags: , ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Un petit donjon dans la prairie

Association organisatrice : Urbicande Libérée

Date d’ouverture des inscriptions : 20 mars (plus ou moins)

Lien vers les inscriptions ou pré-inscriptions : https://www.weezevent.com/un-petit-donjon-dans-la-prairie

Localisation : Les Mines du Roi Nain, dans l’Oise

Date du jeu : samedi 13 juin

Durée de jeu : 12H (plus ou moins midi-minuit)

Nombre de Pjs : 42-60

Nombre de Pnjs : 20-30

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? : Non

Les auteurs : Aujourd’hui Gaël, Benjamin, Jean-Yves et Quentin, sans doutes d’autres.

dungeon

 

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

Ce GN est le produit de trois motivations : un super souvenir du jeu vidéo Donjon Keeper (parce que jouer les méchants, c’est cool), l’envie d’écrire un jeu basé sur des mécaniques de règles plus que sur des mécaniques d’intrigues (parce qu’on sait d’expérience que ça marche et qu’on n’a plus le temps de se lancer dans un nouveau projet à intrigues), et l’envie de refaire du GN « action » (parce qu’on aime jouer avec des épées en latex, dans le fond). En résulte un GN action-gestion-parodique, mélange de med-bourre et de GN d’entreprise décalé.

Ce GN n’est donc pas un jeu à intrigue, un jeu à personnage, un jeu à investissement émotionnel, ou quoi que ce soit de ce genre.

Le jeu sera surtout structuré par des mécaniques de règles : règles de combat, règles d’évolution des personnages, règles de gestion… Ce sont ces mécaniques qui vont créer le jeu des joueurs : les interactions, les objectifs, les prises d’initiative, les conflits, etc.

Par-dessus cette structure de base, on a quand même ajouté des intrigues et des événements plus habituels en GN, mais peu, qui nous ont permis d’apporter les éléments humoristiques et parodiques.

Bref, on a essayé d’écrire quelque chose qu’on n’a jamais joué ni vu (ce qui ne veut pas dire que ça n’a pas été fait), et qui offre une expérience différente de beaucoup des productions auxquelles on participe en tant que joueurs ou orgas.

 

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

Les personnages jouent les monstres employés dans un donjon : peaux-vertes, mort-vivants et autres démons, tous au service du Maître. Ils sont méchants, violents, syndiqués et aux 35h. Le GN sera une journée de travail dans un tout nouveau Donjon.

Les aventuriers, c’est-à-dire les « gentils », seront des PNJ. Ils tenteront régulièrement d’entrer en force pour dépouiller le trésor du Maître…

 

Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

On travaille collectivement avec pas mal de brainstorming, et ensuite on utilise une incroyable base de données qui permet à la fois d’avancer individuellement, d’avoir toujours accès aux dernières versions, de repasser sur le travail des autres, de ne faire jamais aucune coquille de copier/coller (oui, jamais aucune), de gérer au même endroit intrigues, personnages, matériel et évènementiel, bref c’est la meilleure base de données du monde. Notre gratitude éternelle à Jeff, le techos d’Urbicande qui est derrière.

 

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

Le défi était de trouver un site qui offre un espace de jeu tactique pour des combats d’escarmouche, avec une ambiance « donjon ». Une fois cette étape passée, le reste de la logistique et des enjeux de site sont raisonnables.

Concernant les règles, comme indiqué plus haut on a essayé de faire des règles riches mais simples, c’est-à-dire qui créent beaucoup de potentiel de jeu et d’actions pour les joueurs sans être indigestes pour autant. On a finalement trois mécaniques complémentaires (les combats, l’évolution des personnages et la gestion du donjon), chacune ne demandant pas trop de mémorisation.

On a particulièrement travaillé l’évolution des personnages : puisque faire son perso de JDR ou débloquer une nouvelle capacité dans le cas des GN en continue sont des choses si satisfaisantes, on a décidé de permettre une réelle évolution des personnages en cours de jeu. Et comme on assume le côté med-bourre parodique, on a créé des classes et des points d’xp en jeu, dans un système léger et fluide.

 

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Ce n’est pas un gn d’intrigues et d’émotion. Et il va falloir courir et se battre. Avec des épées en latex et des annonces. Par contre, il y aura des élections professionnelles, un tournoi de trollball, et probablement un concours de décoration.

 

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

La place centrale des règles. La tendance actuelle est à la diminution des règles, à leur discrétion, bref à privilégier l’immersion à la simulation. Et c’est très bien. Mais là, on fait complètement l’inverse : on veut que les règles créent le jeu, qu’elles le causent, qu’elles le poussent… Elles sont à la fois un levier et un outil dont les joueurs pourront s’emparer pour occuper leurs 12H de jeu !

 

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

En 2003, Urbicande voit le jour en région parisienne, de mère inconnue (alors que son père alcoolique et Lyonnais s’appelle Rêves de Jeux). Fille mère, elle donne rapidement naissance à 4 GN tissant l’évolution d’une ville médiévale fictive, depuis sa création jusqu’à sa décadence : le cycle de la Biche. En parallèle, elle traverse sa crise d’adolescence avec Hors Piste, les Copains d’abord et le Truman Show (un Cirque russe en 1900, une beuverie entre potes et une émission de télé-réalité déjantée).

Telle une femme Barbara Gould dans la force de l’âge, Urbicande s’oriente désormais vers des styles hétérogènes décomplexés (futuriste, contemporain, med’bourre…), préférant les petits formats pour mettre l’accent sur la qualité. Elle aime les beaux costumes, la bonne bouffe, les intrigues bien denses et les tous les petits détails soignés. Sa grande passion : la diptérosodomie.

 

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

Un noyau de scénaristes d’Urbicande, renforcé ensuite par d’autres et des extérieurs accueillis avec grands plaisir ! On partage tous une certaine nostalgie pour les week-ends en cotte-de-maille avec des armes en latex, aussi.

 

Liens divers :

Plus de détails : http://urbicande.fr/jeux/detail/Un%20petit%20donjon%20dans%20la%20prairie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *