Preview GN – Firefly édition 2013

Publié le vendredi 6 septembre 2013 dans Previews de GN

Par

Tags: , , ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Firefly édition 2013

Associations organisatrices : Castilla Garona et le Consulat d’Elleslande, deux associations toulousaines.

Date du jeu : 20-21-22 septembre 2013

Durée de jeu : 48 heures environ

Nombre de Pjs : environ 35

PAF : 85€ (-10€ pour les membres des associations organisatrices)

Nombre de Pnjs : une petite poignée

Site internet : http://www.gnfirefly.com/

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? non

Les auteurs :

Pierre Beaudoin

Jeremy Didier

Vivien Villalon

Vilfrid Villalon

Et une équipe nombreuse où chacun amène ses compétences personnelles dans des domaines précis (cuisiniers, costumiers, accessoiristes, informaticiens, électriciens, infographistes, web-designers…)

 firefly gn 3

Présentez-nous un peu les assos organisatrices :

Le Consulat d’Elleslande est une association de GN, mais pas que ! L’association se réunit tous les samedis soirs à la salle municipale de La Vache à Toulouse. On y pratique le jeu de rôle sur table, les jeux de société, le wargame, mais aussi des ateliers de fabrication de matos (cuir, couture…), et d’entraînement thématique au combat de GN (des ateliers baston, quoi !). L’association participe aussi régulièrement en tant qu’organisateur ou animateur à des événements tels que le Toulouse Game Show, le salon de l’Alchimie du Jeu, le salon Jeux et Merveilles.

Castilla Garona est également une association de GN, connue pour l’organisation de sa trilogie Kraznaya, dont les épisodes ont eu lieu en 2007, 2008 et 2010. Depuis 2011, un nouvel univers voit le jour au travers d’événements de plus en plus importants : Aurlon. D’abord une murder, puis un GN d’une trentaine de joueurs en 2012. Les organisateurs (qui sont aussi les orgas du Firefly) tablent sur une suite pour 2015, mais ceci est une autre histoire…

Pour l’organisation du Firefly, les deux associations ont décidé de mettre en place un partenariat, afin de profiter du meilleur des deux entités : ses ressources humaines (scénaristes, techniciens, couturières, peintres, dessinateurs, informaticiens…) et matérielles.

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

Nous sommes une petite équipe ayant déjà réalisé deux jeux de petit format ensemble, ainsi que plusieurs autres jeux séparément. Le premier jeu réalisé ensemble est “Blood war : Vampyrus ex machina” (inspiré du GN précédemment organisé par Baptiste D.), où nous avons mis en place d’importantes trames scénaristiques afin de favoriser les conflits entre joueurs. Par la suite nous avons travaillé sur le GN Aurlon, basé sur un univers médiéval-fantastique un peu fourre tout, mais avec des interactions fortes entre joueurs. Forts de ces expériences et avec l’envie de retravailler ensemble mais avec de nouveau défis, nous avons pensé au monde de Firefly, dont nous sommes fan.

 firefly gn 2

Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

La rencontre avec un nouveau venu dans l’équipe se veut conviviale, avec une explication du principe du projet et des intentions des orgas.

L’organisation du GN se divise en plusieurs pôles, avec un référent sur chacun d’entre eux (scénario, matos, logistique, communication, etc.), où chacun peut prendre place selon ses envies et compétences. Le nouveau venu est ainsi en contact régulier avec le ou les référents (selon qu’il est sur un ou plusieurs pôles) tout au long de la réalisation du projet, le tout chapeauté par les “auteurs” du GN. Tout le monde est invité à participer aux ateliers de fabrication du matériel du GN, quel que soit son pôle de prédilection, ce qui permet également à l’équipe de se rencontrer régulièrement.

Nous fonctionnons avec des partages de documents en ligne, ce qui rend interactif les supports de travail. Un canevas d’écriture des documents, que ce soit pour le scénario, les backs, les docs de jeux ou tout autre écrit en lien avec le GN a été créé afin de garder une cohérence dans le travail que nous faisons. Cette méthode nous permet de gagner du temps dans l’écriture et la compréhension de ce qui est proposé dans un document donné. Cela facilite l’intégration de nouvelles personnes à l’organisation et son autonomie rapide sur les tâches à effectuer.

Les deadlines permettent de maintenir une visibilité sur ce qui est fait et reste à faire, maintenir la motivation (et le stress) et aide au travail de l’équipe. Ce qui est important c’est de ne pas oublier que nous sommes un groupe sur le projet. Toute idée utilisable dans l’univers de Firefly peut être la bienvenue, le tout est d’en parler et d’écrire.

Une fois par mois, un mail général récapitule les avancées du projet, et tous les deux mois une grosse réunion rassemble l’ensemble des organisateurs pour faire un point oral. L’organisation de ce GN est structurée et ordonnée, mais on laisse la place à beaucoup de convivialité. Cela permet au projet d’avancer assez sereinement tout en maintenant une bonne ambiance générale dans l’équipe.

 firefly gn 1

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ?

Un challenge, pour sûr ! Le décor est celui d’une maison de campagne gersoise, et pour faire de ce lieu un petit coin du ‘verse’ (l’univers de Firefly), il y a du travail. Le Gers, ce n’est ni le Far West, ni une station orbitale, mais on compte bien arriver à immerger nos joueurs dans le monde de Firefly. On compte utiliser de la technologie, que l’on espère innovante en GN, et miser sur les talents de nos organisateurs, spécialistes dans de nombreux domaines. La réalisation de certains objets de jeux et décors a demandé plusieurs mois de conception et de fabrication, ainsi que de nombreux débats animés, mais on aime ça.

S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elles au jeu ?

Les règles sont volontairement succinctes et simples (elles tiennent en une page). Nous souhaitons ainsi favoriser le réalisme plutôt que le simulationnisme. L’accent est ainsi mis sur le roleplay et les interactions entre personnages. Les règles ne sont qu’un cadre nécessaire au jeu (pour des raisons de sécurité, d’harmonie et de fairplay), et non un support selon nous.

Un des éléments que nous affectons particulièrement est le réalisme : il s’agit d’immerger le joueur dans un univers à 360°, où un drap sur une corde ne peut représenter que ce qu’elle est objectivement, et non un mur.

Nous pensons que l’on croit trop souvent que le simulationnisme (des règles jeu vidéo, un haut degré d’abstraction, etc.) favorise le ludisme. D’aucuns pensent en effet que, par le biais des règles, on favorise la compétition entre les joueurs, la viabilité de tous les personnages, ou encore le plaisir de jeu. Pour nous, le vecteur essentiel du roleplay, et du jeu de façon générale, passe par le réalisme. Un joueur stimulé par tous ses sens, de beaux décors, un scénario cohérent, des interactions riches, prendra plus de plaisir, selon nous, que s’il avait été biclassé mage/guerrier niveau 3.

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?

Nous avons toujours organisé par le passé des GNs de petite taille (de 10 à 35 joueurs). Nous aimons soigner les personnages autant avant que pendant le jeu, et que chaque joueur se sente spécial. Et cela nécessite une proportion orga/joueur élevée. Nous ne pourrions organiser ce GN avec le double de joueurs : notre attention et notre vivacité en serait d’autant diluée.

La durée de jeu est ici classique : du vendredi soir au dimanche après-midi. Si nous voulions faire ressentir une ambiance de murder-party aux joueurs, 48 heures nous semblent être le format adéquat : d’une part pour interpréter son personnage, le pousser jusqu’à ses limites, et éventuellement le voir mourir, d’autre part pour retranscrire un esprit de communauté de “village”. La succession de plusieurs jours et nuits nous semblait ainsi nécessaire.

Le prix de la PAF est proportionnelle à la petitesse du format et au soin que nous attachons à chaque joueur. Aussi, un GN se voulant “intimiste” comme le nôtre doit amortir des frais fixes (location de site, création de matériel), ce qui se ressent impérativement sur le montant de la PAF. Nous ne voulions pas faire à tout prix un GN “cher”, mais le prix est la conséquence des moyens pour mettre en scène notre vision.

Il y a d’autres points que vous voulez aborder ? Allez-y lâchez-vous.

Vous remarquerez les articles écrits par Pierre, et ceux par moi (Jeremy) :p

La lettre d’intention mise en ligne sur le site internet du GN Firefly :

Firefly est un GN de petit format, qui se veut à la fois convivial et intimiste. L’accent sera mis sur l’ambiance, le réalisme et le roleplay. Nous pensons que le réalisme en GN favorise l’immersion des joueurs dans le jeu et qu’une ambiance, une histoire ou un scénario bien ficelés sont plus importants que des règles simulationnistes lourdes.

Le prix de ce GN est élevé, mais il correspond aux sommes investies. Il s’agit d’un choix de l’organisation, qui est celle du coût du réalisme : de beaux décors, des costumes “historiques” et des effets spéciaux innovants. Nous sommes conscients que tous les joueurs de GN ne sont pas prêts à payer une telle somme et nous en sommes désolés. Nous estimons toutefois que le GN Firefly, à but non lucratif, nécessite bien un budget permettant d’atteindre un niveau de qualité appréciable.

Enfin, le faible nombre de joueurs justifie ce prix. C’est également une volonté, voire une tradition, au sein de l’équipe organisatrice, de n’organiser que des petits formats. Ainsi, l’attention des organisateurs à l’encontre des joueurs et du jeu n’est que plus grande.

Le GN Firefly n’est pas un GN où l’action et le combat d’épée priment. Les armes en latex “classiques” ne seront présentes que de façon résiduelle et la majorité des armes seront à feu et de type Nerf. Par ailleurs, en début de jeu, un personnage ne sera armé que si cela est cohérent avec son historique et la plupart du temps, les armes seront fournies.

Le GN pourra être mortel pour votre personnage : la vie a une grande valeur mais elle peut vite s’éteindre. Des conflits entre les joueurs risquent de se produire ; toutefois, ôter la vie à un personnage a des répercussions graves vis-à-vis de l’Alliance ou de la communauté. À titre personnel, nous pensons qu’il est toujours délicat de tuer un joueur en début de GN. Soyez mesurés dans votre jeu et vos actions : le respect de l’autre prime sur le jeu, et jouer la gagne est rarement le meilleur roleplay qu’on ait vu.

Le GN est interdit aux mineurs, pour des raisons évidentes de sécurité et d’assurance. De plus, certains des thèmes abordés peuvent choquer les joueurs les plus sensibles. L’ambiance de jeu se veut sombre et adulte et nous nous attachons à ce que tous les participants fassent preuve de maturité face à des sujets difficiles, grivois ou glauques.

L’organisation tient à offrir un GN de qualité à ses joueurs et toute l’organisation reste à votre écoute pour tout desiderata, remarques ou suggestions. Les personnages que vous incarnerez seront particulièrement travaillés par l’équipe du scénario et nous faisons tout pour que le jeu soit intense, profond et vous tienne éveillé jusqu’au bout de la nuit. Nous voulons, pour le GN Firefly, vous émouvoir, vous surprendre et vous faire rêver .

Table de mixage du GN :

mixage

5 réactions à Preview GN – Firefly édition 2013

  1. Ca a l’air bien. Si ce n’était pas dans deux semaines, je m’inscrirai !

  2. C’est presque plein, donc pour ceux qui hésitent, c’est maintenant ou jamais ! 🙂

  3. Dommage que la communication s’axe sur le côté courtisane pour les filles, ça donne l’impression qu’il y aura que ça comme rôles pour elles. Erreur de communication? (j’espère, car sinon, c’est que vous êtes pas au courant qu’une fille ça sait faire plein d’autres trucs que les rôles type “putes”)

  4. Euh, Tobi, je ne vois pas de quoi tu parles. Sincèrement, notre preview ne mentionne même pas les rôles de courtisanes. Parles-tu du sqite internet? Je trouve qu’un accent n’est mis sur cet archétype particulier.
    Sinon, pour te rassurer, non nous ne sommes pas misogynes. Pour preuve : chez nous, les courtisanes peuvent aussi être homme (par exception, même en présence d’homme dans un groupe, on dira “Courtisanes” au féminin), et c’est loin de représenter la majeure partie des rôles jouables.

  5. Back 2eme session reçu et ca sent bon 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.