Preview de GN : Erèbe Episode 3

Publié le lundi 10 juin 2013 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Erèbe, Episode 3, « Le pilier de lumière »
Association organisatrice : Les Semi-Croustillants
Date d’ouverture des inscriptions : 23/04/2013
Lien vers les inscriptions : http://www.semicroustillants.fr/
Localisation : Fort l’Ecluse (Léaz, Ain 01)
Date du jeu : 11, 12 et 13 octobre 2013
Durée de jeu : 2 jours et 2 nuits
Nombre de Pjs : 100
Nombre de Pnjs : 15 (sans compter les organisateurs et la logistique)
A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? Non

Fort de l'Ecluse

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !
Composée de passionnés du GN, le projet Erèbe s’est lancé lorsque les joueurs d’hier ont souhaité à leur tour créer leur propre univers.

L’association a été créée en 2010 suite à la séparation de l’équipe organisatrice d’une autre association de GN, dans le but de poursuivre l’aventure Erèbe. À la base, le but de l’asso est de faire vivre ce GN que les orgas avaient toujours souhaité faire en tant que joueurs (et après toute l’écriture du monde, il paraissait impensable de ne pas terminer l’histoire).

Erèbe est l’actuel GN principal, mais d’autres projets sont en phase de maturation…
Les chroniques d’Erèbe sont actuellement le seul univers de l’association, mais d’autres projets très différents sont dans les tiroirs. L’association ne s’arrêtera donc pas à la fin des chroniques d’Erèbe.

 


Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

Nous sommes une bande d’amis d’enfance ayant une expérience diverse du GN, avec également quelques « pièces joyeusement rapportées d’autres GNs ».


D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

L’objectif est de proposer un GN ouvert où la fin n’est pas écrite à l’heure actuelle. Celle-ci dépendra des actions et du choix des joueurs qui, parfois sans le savoir, tiennent entre leurs mains le destin du monde. C’est un GN principalement centré sur des personnages individuels et de petites factions, plus que sur une dynamique de groupe globale (ainsi, les personnages d’une même cité ont beau avoir la même origine, ils ne sont pas nécessairement dans le même camp).

Chaque personnage y est une entité unique et non un exemplaire clonable d’une classe prédéfinie (Prêtre, guerrier, sorcier, …). Chacun dispose d’un background personnalisé et étoffé, le liant aux autres personnages, aux intrigues de l’univers, et aux intrigues de groupes, tissant ainsi une toile d’araignée sur laquelle chaque joueur intervient. Ainsi les joueurs commencent le jeu avec l’ensemble des pièces d’au moins la moitié des intrigues.

Ce n’est pas un GN porte-monstre-trésor où il suffit de suivre la route et d’affronter les PNJ pour dénouer les fils du scénario. Les éléments du scénario se dévoilent à ceux qui les cherchent par petites touches et non par des deus ex machina. Bien sûr, cela implique que certaines affaires ne soient jamais résolues car les personnages ayant les informations nécessaires les auront peut-être négligées. Mais n’est-ce pas ainsi que se passe la vie ?

C’est également un univers géographiquement limité, afin que la mosaïque des personnages soit représentative de la diversité du monde tout en conservant des ambiances très variées, allant du royaume militariste et rétrograde d’Arkhaïs à la cité bureaucratique et steampunk de Marchev.

Le GN se situe dans un contexte assez violent, mais les personnages n’ont toutefois aucune obligation d’être armés. La situation de conflit sert surtout d’ambiance et les affrontements armés, bien que présents, ne sont pas le cœur du scénario. Nous n’allons pas jusqu’à dire qu’une bonne bataille à l’épée latex ne détend pas de temps et temps, mais si ce n’est pas votre genre, vous pourrez sans trop de difficulté les esquiver. Après tout, une bonne moitié des personnages ne sont armés au mieux que d’un couteau à pain…

Damné


Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

Depuis l’apocalypse, les survivants de l’humanité se sont retranchés sur une chaîne de montagnes suite à l’appel d’une mystérieuse entité appelée l’Oracle. Depuis 300 ans et à l’abri du fléau, les hommes tentent de reconstruire leurs civilisations dévastées.

Chaque année, ou presque, l’Oracle les convie à de grandes festivités pour transmettre ses instructions et recommandations…

Les personnages se rassemblent à l’appel de l’Oracle pour entendre ses mots autant que pour retrouver leurs contacts disséminés sur le monde.

Ils sont issus de toutes les classes sociales d’Erèbe, de toutes les professions, de toutes les origines, chacun présent au final pour des raisons qui lui sont propres, qu’il s’agisse de commerce, de recherche scientifique, de politique ou tout autre complot.

 


Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

Étant tous dispersés (Rhône, Paris, Savoie, Luxembourg), nous avons créé un wiki (privé bien sûr) où nous centralisons nos données. Nous avons en ligne toutes les informations sur lesquelles chacun peut apporter ses remarques, commentaires, voire ses idées majeures de scénarios.

Chaque orga est informé par mail des mises à jour du wiki, cela nous permet d’être tous informés et de garder un univers cohérent. Nous validons régulièrement les propositions de chacun lors d’une réunion hebdomadaire sur Skype…

Bien sûr, certains sujets concernent plus certains orgas que d’autres, mais tous les membres de l’équipe y ont accès ensemble, et les avis de tous sont écoutés. Chaque joueur se voit notamment attribuer un organisateur référent qui n’est pas forcément l’auteur de tous les éléments concernant ce personnage, mais qui connaît le personnage et les souhaits du joueur.

 


Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?
Le vrai challenge vient de la dispersion de l’équipe. Nous nous rassemblons aussi souvent que possible dans les Alpes pour passer un week-end à travailler sur des décors tout en avançant les scénarios.

Le choix du site vient de l’adaptation de Fort l’Écluse aux besoins du scénario (non on ne dira pas quoi) et aux contraintes de confort minimales que nous exigeons (eau courante, sanitaires, couchage en dur, électricité…). Depuis notre dernier GN sur ce site, de nouveaux bâtiments ont été rénovés permettant de nouvelles possibilités pour les scènes…

Nous essayons de plonger les joueurs dans un univers différent de celui qu’ils fréquentent tous les jours, tout en conservant une part de notre confort moderne. De bons repas et un couchage en dur autant que possible, mais aussi des décors et des costumes permettant de bien différencier notre univers d’un autre GN à tendance fantastique. Vous ne trouverez chez nous ni elfe ni orque. Ça change, mais il est plus difficile de réutiliser certains costumes… plus de boulot pour les orgas du coup…

La distance entre nos domiciles, les capacités de stockage et les budgets toujours limités d’un GN associatif nous poussent à faire des efforts de réalisation et de logistique pour nous assurer que tout soit prêt à temps et au bon endroit.

Nos règles sont inspirées des divers GN que chacun d’entre nous a joué précédemment (notamment Anachrone et le Mordheim des Joyeux Chaotiks), mais ont été adaptées pour casser certains stéréotypes du médiéval fantastique, notamment sur la magie et les prêtres.

L’orientation technologique steampunk de certains pans du GN est aussi un défi, car réaliser des machines un tant soit peu utilisables est toujours plus complexe que réaliser un décor statique.

Paolo Di Vestini

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?
Le format de 100 joueurs nous permet de tisser suffisamment de trames entre joueurs pour leur permettre de lancer leurs intrigues personnelles dès le début du GN. C’est aussi pour nous une limite, afin d’éviter que les orgas croulent sous les backs de leurs joueurs.

Un format de 100 joueurs nous permet également de louer un fort assurant le confort auquel nous sommes tous habitués tout en gardant une ambiance hors de l’ordinaire, d’assurer une nourriture de qualité (comme la pièce montée du dernier GN) et de créer des décors ambitieux.

Le nombre de PNJ est lui relativement limité car nous considérons que le jeu doit être créé par les joueurs et non par des PNJ venant systématiquement les chercher par la main pour les amener au donjon suivant. Le scénario laisse volontairement des zones de calme afin que chacun ait le temps de résoudre ses petits complots… Bien sûr il y a quelques PNJ « majeurs » pour que les orgas puissent quand même agir sur le jeu, mais nous limitons leurs interventions.

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?

La malédiction météo lancée par un dieu vengeur sur notre équipe n’a pas encore été levée (tempête au premier GN, neige au second, vent froid au troisième), mais nous espérons parvenir à conjurer ce mauvais sort. Dans le doute, nous logeons tout le monde avec un toit sur la tête et la possibilité de rester à l’abri de l’eau et du vent.

La campagne d’Erèbe a déjà connu trois épisodes, l’un d’eux étant un hors-série non prévu à l’origine. Après cet épisode, nous en prévoyons un dernier qui verra la conclusion de toutes les intrigues et permettra aux joueurs de comprendre le fin mot de l’histoire.

Le premier était plus limité en termes de matériel et de décors, beaucoup de techniques étant à l’époque encore mal maîtrisées par l’équipe, mais l’histoire semble avoir suffi à compenser puisque les joueurs l’ont apprécié. La répartition de l’effort sur l’ensemble du scénario a aussi fait des progrès, certains éléments de décors des premiers épisodes ayant demandé beaucoup de travail pour des scènes concernant finalement trop peu de joueurs.

Cette fois-ci nous prévoyons des scènes plus nombreuses afin que chaque joueur ait la possibilité d’assister à certains de ces événements impliquant décors, costumes et effets spéciaux. Nous comptons bien rester sur notre standard actuel de qualité de backgrounds, en corrigeant peut être les fautes d’orthographes encore trop communes….

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous a vos joueurs pour être surs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Nous invitons surtout nos joueurs à ne pas attendre que le scénario vienne à eux et les guide, sinon ils risqueraient de rater les nombreuses trames annexes qui font tourner notre univers.

Qu’ils n’hésitent pas à se frotter aux autres joueurs, ils pourront découvrir d’autres intrigues, et des aspects de l’univers qui n’étaient pas nécessairement abordés dans leur background originel. Certaines actions sur les précédents GN ont tellement surpris les orgas que des pans entiers de l’histoire ont dû être réécrits.

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?
Le travail sur les personnages et leurs backgrounds qui permet à chacun d’être un acteur du jeu et non un consommateur passif d’une aventure se déroulant sous ses yeux.

La table de mixage du GN :

Table de mixage Gn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *