Preview – Yggdrasil : Au fil du Wyrd

Publié le mardi 30 août 2011 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu : Yggdrasill

Association organisatrice : Yggdrasill

Date du jeu : 09 Septembre 2011 à 22h00 au 11 Septembre 2011 à 14h00

Nombre de Pjs : 50

Nombre de Pnjs : 25

Les auteurs : Dari, Razhoir

yggdrasil-gn-murder-party-.jpg

Vous pouvez présenter un peu l’asso et son identité ?

L’Association a le même nom que ce GN et pour cause, elle est dédiée à cette série GN. Le 1er épisode de ce GN à suite a été organisé dans le cadre d’une fédération de jeu liée à la ligue de l’enseignement. Il y avait alors 30 Pjs et 15 Pnjs. Quelques vétérans et pas mal de débutants (environ la moitié). Le jeu s’organise en Basse Normandie, mais les joueurs viennent de partout. Bon quand même plutôt d’au dessus de Paris. Ogham GN avait aidé pour le matos du premier. Aujourd’hui, nous sommes un peu plus indépendants et on a prévu de faire 3 épisodes au moins.

Et vous ? Le groupe des auteurs, vous êtes qui ?

À 17 ans, nous avons commencé le GN et au bout de 3 jeux, nous avons commencé à avoir des envies d’organiser. Nous faisions 2 à 3 GN par an et 2 à 3 huis clos. Dédales a été une bonne source d’inspiration, de même que les Huis clos joués dans l’Essone avec Simulacre.

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est, et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

Ce jeu n’est pas bourrin. On cherche a proposer énormément d’intrigues et de donner aux joueurs un maximum de liberté tout en restant centré sur une idée simple : l’immersion. Nous voulons que les Pjs se sentent proches de leurs personnages et que leurs actions aient un impact important sur le monde.

Vous travaillez comment ? Vous avez une méthode d’écriture ? Vous écrivez vos fiches dans votre coin ? C’est quoi la méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

La trame générale a été posée pour les 3 épisodes, même si elle est altérée par les Pjs. On s’est essentiellement inspirés de sagas celtes (Nous y reviendrons plus tard). En premier lieu, nous avons développé les intrigues qui concernent les groupes, puis les intrigues personnelles, en fonction d’échanges avec les joueurs dont nous prenons en compte les demandes.

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?

On cherche des règles simples et fluides, mais il y a forcément eu quelques cafouillages au premier épisode, bien identifiés depuis. Une coupure d’électricité à un moment mais vraiment accidentelle. Pour le scénario, des intrigues qui n’ont pas pu donner de jeu car elles reposaient trop sur un unique joueur. Comme les joueurs sont libres, très libres, tant qu’ils n’entrent pas en contradiction avec ce qu’ils savent du monde et de leur personnage, le risque c’est de voir des intrigues passer à la trappe. Pour éviter les contradictions et l’incohérence, nous avons mis en place une règle sur le Vatern, une sorte d’alignement à la D&D, lié à des pouvoirs et des responsabilités.

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Je pense qu’on donnerait des références. Nos inspirations sont nombreuses et elles parleront immédiatement à ceux qui les connaissent. Le film, le guerrier silencieux, est complétement dans le ton, mais LA référence bibliographique c’est l’Edda poétique, ou encore, la saga islandaise de Njal le brulé. Dans une moindre mesure, Eric le rouge, Elric et la cronique des Ravens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *