Preview : Les enfants de l’autonomie

Publié le mercredi 27 juin 2012 dans Previews de GN

Par

Tags: , ,

--

Titre du GN : Les enfants de l’autonomie

Association organisatrice : la ZAD association informelle 

Date du jeu : du Vendredi 29 juin 19h au samedi 30 juin 14h

Durée de jeu : soit 18h de jeu

Nombre de Pjs : entre 20 et 80

Nombre de Pnjs : 5-10

 

« On n’est pas une asso, on vit sur la ZAD (Zone A Defendre), 2000 ha de bocages menacés par un projet d’aéroport aussi destructeur que coûteux et inutile. »

arton86-137e8.jpg

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

2125, la Terre, dans un monde post-apocalyptique médiéval, cent ans après l’effondrement du système économique, après le grand chaos qui en a résulté, les survivants vivent en tribus autonomes..

Une mystérieuse maladie frappe sur la ZAD où vivent 3 tribus :

“Le Temple”, une communauté de marchands avide de pouvoir qui essaie d’imposer sa suprématie aux autres tribus. Ils sont les seuls à vendre un traitement temporaire contre la maladie.


8_clowns_gardiens_8.jpg

Les napadsous, des survivalistes inspirés des anciennes tribus amérindiennes et dont la stratégie de survie est la symbiose avec la nature. D’ordinaire nomades, frappés par la maladie, ils se retrouvent contraints de rester sur ces terres depuis 5 lunes.

Les punkanards, qui souhaitent vivre pleinement le peu de temps qui leur est imparti. Plus inconscients que vraiment méchants ils vivent en parias de récup, de pillages et de rapines.

Au nord, des tribus de skinheads essaient de recréer un état autoritaire afin de rétablir l’Ordre et la Croissance économique. Massacrés par ces derniers, les Scotts s’exilent vers le sud à la recherche d’une terre d’asile. Ce peuple idéaliste d’agriculteurs et d’éleveurs arrive sur les terres préservées de la ZAD. Mais la place n’est pas vacante…

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

On n’est pas une asso, on vit sur la ZAD (Zone A Defendre), 2000 ha (équivalent à 1/3 de Nantes) de bocages menacés par un projet d’aéroport aussi destructeur que coûteux et inutile. Il y a beaucoup de monde qui est venu pour vivre sur ces terres et les défendre. On habite dans les maisons rachetées pour le projet en vu d’etre détruites, dans des cabanes, des caravanes, des tipis. Parmi tous ces gens d’horizons différents, quelques amateurs de GN.

« On a envie que ce GN soit un moyen de faire vivre et faire connaitre la lutte, et que son univers et ses intrigues aient une portée politique »

cote-4083a.jpg

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

On avait envie de faire un GN parce qu’on aime ça et qu’on a envie de le partager avec les autres habitants de la ZAD qui ne connaissent pas, on a aussi envie de faire découvrir la ZAD aux GNistes, parce que c’est vraiment un endroit de nature, liberté et d’expérimentation extraordinaire.

On a envie que ce GN soit un moyen de faire vivre et faire connaître la lutte, et que son univers et ses intrigues aient une portée politique : l’intrigue principale est liée à une maladie causée par une pollution, l’univers de tribus autonomes qui essayent de créer leur utopie et de s’organiser est proche de certains de nos idéaux et un peu de notre réalité.

Le GN a aussi la particularité d’être bilingue. Il y a pas mal de gens de tous les coins du monde sur la ZAD et tous ne parlent pas suffisamment bien le français. On tenait à ce que tout le monde puisse jouer, donc la tribu des Scotts en exil sera anglophone (ce qui s’intègre au scénario).

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

La ZAD est gigantesque, il faut plus d’une heure pour la traverser en vélo dans un sens et 30min dans l’autre. Donc on va jouer sur une partie, où le terrain est sympa et tous les habitants sont joueurs. Avec nos cabanes, nos tipis, notre mode de vie principalement constitué de récup, de débrouilles et d’autoproduction, tout est déjà en place pour un monde post-apocalyptique.

Vu que c’est notre premier GN on doit bosser à fond pour le matos, on a demandé des prêts à d’autre assos, on verra ce que ça donne. À part les armes, on va faire tout en récup.

Notre blog : http://lesenfantsdelautonomie.eklablog.com/

Le mail : lesenfantsdelautonomie@gmail.com

5 réactions à Preview : Les enfants de l’autonomie

  1. Damn. Curiosité carrément éveillée. J’aurais bien participé ! Tous mes voeux aux orgas.

  2. Projet qui donne très envie, j’espère qu’on aura un retour sur ElectroGN.

  3. Comme Stef & Rico, à suivre avec beaucoup d’intérêt. 

     

    Au risque de passer pour un dinosaure, et en réponse à certaines réserves que j’entends autour de moi (y compris des gens très bien ), l’aspect libertaire / anar / autonome de cette organisation de jeu n’est pas complètement nouveau en France. Au début des années 90,
    des jeux organisés « à la sauvage », sans autorisation particulière, ni structure associative, ni assurance, avec PAF libre, ont existé. Inconscience parfois, ignorance souvent. Mais surtout la
    prévalence de l’envie et de la créativité sur le bon encadrement réglementaire de ce qui était perçu comme un loisir inoffensif et communautaire. 

     

    A la différence près qu’ils n’avaient pas cette dimension citoyenne & politique, mais relevaient essentiellement du délire expérimental, la plupart du temps TRES festif, entre (nouveaux) amis
    (ou pas). Avec beaucoup moins de connections entre le public du jeu et « l’univers JDR / geek » qu’aujourd’hui, et une accessibilité plus grande. 

     

    Je ne perçois pas forcément la même insouciance dans la présente démarche, mais en 20 ans, le monde a un peu changé . Personnellement, voir le GN sortir du cadre habituel du strict divertissement encadré pour trentenaires surbookés en mal d’émotions
    fortes, est une perspective qui m’enchante. Hélas, mon emploi du temps de trentenaire surbooké  m’empêche de
    sauter dans un train pour l’autre bout de la France et d’y participer, mais le coeur y est.

     

    Vviement le retour d’expérience.

  4. Une approche vraiment intéressante, qui mériterait un article ou compte-rendu « d’après-jeu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *