1848 : Aussi éphémère que le printemps

Publié le vendredi 12 octobre 2012 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu : « 1848 : Aussi éphémère que le printemps »

Association organisatrice : Instant d’un Rêve (57)

Date du jeu : 28/10/2012

Durée de jeu : 10h

Nombre de Pjs : 20 (et +)

Nombre de Pnjs : 2

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? : Oui, en 2010.

Les auteurs : Etienne Mouniélou.

1848-gn.jpg

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !
L’association « Instant d’un Rêve » est une association orientée vers le wargame, le jeu de rôle et la peinture de figurines. Elle organise régulièrement des tournois et des activités pour ses membres. Néanmoins, elle a accepté de soutenir le projet d’un de ses membres, afin de remettre sur pied une soirée-enquête historique, et d’envisager un autre aspect du jeu de rôle.


Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?
Il n’y a qu’un seul auteur, l’organisateur principal. Je suis étudiant en droit à Toulouse, où je suis rattaché à l’association « Le Consulat d’Elleslande », celle qui m’a soutenu en 2010 pour monter cette soirée-enquête. Cependant, suite à une année erasmus en Allemagne, j’ai effectué une maîtrise à Strasbourg, où j’ai rencontré l’association « Instant d’un Rêve ». Depuis, même si je suis revenu à Toulouse, je profite de l’occasion pour présenter mes projets à un public alsacien !


D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?
L’idée m’est venue en pensant que l’on pouvait jouer en apprenant. Je suis passionné, comme tant d’autres, par l’histoire politique du XIXe siècle, et j’ai été frappé d’un constat : tout le monde adore ce siècle, ses tenues et ses mœurs, mais rare sont ceux qui savent exactement ce qu’il s’y est passé. Il est vrai que l’on ne l’apprend plus vraiment au collège. C’était l’occasion alors d’essayer de faire de mon mieux, en apportant un éclairage ludique sur une période de ce siècle, en l’occurrence, la IIe République de 1848. Ce jeu a vocation à être une ambiance historique dans laquelle se trame une intrigue fictive. J’entends par là que le profane n’aura rien à envier à l’historien. Ce jeu est ouvert à tous. De plus, il n’est en aucun cas une reconstitution. Ce n’est pas le but. On revit une époque par une ambiance, un dialogue, une danse, et non en titillant son collègue sur la couture bien trop moderne de son costume.


Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?
Il y a deux catégories de personnages. La soirée se déroule le soir des résultats de l’élection présidentielle de 1848, à Étampes, où le maire organise un grand banquet républicain. Aux citoyens de toutes souches, il s’est risqué à inviter quelques figures. Parmi elles, Alexis de Tocqueville a accepté l’invitation, certainement pour éviter les troubles de la capitale. De ce fait, toute une aristocratie profite de l’occasion pour approcher ce politicien, espérant lui soutirer quelque chose.


Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?
Il est vrai que je travaille seul, pianotant sur mon petit ordinateur, passant la moitié du temps à chercher des musiques d’ambiance sur le net. Je souhaite être le plus pédagogue possible, j’ai en horreur ces soirées historiques qui balancent un lien wiki’ comme explication. Du coup, les backgrounds que j’envoie par la poste font une vingtaine de pages, dont pas moins d’une dizaine spécialement pour le personnage interprété. En revanche, si je conçois tout seul, j’essaye de m’entourer de personnes qui pourront me critiquer, me dire où je me suis trompé, si j’ai mal écrit. Un orga a toujours besoin d’un garde-fou.


1848-3.jpg

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

Le challenge ne réside pas dans le décor. Quelques drapeaux, quelques gravures, un ou deux tapis, des tracts en faveur de tel ou tel candidat, et surtout de beaux costumes avec une musique appropriée, et le tour est joué. Une simple salle des fêtes suffit. Bien sûr, un vrai manoir XIXe serait parfait, idyllique même, mais le besoin ne s’en fait pas ressentir. Quant aux règles, il n’y en a pas vraiment. L’intrigue est une enquête, les compétences que l’on trouve dans la plupart des GNs n’ont pas leur place ici. 

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?

Le nombre de joueurs est un peu particulier. S’il y a une fiche descriptive des personnages jouables, ils peuvent m’en demander un selon leurs désirs. D’ailleurs, leur nombre n’est pas défini. Une vingtaine me convient très bien, mais j’ai déjà pu faire jouer ce genre de soirée en rajoutant dix personnages qui n’étaient pas prévus. Le modèle du jeu est un cluedo finalement, que l’on rajoute des joueurs ne change pas le fil rouge principal, mais plus ils sont nombreux, et plus c’est difficile, car le nombre de documents et de preuves, lui, ne change pas.

 

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?
La toute première session avait le défaut d’être aussi ma première expérience en tant qu’organisateur. Elle s’est bien déroulée, un film a même été réalisé pour l’occasion. Je dirai que j’ai surtout essayé de faire mieux. Les bgs se sont agrandis, ils sont plus complets, plus agréables à lire, avec des images et des dialogues. Ils seront envoyés par la poste, avec un petit « goodies » ; une cocarde tricolore. Pour le repas, je fais appel à un traiteur. Je suis entouré de deux co-orgas, qui vont m’aider à observer les joueurs. Et quant à moi, à ma grande douleur, je passerai plus mon temps à n’être qu’un simple majordome plutôt qu’un personnage dissimulé. J’avais peut-être un peu trop tendance à me prendre au jeu… ^^

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?
Qu’ils vont s’amuser. C’est une certitude, même si le scénario ne marche pas, même si ça ne décolle pas, je sais que l’ambiance sera au rendez-vous. Et aussi qu’ils n’ont pas à se faire du souci vis-à-vis de l’histoire, ils n’ont rien à apprendre, simplement à lire les documents. Et on va même leur projeter en grand écran deux documentaires sur l’époque !


Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

La convivialité au service de l’histoire. C’est vraiment ça. On veut passer une journée sympa, et si on a fait apprendre un truc, sur les États-Unis à l’époque, sur l’Autriche de ce temps-là, sur la France du moment, alors ça sera génial.

Site et fiche d’inscription

http://www.asso-role.fr/phpBB/viewtopic.php?t=4745

Pour les fiches d’inscription, me contacter à etienne-m chez hotmail.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *