Preview de GN : Psychostasie Opus 2 : Carcérie

Publié le jeudi 17 janvier 2013 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Psychostasie Opus 2 : Carcérie
Association organisatrice : Le Troisième Mortel
Date du jeu : 18 mai 2013
Durée de jeu : Vendredi 17 mai 22h00 au dimanche 19 mai 2013 vers 12h00.
Nombre de Pjs : 100
Nombre de Pnjs : 15
A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? Non, mais le GN fait suite au premier opus de la série, qui
s’appelait « Hadira », du nom de la cité dans laquelle il se déroulait.

Les auteurs : Alex, Armelle, JD, Ju, Mél, Séb, Toty.

StMichel.jpg

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

Originellement, l’association le Troisième mortel a été créée par deux d’entre nous pour organiser une campagne de GN Vampire Dark Ages aux alentours de Paris. À la fin de la chronique, nous avons décidé de nous diversifier et nous avons organisé d’autres types de GN. Actuellement, nous nous concentrons sur la série de GN que nous avons appelée « Psychostasie ».  

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

Un groupe d’amis depuis une bonne dizaine d’années. Nous fonctionnons vraiment en équipe, et les décisions se prennent en consensus : comme nous avons des façons de jouer très différentes les uns des autres, nous essayons de contenter tout le monde, afin de contenter le plus de joueurs possible. Tous les orgas s’impliquent à tous les niveaux du GN, que ce soit sur le scénario général, les intrigues plus petites, la création des règles, des backs, de la logistique…

 

Adonis.jpg

 

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

L’idée de base c’était que les joueurs incarnent des méchants et non plus des héros qui sauvent le monde tous les matins au petit déj. Qu’ils puissent jouer ceux qui sont habituellement incarnés par les PNJ, ceux du camp « d’en face ». On a imaginé un monde dur, pas glamour, où la domination se fait par la brutalité et la rudesse. Pas de place pour les gentils, ici !

Géopolitiquement, la situation n’a pas évolué depuis des lustres, sur la Terre des Ombres : les Déchus (Diables) et Funestes (Morts-vivants) se haïssent depuis des éons et veulent mutuellement la destruction totale de l’autre partie. Chacune des deux factions a tenté de trouver des alliés auprès des Fils d’Idilenn (des êtres étranges alliant magie et mécanique) qui ont trahi tout le monde et ont gagné le concours d’êtres les plus haïs de la Terre des Ombres. Quant aux Hawanis (hommes animaux), ce peuple nomade et violent possède une seule cité : Hadira, la cité invisible, source de pouvoir de leur divinité maléfique. Il existe aussi, en Terre des Ombres, quelques représentants de races « mineures », que l’on qualifie tous de Bannis. Il peut s’agir d’orcs, de trolls, de gargouilles, d’arachnides ou de tous autres êtres corrompus (nains, elfes, fées, dryades, satyres…)

Le premier opus se déroulait dans la cité capitale hawanie qui était étonnamment redevenue visible. Les armées se sont massées autour et la lutte a été rude. Les habitants de la Terre des Ombres ont même été confrontés à des armées divines (ici, ce sont les Croisés et autres anges les méchants !) qu’ils ont réussi à défaire.

Mais Baal, auquel tous les Déchus sont – théoriquement – fidèles, a décidé de mettre en prison tous les survivants qu’il a croisés. Il leur a bien dit qu’il les entôlait pour incompétence mais est-ce bien la seule raison ?

 

FI.jpg

 

 Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

Certains personnages (qui ont participé au GN Hadira) ont été engeôlés par Baal. Les autres, ce sont des habitants plus anciens de Carcérie, la cité prison des Déchus. C’est là que Baal emprisonne tous ceux qui pourraient, selon lui, lui servir : soit il s’agit de mesures de rétorsion contre des Déchus qui contestent son autorité, qu’il souhaite mater mais pas tuer, soit ce sont des représentants d’autres races qui peuvent avoir un intérêt politique en vue de futurs échanges de prisonniers.

Surpeuplée, la prison est une véritable cité, plus ou moins autogérée. Les gardiens, les Belbodrons, n’interviennent que ponctuellement. Ils délèguent la plupart de leurs tâches ingrates aux kapos, des prisonniers eux-mêmes.  

Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

On travaille essentiellement en groupe. Une fois par semaine, toute l’équipe se réunit pour travailler. Entre chaque session, chacun avance, seul ou en plus petit groupe, sur tel ou tel sujet. La restitution (rapide) à tous permet de détecter les éventuelles incohérences et que chacun s’inspire du travail des autres. Tout le travail rédigé est regroupé sur un wiki.

JadrekElayan.jpg

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

Logistiquement, oui, on peut dire que c’est un challenge que nous tenterons de relever du mieux possible. Le GN se déroule en effet dans un site (le Fort de Cognelot) qui a été utilisé et réutilisé à maintes reprises par maintes associations. Bref, il a été vu et revu. On veut pourtant que les joueurs n’aient pas l’impression de jouer dans un lieu qu’ils connaissent par cœur. Du défi, on vous dit !

Quant aux règles du jeu, elles seront spécifiques à Carcérie et différentes de celles des autres opus de la chronique : Carcérie est en effet une cité très spéciale… Aux joueurs de comprendre pourquoi !

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?

Une centaine de joueurs, pour nous, c’est le bon format pour ce type de GN. Les ambiances de masse où il n’y a de place que pour les backgrounds de groupe, ça ne nous fait pas triper. Autour d’une centaine, on peut développer à la fois des intrigues générales, des intrigues de groupe et des intrigues personnelles.

Au niveau de la durée, c’est un peu différent. Il y a plusieurs entrées possibles, des entrées « normales » et des entrées facilitées. Les premières auront lieu pendant la nuit du vendredi au samedi, les deuxièmes le samedi matin. La fin de jeu, par contre, se fera pour tout le monde au même moment, le dimanche en fin de matinée. Le lundi suivant étant le lundi de Pentecôte, les joueurs qui souhaiteraient rester sur site pour passer un moment ensemble hors jeu – et nous aider à ranger ! – le pourront.

 

Lucifer.jpg

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?

 

 Le premier opus a été, je crois, très bien perçu par les joueurs. De notre côté, nous avons vraiment apprécié la qualité des costumes et le rôle play, qui ont été excellents.

Pour autant, nous avons demandé à nos joueurs de nous envoyer un débrief écrit, lorsqu’ils le pouvaient, qui soit à la fois un débrief de personnage et un débrief de joueur. Dedans, ils ont pu pointer les éléments sur lesquels il nous fallait nous améliorer. Nous avons bien entendu essayé d’en tenir compte pour cette session.  

 

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

En fait, nous avons deux types de joueurs. Ceux qui ont fait le 1er opus et ceux qui viennent jouer pour la première fois. Aux premiers, nous dirions : « Attention ! Vous étiez forts et puissants à Hadira, vous êtes ici en geôles… Et chacun sait que dans ce genre d’endroit, le dernier arrivé n’est pas le mieux traité. » Aux autres, nous leur dirions exactement l’inverse ! « Vous habitez depuis un certain temps dans une cité prison autogérée. Regardez, là-bas, il y a des bizuts ! »

De tous, nous souhaitons essentiellement un rôle play de qualité, bien entendu, mais nous n’en doutons pas ! Nous avons déjà des joueurs qui nous ont dit qu’ils regardaient certaines séries ou certains films de prison…  

MeliWande.jpg

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

Je crois qu’il faudrait parler de l’expérience de jeu. Dans le premier opus, nous avions déjà tenté de la favoriser et, par exemple, lorsqu’un personnage devait casser les Tables de la Loi, le joueur avait dû effectivement rompre celles que nous avions reproduites.

En GN, il n’est pas possible de ne pas « faire semblant ». Pour autant, nous essayons de favoriser l’immersion de chacun dans son jeu. Quand en fin de jeu, les joueurs se racontent les scènes qu’ils ont vécues avec des étoiles dans les yeux, ça fait chaud au cœur !

Le site : http://gn-psychostasie.fr/

La fiche d’inscription : http://gn-psychostasie.fr/sites/default/files/files/Inscription_Carcerie%281%29.pdf

Il reste à l’heure actuelle une trentaine de places disponibles.

Une réaction à Preview de GN : Psychostasie Opus 2 : Carcérie

  1. Tous ces démons et ces costumes SM…

    Je trouve que ça donne une mauvaise image du GN ! 

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *