Preview de GN : Sang d’encre…

Publié le lundi 22 avril 2013 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature: Sang d’encre…

Association organisatrice : Un Coin Si Tranquille

Date du jeu : 5 et 6 octobre 2013

Durée de jeu : 2 jours

Nombre de Pjs : 300 attendus

Nombre de Pnjs : environ 30 et une soixantaine de bénévoles villageois soit environ 90 (la particularité est que les Pnjs sont des personnes du territoire sur lequel le jeu se joue et des artistes du spectacle vivant)

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? Non, ce scénario n’a pas été joué, c’est une première. Nos jeux ne sont joués qu’une seule fois puisque nous mobilisons tout un territoire (les Pnjs entre autre)

Les auteurs : Sylvain Hartwick et Hervé Peyrard sont les auteurs du scénario et mettent en scène le jeu. Il y a un noyau associé aux deux auteurs qui est composé d’une administratrice et coordinatrice : Christine Hartwick ; d’une costumière : Gisèle Madelaine et la collégiale de l’association qui fait office de comité de pilotage : Corinne Chareyron, Pierre Chareyron, Fabrice Reyne, Guillaume Chazot, Fabienne Bigerel, Dorothée Zielinski

uncoinsitranquille gn

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

« Un Coin Si Tranquille… » est le nom de notre association.

Son activité principale est la création de scénarios interactifs pour tout public ou chacun sans compétence particulière devient l’acteur/l’actrice d’une histoire. Le premier événement produit sous l’impulsion de quelques passionnés a lancé  le début d’une grande aventure humaine et solidaire.

Cette première production a ouvert le rideau à 180 enquêteurs et environ 1500 personnes costumées. Elle a fait fonctionner ensemble tout un territoire dans les années 20. L’intrigue portée par 130 bénévoles a été relayée par France Inter, le Journal du Dimanche, le Figaro, 20 Minutes, France 3, le Dauphiné Libéré, l’Hebdo de l’Ardèche, radio France Bleu…

Le souvenir de ce moment fort, partagé avec nos partenaires publics, privés et techniques, nous a conduits à créer une association et à porter une biennale tout en impulsant une activité ludique annuelle en zone rurale.

Nous avons produit et réalisé en 2011 « Andauria », un spectacle jeune public. Les enfants étaient les héros d’une aventure fantastique pendant 2 jours.

L’évaluation de l’événement a montré une satisfaction à 95% des jeunes aventuriers.

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?
Sylvain et Hervé sont amis depuis plus de 20 ans. Sylvain est musicien, compositeur et luthier et Hervé écrit chante et joue la comédie : http://www.chtriky.com/actu-chtriky/les-artistes


Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

Les auteurs travaillent un peu comme si ils écrivaient un film. Cela part d’un synopsis qui défini un contexte, une époque, une histoire et des personnages, puis en découle un scénario, une mise en scène, un décorum et des dialogues…

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

C’est un gros challenge pour nous car nous devons « habiter »et habiller tout un village. Il nous faut convaincre les locaux, pouvoir accueillir du mieux possible tous les participants et bénévoles… Ils n’y a pas de règles spécifiques si ce n’est de « jouer le jeu » , de respecter l’histoire et de faire confiance au « pourquoi on est là ».

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?
Globalement, les événements précédents comme celui-ci sont fédérateurs tant sur la construction du projet que sur le jeu en lui-même, il se crée l’espace d’un instant une solidarité et un lien social qui en fait peut-être la réussite, la beauté et l’intérêt de la chose.

En ce qui concerne les défauts, il y en a certainement plusieurs dont des détails de logistique et artistiques que nous essayons de pointer quand nous les voyons ou quand on nous en fait part pour la fois d’après.

Mais je crois qu’il y en aura toujours, sinon ce ne serait pas humain.      


Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Les joueurs pj et pnj doivent avant tout exister dans le contexte (l’année 1961 en zone rurale pour cette session).

Le but étant vraiment au-delà du jeu de vivre et de faire vivre ce moment comme si c’était « ça » la « vraie vie ».

L’histoire elle, est immuable et se déroule autour de nous comme si nous étions entrés à l’intérieur d’un film pour, peut-être, voir les plans qui auraient été coupés et vivre au milieu du scénario.


Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

C’est à la fois un jeu, une animation et un événement. Une immersion dans un contexte, comme si l’on avait tous une caméra qui nous suit dans toutes nos actions. La possibilité d’être à la fois acteur et spectateur est plutôt excitante, et nous trouvons que c’est une manière intéressante de jouer.

Le mieux c’est peut être de venir le vivre parce que nous sommes tellement plongés dedans que nous ne sommes pas suffisamment objectifs.

http://un-cst.over-blog.com/

la fiche d’inscription à partir du 1er juin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *