Preview de GN : Le paradoxe du Caméléon

Publié le lundi 17 mai 2021 dans Previews de GN

Par

Tags:

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Le paradoxe du Caméléon

Thèmes : les rencontres, l’inconnu, la séduction, l’amour, la rupture, les regrets, les bulles qui pétillent au fond des verres, la vie comme elle va et globalement tout ce qui pourrait être dans un film avec Jean-Pierre Bacri.

Date d’ouverture des inscriptions : GN en petit comité, inscriptions ou organisation de sessions sur demande (ou sinon, patientez le temps que ça devienne disponible sur la Scénariothèque).

PAF : environ 5 €

Localisation : Bordeaux

Date du jeu : plusieurs sessions courant mai-juin 2021

Durée de jeu : 3-5 heures

Nombre de PJ : 4 à 7 (le nombre exact est secret), 1 orga – PNJ.

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? Il s’agit de la première édition

L’auteur : Victorien « Thren » Marchand

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

Comme tout le monde, j’ai passé une année quasiment vierge de GN et les alternatives de type « GN en ligne » ne m’ont pas emballé. Au-delà du manque de jeu, il y a aussi un manque de nouvelles rencontres : dans le monde contemporain du Covid on a tendance à se replier sur son réseau social. Ce jeu est donc une occasion de renouer avec la rencontre.

C’est un GN en petit comité, sans fantastique, ni SF, ni enquête policière. C’est au GN ce que le film français est au cinéma : un petit budget, pas d’effets spéciaux mais tout l’intérêt de l’exercice repose sur les personnages et leur interprétation. Comme dans tout bon film français, on y parlera de la vie, de la mort, de l’amour, des joies et tourments de la petite bourgeoisie provinciale, des prochaines vacances et du dernier Goncourt de l’année. Et une fois qu’on aura traité ces sujets imposés et qu’on ne saura plus de quoi parler, c’est là où le jeu commencera.

 

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ? Que vont-ils faire pendant le jeu ?

Hugo Le Tellier, écrivain à succès, a sorti son dernier livre, Le paradoxe du caméléon. Agathe, qui apprécie beaucoup son talent, l’a convié à venir à Bordeaux pour une soirée littéraire en petit comité. Elle a rassemblé quelques amis pour parler littérature sur canapé autour de quelques verres. L’occasion d’une soirée intimiste et culturelle, pour faire connaissance…

 

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ?

Ce GN est jouable dans n’importe quel appartement, n’importe où, avec un tout petit budget. La volonté est de faire un GN avec une très grande jouabilité et aussi minimisant le nombre de joueurs dans une période où les rassemblements sont interdits ou à éviter.

 

Que diriez-vous à vos participants pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Dans un GN, d’ordinaire, on sait qu’on jouera essentiellement avec un petit nombre de personnages très proches : conjoint, ennemi, membre de la famille…  On a un espace où se concentre ce qu’on aime le plus au monde et ce qu’on déteste le plus au monde. La grande majorité des autres joueurs sont des inconnus avec qui on n’échangera souvent pas plus que quelques banalités. Le parti pris ici est de mettre en présence des personnages qui ne se connaîtront pas, et dans la mesure du possible des joueurs qui n’ont pas l’habitude de jouer ensemble.

En revanche ce sera un GN narrativiste « classique » dans sa forme : des fiches de personnages envoyées avant le jeu, secrètes et personnelles, et des surprises car j’aime beaucoup mettre des surprises. Alors, si vous êtes prêts à surmonter une première gêne ou un ennui passager, venez jouer et faire des belles rencontres.

 

S’il y a des règles spécifiques, qu’apportent-elles au GN ?

L’avantage de ce genre de jeux est qu’il ne nécessite aucune règle, ni aucune méta-technique. Deux points particuliers cependant. D’abord, les téléphones portables seront utiles et permettront de communiquer avec tous les absents : ça permet de faire vivre le monde extérieur sans nécessiter de myriades de PNJ. Ensuite, je reprends une très bonne idée vécue sur le GN Espresso Connection : dès qu’on arrive dans la soirée, on est en jeu. Pas de briefing ou d’ateliers et une immersion immédiate dans le jeu, les moments de gêne habituels seront donc pleinement à vivre.

 

Et vous ? L’auteur, qui êtes-vous ?

En tant qu’auteur, j’ai co-écrit la soirée-enquête Bordel de merde et le GN pour un joueur Agent double. Depuis quelques années, j’aime organiser des jeux courts, simples et très rejouables et notamment le très touchant Tant d’espace qui convient à des Gnistes aussi bien qu’à des comédiens.

Vu la période compliquée pour les projets associatifs et la logistique très simple, j’organise Le paradoxe du Caméléon en mon nom propre.

2 réactions à Preview de GN : Le paradoxe du Caméléon

  1. Les terrasses ouvrent demain (pour Tant d’espace) !

  2. Souali Laménardie

    D’accord avec le commentaires sur la réouverture des terrasses pour Tant d’Espace !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.