Preview de GN : Le Bal des Victimes

Publié le lundi 27 novembre 2017 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Le Bal des Victimes

Association organisatrice : Clepsydre

Date d’ouverture des inscriptions : du 24 novembre au 6 décembre 2017

Lien vers les inscriptions ou pré-inscriptions : https://goo.gl/forms/4IA9iz8bh4tYudjD2

Localisation : Bernières-d’Ailly

Date du jeu : été 2018

Durée de jeu : du vendredi soir au samedi soir

Nombre de Pjs : 20

Nombre de Pnjs : 5

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? : Non

Les auteurs : Laure O., Emilie (Mime) L., Romain (Kréon) D., tous du Loup Blanc.

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

Nous somme partis d’une envie de créer un jeu sur la période du Directoire (1795-1799). Tout d’abord parce que c’est une période dont l’esthétique nous plaît, qu’il s’agisse des vêtements, du mobilier ou de la façon de se distraire. Ensuite, elle offre l’intérêt d’être peu connue, et donc peu jouée, ce qui lui donne une certaine originalité.

Enfin, et surtout, le Directoire arrive juste après la Révolution Française, c’est une époque de survivants. Les idéalistes et les passionnés, les forts et les puissants, les héros et les méchants se sont tous entretués pendant la période précédente. Ne restent que les seconds rôles, ceux qui ont été suffisamment discrets, opportunistes ou insignifiants pour survivre. Ils héritent d’un pays ruiné, en guerre avec la totalité de ses voisins. Chacun cherche à récupérer du bien, le sien ou celui d’autrui, pour le dilapider ensuite spectaculairement dans des fêtes somptueuses, pleines d’élégantes à demi vêtues, où l’aristocrate déchu s’enivre avec le nouveau riche jusqu’aux premières lueurs du jour. Et beaucoup rêvent encore de venger leurs morts.

Bref, c’est une période que nous avions bien envie de mettre en scène.

Le jeu lui-même s’articule autour d’une intrigue générale, assez dirigiste, qui nous permet de tenir l’ensemble de nos joueurs en haleine du début à la fin du jeu. Nous avons ensuite bâti une série d’intrigues secondaires dont nos joueurs pourront disposer avec davantage de liberté.

Nous avons inclus une touche de la science de l’époque, qui nous paraîtrait étrange aujourd’hui – la mode du Mesmérisme bat son plein à l’époque – et, d’une façon générale, nous nous sommes permis, pour nous comme pour nos joueurs, de franches incartades avec la grande Histoire. En effet, nous n’avons pas cherché à reconstituer cette époque, mais plutôt à restituer ce qu’elle évoquait pour nous.

Par ailleurs, si la politique sera un thème important de ce jeu, elle n’en constituera pas le cœur. Certains personnages sont même clairement apolitiques.

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

Un soir de mai 1796, vingt personnes se rendent à une réception donnée dans un somptueux château, perdu au beau milieu de la Normandie. Toutes ne se connaissent pas, toutes ne s’apprécient pas, mais toutes ont des intérêts à régler avec d’autres invités. Certaines sont mêmes venues armées.

Leur hôtesse, la très fantasque Catherine Théot, les a invités à un Bal des Victimes. Le principe est simple : chaque invité a perdu un proche pendant la Révolution Française. Peu importe le camp auquel il appartenait. Peu importe s’il a été tué sous les sabres royalistes ou sur la guillotine républicaine. Tout ce qui compte, c’est une mort violente.

Ce sont donc ces vingt personnages que nous proposons à nos joueurs d’interpréter.


Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

Nous avons décidé ensemble des vingt personnages, de leurs liens entre eux, et de l’intrigue globale que nous voulions mettre en scène.

Nous avons ensuite travaillé chacun de notre côté pour imaginer le reste du jeu. Des réunions régulières nous permettaient de confronter nos idées, et de nous organiser pour la suite. À la fin, nous avons effectué un grand lissage, afin de nous assurer qu’aucun personnage ne se retrouvait sans rien à faire.


Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

Le site de jeu est un magnifique château normand, entièrement décoré dans le style du XVIIIe siècle. Nous avons eu de la chance de le trouver et de pouvoir y organiser notre jeu, car il correspond parfaitement à ce que nous imaginions.

Nous allons quand même devoir monter nous-mêmes quelques décors, pour des scènes un peu particulières (enfin, quand on dit nous, ce sera surtout Damien Croky, notre précieux technicien). C’est d’ailleurs à cause de ces scènes que l’intrigue principale sera dirigiste.

En termes de règles, nous avons cherché à en faire le moins possible. Celles qui existent sont là pour permettre les fameuses scènes un peu particulières, organiser les combats et, surtout, gérer la mort. Car oui, la mort des personnages est une possibilité, totalement prise en charge par la mécanique de jeu.

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?

Il correspond bien à l’ambiance que nous voulions créer, tout simplement.

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?

C’est notre première session (et notre première orga tout court, pour deux d’entre nous). Si tout se passe bien, nous espérons en faire une deuxième.


Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Tout d’abord, c’est un jeu qui se veut immersif, donc lisez bien vos fiches et vos aides de jeu, de façon à bien pouvoir rester dans votre personnage du début à la fin du jeu.

Ensuite, le jeu contient de nombreux secrets, que vous allez progressivement pouvoir élucider. Ne cherchez pas à les résoudre trop vite et, surtout, ne mettez pas la pagaille en racontant des mensonges aux autres joueurs.

Pour finir, ce jeu peut être assez éprouvant, donc précisez bien vos limites dans le formulaire d’inscription, et profitez un peu de la fête le premier soir. Nous vous déconseillons fortement de jouer ce jeu si vous avez perdu un proche récemment.


Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

Qu’est-ce que ça fait d’être un second rôle de l’Histoire ?

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

Clepsydre est une jolie et vénérable association qui depuis 28 ans crée des jeux de rôle grandeur nature dans différents univers, aussi éclectiques que les envies de ses joyeux organisateurs. Soyez celtes, soyez guerriers, soyez punks, soyez paysans, soyez sorciers ou moldus, soyez incroyables et merveilleuses… bienvenue chez Clepsydre !


Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

L’équipe Directoire’s cut : deux auteurs débutants, mais calés en Histoire, et une chef de projet autocrate et totalitaire, qui a la gentillesse de nous piloter !

Liens divers :

Le formulaire d’inscription : https://goo.gl/forms/4IA9iz8bh4tYudjD2

Le groupe facebook du jeu : https://www.facebook.com/groups/158371131436521/

Le site de Clepsydre : http://clepsydre.org/

Crédits photos : Graphisme par Millenium Jones

 

La table de mixage du GN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *