Croisade de France

Publié le mercredi 3 mai 2017 dans Previews de GN

Par

Tags: , , ,

--

Avant-propos : Vu que c’est notre tout premier GN, nous n’avons pas de photo qui illustre réellement notre GN. Du coup nous avons trouvé quelques images en créative commons (cc0 – Public domain, attribution non nécessaire) pour illustrer notre propos. Il faut bien les voir pour ce que c’est : l’illustration de nos souhaits et réflexions au sein du GN.

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature: Croisade de France

Association organisatrice : GNafron ( http://www.gnafron.org/ )

Date d’ouverture des inscriptions : 3 Mars 2017

Lien vers les inscriptions ou pré-inscriptions : Toutes les infos sont ici : http://www.gnafron.org/2017/03/03/gn-croisade-de-france-cest-parti/

Localisation : St Bonnet de Valclérieux (Drôme)

Date du jeu : Vendredi 28 au Dimanche 30 Juillet 2017

Durée de jeu : 2x 7h de jeu de nuit

Nombre de Pjs : 62-63

Nombre de Pnjs : 8 orgas et à priori pas d’autres PNJs

A-t- il déjà été organisé, et si oui, quand ? Jamais !

Les auteurs : Nous sommes 8, venant d’horizons divers, mais ayant en commun de venir de la Camarilla Française, tant en tant que joueurs que conteurs.

George, Fabien et Louis, venant de Conte d’Ys (Camarilla en banlieue parisienne)

Antoine, venant de Juliomagus (Camarilla Angevine)

Matthieu, venant de Gratianopolis (Camarilla Grenobloise)

Seymour et Sarali, du Cénacle Lyonnais (Camarilla Lyonnaise)

Et moi même, conteur à Droles de Jeux (Camarilla Stéphanoise)

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

En fait à l’origine, j’ai été président d’asso, puis conteur à la Camarilla Française, à Lyon puis à St Etienne. Et au contact, notamment, de la FédéGN, je me suis rendu compte que la Camarilla fonctionnait souvent en vase clos, sans se préoccuper des évolutions de la culture GNistique de ces derniers 10-15 ans. Ca m’a intrigué, parce que venant du milieu « rôliste sur table », j’avais moi aussi l’habitude de théoriser un peu mon meujeutage.

Du coup est venu l’idée d’un GN qui essaye de prendre un peu des deux mondes, de prendre certains usages de la « culture semi-réelle » qui me plaisaient, de les améliorer avec des  usages intéressants, venus de la culture gn-istique plus classique, que je voulais « enfin » voir utilisés. Il y a un volonté d’expérimentation, une prise de risque (minime) dans le remix de ces deux cultures, mais aussi une volonté de montrer un peu aux « copains camaristes » ce qu’ils pourraient trouver de sympa, et de pas trop difficile à intégrer chez eux : ateliers, notion de consentement, meilleure prise en compte du bleed, meilleure gestion du relationnel entre PJs, laisser moins d’importance aux règles, ne pas recourir à des pelletées d’antagos…

Le genre de costume qu'on espère pour le GN Sabbat Croisade de France

L’un des genre de costumes qu’on espère pour le GN Croisade de France : Punk moderne, sombre et violent. Parfait pour un Brujah ou un Pander.

Peu après que j’en sois là de mes idées, se monte un projet de traduction des règles de Mind’s Eye Theater, de By Night Studio (les règles officielles dernières version de White Wolf, les créateurs de Vampire) et je propose un peu d’aide… et là… coup de foudre : celles-ci sont complètes, meilleures à beaucoup d’égards que celles de la Camarilla Française, et totalement adaptée à d’autres styles de jeu. En particulier elles sont calibrées pour permettre de jouer les « méchants » de l’univers de Vampire : le Sabbat.

Le Sabbat, en Camarilla Française, on a un peu tendance à le retrouver à toutes les sauces, et un peu piétiné niveau cohérence. La majorité des conteurs n’a malheureusement jamais lu un bouquin de White Wolf. Du Sabbat, ils n’ont retenu que la brutalité. Les côtés politique, crypto-archéologique, ultra-religieux, très militaire, qui sont pourtant très marrants, sont rarement bien mis en avant, encore plus rarement bien gérés.

De là est venue l’idée de présenter une peinture, une représentation, la plus fidèle possible, de ce qu’est le Sabbat : violent, pieux, audacieux, et pourtant politiquement très complexe.

On a donc une vitrine HJ de ce que le GN peut apporter de fabuleux au jeu camariste – et une vitrine EJ de cette faction intéressante de l’univers de Vampire.

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ? Que vont-ils faire pendant le jeu ?

Les personnages qui arrivent sont des guerriers et des prêtres, qui viennent à peine de conclure une Croisade du Sabbat. La moitié de la France est tombée, presque par surprise, sous leurs crocs. C’était une guerre furieuse et brouillonne, personne n’imaginait qu’elle se passerait aussi bien. Du coup, il est temps de nommer un meneur, de nommer des lieutenants, de définir le territoire et la répartition du « butin », en quelque sorte.

Bien sûr, chacun pourrait bien d’autres raisons d’être là, ici voulant se venger d’une offense pendant la guerre, là pour négocier un objet, magouiller, etc.

Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

Pour le coup, on a été très classique : on espère poser un terreau fertile de jeu avec un minimum d’intervention de notre part. On préfère que le jeu roule sans nous, autant que possible et n’être là que pour cadrer l’ensemble. D’entrée de jeu, nous souhaitions respecter la vision de Mind’s Eye Theater et qu’il y ait le moins de PNJ possible. Il nous a semblé que la Camarilla en ait souvent beaucoup trop.

En gros, l’équipe a souhaité poser :

  1. un cadre (le Sabbat, ses lois, son mode de travail et de pensée) avec des plots intéressants à l’échelle globale
  2. et des relations exécrables (ou excellentes) entre certains personnages qui sont autant de plots relationnels

Et avec tout ça, on laisse la magie opérer et les gens aller négocier les uns avec les autres, se menacer, s’entretuer et j’en passe. En gros, on met de la poudre partout, et on file aux gens des briquets. Alors bien sûr, on sait pas si ça va marcher, ça repose en bonne part sur la capacité des joueurs à aller d’eux-mêmes vers les gens qui les intéressent. On espère qu’en ayant un certain nombre de Camaristes et de GNistes (et en rajoutant la logique de groupe inhérente aux Meutes du Sabbat) cette méthode permettra que le jeu se fasse sans intervention poussive de gros PNJ antagonistes (comme je le disais, une pratique parfois trop présente dans le jeu camariste).

Pour les plots globaux, on est parti d’un premier canevas de ma part, en fonction des idées que j’avais (essentiellement des plots qui correspondaient à l’idée de base : présenter une vision du Sabbat assez riche et intéressante) et chacun a pu apporter ses pistes, ses suggestions, ses modifications. Certains plots sont restés identiques, d’autres : chacun y a apporté sa pierre.

Autre genre de costume qu'on espère pour le GN Sabbat Croisade de France

Autre genre de costume qu’on espère pour le GN Sabbat Croisade de France : Gothique plus ancien. C’est plus le Tzimisce sortant de son château.

Pour le relationnel entre joueurs, on va essayer de continuer sur le même style, avec une personne en charge d’un personnage, qui va proposer ses idées, d’autres vont y relier d’autres personnages, et ainsi de suite. L’idée c’est que nos personnages sont des vampires, ils ont eu des siècles – pour certains – afin de se pourrir les uns et les autres.

Slack, pour la gestion de groupe, est là pour faciliter ces échanges.

On veut profiter du fait qu’on incarne des personnages inhumains pour rendre que le jeu émotionnellement riche. Comment ça fait de haïr ou d’aimer pendant des siècles ? De devoir trahir un frère d’arme ? D’être un monstre aux yeux de ceux que tu respectes ? Etc. Le Sabbat nous permet encore plus de variété là dessus.

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

Logistiquement, c’est un GN tout ce qu’il y a de plus classique : un lieu (superbe), des logements par chambre de 6, des douches, des repas. Ca a une ambiance colonie de vacance pas déplaisante. Un premier GN, c’est jamais le plus simple à mettre en place, j’ai donc voulu être raisonnable sur les moyens.

La seule « folie » sera la présence d’une piscine. Le conteur qui est en moi frémit d’impatience à l’idée de jouer avec, le président d’association responsable est beaucoup moins enthousiaste 🙂

Le site de jeu m’a tapé dans l’œil. Il est suffisamment grand pour héberger les gens comme souhaité. J’avais commencé à ébaucher la trame sans savoir où pourrait se tenir le GN (débutants oblige, on n’a pas encore de carnet d’adresse) mais c’était exactement un lieu comme ça que j’imaginais.

On va voir pour que la décoration soit très classique. Le Sabbat fonctionne bien, je trouve, visuellement, sur une opposition gothique/punk. Le lieu et la déco seront très probablement assez ancienne, historique, alors que les looks du personnages, j’aimerai les inciter à passer vers du plus moderne et effrayant.

Le décalage entre moderne et ancien, lieu propre et monstres crades, est là pour renforcer le coté décadent, impie et sale du Sabbat. C’est un peu comme une bande de punks à Versailles : ils font tâche sur le décors et on s’inquiète des idées saugrenues et violentes qu’ils pourraient avoir.

Enfin Mind’s Eye Theater, notre cadre de règle, est particulier. Je sais que ça a autre fois fait débat au sein la communauté, de savoir si ce qu’on faisait était ou non du GN. D’un coté on incarne des personnages en costume, de l’autre parfois on part en narratif (comme sur table)… et je compte pas ceux qui critiquent le Pierre/Feuille/Ciseaux parce que ce n’est pas du latex/de l’airsoft ou que-sais-je d’autre. On est un peu dans une période « postérieure » à ce débat, et j’espère bien qu’il soit dépassé.

Les règles MET ont les forces de leurs défauts; oui elles sont riches, pour couvrir un univers riche. C’est génial, et ça nous ouvre plein de portes. De l’autre, je peux comprendre que ça puisse être vu comme un système trop généraliste et pesant parce que manquant d’orientation claire. Mais elles sont vraiment prévues pour une liberté de personnage forte : pas besoin d’être un bon escrimeur IRL pour faire un bretteur qui se débrouille bien.

Un rosaire pour le GN Sabbat Croisade de France

La religion est au cœur du Sabbat, et on espère appuyer intelligemment dessus.

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?

Ce n’est pas très important. Nous nous sommes arrêtés à une soixantaine de joueurs pour des raisons techniques (taille de l’hébergement possible sur place, et histoire d’être sûr d’avoir l’équipe pour gérer), et les durées sont plutôt classiques pour du jeu vampirique (on joue la nuit, certains estimant que ça favorise l’immersion). Je sais que la majorité des GNs se font le jour, mais  je n’ai pas voulu bousculer tous les usages d’un coup. Et puis c’est vrai que la nuit c’est sympa. L’ambiance nocturne, avec ses ombres et tout, participe à la magie du lieu.

Outre l’immersion, ça nous incite à prendre certaines données en compte :

  • On pense que la fatigue peut augmenter la porosité et le bleed, et les émotions qu’on recherche.
  • Mais on a la coupure du sommeil, et du HJ l’après midi pour se requinquer, et s’assurer que tout le monde va bien.

Disons que pour une équipe comme nous, qui veut tester des trucs, savoir qu’il y aura des temps de repos permet d’assumer d’autant plus les crasses et les émotions qu’on mettra dans les pattes des joueurs.

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ?

Non. J’envisage des petites initiations de découverte pour certains nouveaux joueurs en revanche.

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

Bien sûr, c’est notre premier GN et il sera forcément imparfait. Mais n’hésitez pas pour autant à apporter vos idées, votre personnalité, à notre impulsion. On veut construire une oeuvre collective qui donne une vision assez intéressante de ce qu’est le Sabbat, et qui permette de rapprocher un peu deux cultures « sœurs » finalement assez proches.

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

Pour certains vieux GNistes, « la Camarilla n’est pas du GN ». On veut casser cette idée fausse, et arrêter de dresser des murs au sein même de la communauté. On fait partie de la même famille. On est juste ce cousin gothique qui écoute du Placebo 😉

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

Logo GNafron

Finalement le personnage de GNafron, potache qui se déguise, qui a sa gouaille, son gourdin, c’est un rôliste avant l’heure

Pour moi, GNafron est un laboratoire à idées, où on teste des trucs qui nous font plaisir en matière de GN. On veut pas forcément s’enfermer dans un style de GN, mais essayer des choses; cette année un GN Sabbat et un GN romanesque inspiré de Downton Abbey, l’an prochain probablement un GN dans l’univers de Dune avec des armes latex.

Tout est envisageable tant que ça nous botte, au sein de la bande de potes.

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

J’ai déjà présenté la liste, qu’est ce que je peux dire d’autre du coup ?

On a tous un peu nos spécialités assez complémentaires. Seymour par exemple a déjà fait pas mal de GN hors Camarilla, et George a introduit en Camarilla des Ateliers et joué notamment à plusieurs GN romanesques. Louis et Fabien sont un peu des spécialistes reconnus dans le background de personnage retors dans leur asso. Il me semble que notamment, Fabien et Georges sont aussi chez Rôles. A l’inverse Sarali (ma femme) et moi venont de l’événementiel Geek, et on a l’habitude d’organiser de gros événements. Personnellement j’ai un gros bagage vampireux sur table qui me permet de bien maîtriser l’univers (15 ans que je conte du Moderne et un peu de Dark Ages).

C’était un souhait d’avoir une équipe variée, venant d’horizons et de compétences un peu originales. Mais c’est avant tout des copains avec qui on s’entend bien. La majorité d’entre nous avait travaillé ensemble à un projet de traduction des règles Mind’s Eye Theater (les plus récentes) de l’anglais vers le français. Le courant était bien passé, c’était l’occasion d’en faire quelque chose de sympa.

Il y a d’autres points que vous voulez aborder ?

N’hésitez pas à nous contacter, on adorerait avoir des retours, des avis, des suggestions. C’est vraiment un truc qui me botte énormément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *