Preview de GN : Comme on se quitte

Publié le lundi 22 février 2016 dans Previews de GN,Slide

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu de rôle Grandeur Nature : Comme on se quitte

Association organisatrice : Cent Balles et un Mars

Lien vers les inscriptions ou pré-inscriptions : http://goo.gl/forms/LG2l8YtVdy

Localisation : France

Date du jeu : Une session prévue en juin 2016 (informations à venir) et une session les 10-11 septembre à Marions (Gironde)

Durée de jeu : 1 soirée + 1 journée

Nombre de Pjs : 14

Nombre de Pnjs : 4

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? Une première version du jeu, nommée LICAN, a été organisée en juillet 2013  sur une île au large de la Norvège septentrionale (critique accessible ici). La première officielle de Comme on se quitte a été organisée le 5 septembre 2015, mais les gens n’ont pas aimé donc il n’y a pas de critique.

Les auteurs : Lila et Manu

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

Si on croit la théorie des formes, ce jeu provient d’un monde où il existait dans sa perfection. Nous en avons perçu le reflet à travers nos sens. La première chose qu’on peut ainsi affirmer, c’est que ce jeu n’est pas parfait.

Il s’inscrit par ailleurs dans la longue tradition des moines islandais du 11ème siècle qui plaçaient le récit au centre de leurs activités ludiques : c’est donc un jeu narrativiste. Nous allons, tous ensemble, construire une histoire avec un début, un développement et une fin.

A propos de Comme on se quitte, Télérama a écrit : « On assiste impuissants à l’enterrement de l’enfance, de l’amour, des espoirs, de tout ce qui fait qu’une famille se construit et se déchire au fil des ans. C’est un long dimanche d’adieu à un passé auquel certains s’accrochent quand d’autres veulent s’en libérer. »

unnamed-2

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

Les personnages sont les membres d’une famille de petite bourgeoisie provinciale. Ils sont réunis, après la mort de la grand-mère, pour se voir une dernière fois avant d’envoyer le grand-père sénile à l’hospice.

Le héros du GN s’appelle Simon (joué par Jean-Pierre Bacri) et il y aura des enfants invisibles.

Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

Avant toute chose, nous ne travaillons pas. Nous créons.

Quand c’était encore légal, notre plume se nourrissait de Z’animos et autres biscuits chocolatés. Elle retranscrivait la vie de personnes que nous avons appris à parfaitement connaître à force d’en parler. Maintenant, c’est pareil, mais avec des pâtes pesto et des biscuits coco.

S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ? 

Nous avons écrit un livret de simulation de bataille sous-marine, mais il est conseillé de ne pas le lire. Viennent le compléter quelques techniques de narration (monologues, flash-backs, structure en actes et arc de personnage) dont le fonctionnement est assez instinctif mais qui seront tout malgré détaillées à longueur de lignes et d’ateliers parce que nous sommes talentueux. Surtout moi.

Maintenant, si vos lecteurs nous permettent d’être sérieux un instant, il existe un point qui doit être traité sans plaisanter : ni la violence, ni les rapports intimes ne seront simulés. Nous consacrerons donc du temps en amont du jeu pour rappeler le cadre d’un repas de famille et préparer les joueurs volontaires à subir de la violence ou de la tendresse. Les joueurs non volontaires auront des rôles appropriés.

unnamed

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?

Sur la première session, les joueurs étaient nos amis, mais Victorien est arrivé en retard. Sur la deuxième session, les joueurs étaient Toulousains, mais nous avions une planche à découper.

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?

« Tu te souviens du repas chez Papi ? »

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

Il faudrait mesurer sa qualité artistique à l’aide d’instruments et d’équations complexes, estimer sa valeur en bourse et patienter quelques siècles pour confirmer son impact sur l’évolution de l’humanité.

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

Cent Balles et un Mars est une association de GN fondée le 21 octobre 1972 soit trois ans avant la naissance de Jean-Paul Sartre. Nous n’accueillons que l’élite de la scène internationale, et en particulier les diplômés du collège Marcel Harrison de Freu-Lassac dans la Meurthe-et-Loire. 

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?

Lila, dont le Disney préféré est Robin des Bois, et qui fut élève en Troisième de M. Aubry, professeur d’Histoire-Géo. Accompagnée de Manu, élève du cours de Socio de Mlle. Beuquila en Première et dont le Disney préféré est Raiponce.

Liens divers : (à consulter dans l’ordre)

La critique du jeu sur Electro-GN

La présentation du jeu sur le forum de Cent Balles et un Mars

Le formulaire de pré-inscription

Crédits photos :

Baptiste Cazes et Thibault Magnan

Capture d’écran 2016-01-18 à 16.44.09Capture d’écran 2016-01-18 à 16.44.26

Une réaction à Preview de GN : Comme on se quitte

  1. S’il n’y a pas de mouton sur la prochaine session, je crie au scandale. Vous pouvez garder la pompe à main par contre, j’en ai déjà une.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *