Preview GN : Rouge Garance

Publié le lundi 14 mai 2012 dans Previews de GN

Par

Tags: , ,

--

Titre du jeu : Rouge Garance
Association organisatrice : Le Grand Duc
Date du jeu : samedi 08 septembre 2012
Durée de jeu : 10 à 12h
Nombre de Pjs : 18 (dont 2 ados)
Nombre de Pnjs : 5
A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? Non, première édition
Les auteurs : Association Le Grand Duc

garance01

Vous pouvez présenter un peu l’asso et son identité ?
Le Grand Duc est une petite association issue d’un groupe d’amis qui a l’habitude de se réunir autour d’une table de JDR depuis une vingtaine d’années. Joueurs de GN, et organisateurs de huis clos entre nous, nous avons décidé de franchir le cap de l’organisation publique de huis clos en 2009 après une partie organisée par nos amis d’En Quête de Rèves. Nous organisons exclusivement des jeux originaux, que nous créons de nos petites mains. Souhaitant fabriquer nos jeux le mieux possible, nous mettons en général deux ans pour bâtir une organisation.

Et vous ? Le groupe des auteurs, vous êtes qui ?
Le groupe des auteurs est principalement composé de trois personnes, accompagnées selon les besoins par le reste des membres de l’association pour la logistique, la mise en scène… Notre âge moyen tourne autour de la quarantaine, avec des profils professionnels très différents mais au final assez complémentaires…

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est, et qu’est-ce qu’il n’est pas ?
Nous organisons des jeux pour le plaisir, dans un cadre associatif. Notre « paiement », c’est la satisfaction provoquée par les travaux de recherche, d’écriture, de réglage, mais aussi et surtout le plaisir des joueurs. Nous ne nous fixons qu’un seul vrai impératif : qu’en fin de partie les joueurs aient compris ce qu’ils ont vécu, et que les intrigues soient dénouées.

Comme toujours, l’idée de base vient de nulle part, si ce n’est de l’esprit tortueux de notre scénariste en chef. Plus sérieusement, nous choisissons soigneusement dans un premier temps le cadre historique et dramatique du jeu : nous passons ensuite près de deux ans sur le sujet, il a intérêt à nous intéresser au départ !

Dans le cas de Rouge Garance, nous sommes partis d’un ensemble d’envies de base : tout d’abord les personnages, qui sont réellement la clé de tout le reste, puis l’époque : le début du XXème siècle, la fin de la Belle Époque, un foisonnement intellectuel et artistique ; enfin le thème principal : l’amour, auquel sont venus se greffer ensuite deux autres thèmes secondaires, l’art et la guerre, à la fois pour des besoins scénaristiques et par intérêt pour ces sujets.

Nos organisations s’adressent plutôt à des joueurs qui aiment les personnages complexes, avec de multiples facettes psychologiques, et qui aiment être surpris en cours de jeu. Pour parler un peu « technique » (bien que nous ne soyons pas forcément des théoriciens, mais Electro-GN est bien le lieu pour ça !), nous recherchons un équilibre entre des postures simulationnistes, narrativistes et « ludistes » : en tant que joueurs nous trouvons nous-mêmes notre plaisir au travers de ces 3 aspects du jeu, sans hiérarchiser forcément ceux-ci. Nous basons beaucoup nos huis clos sur la notion de surprise, nous cachons donc régulièrement tout un pan du scénario avant la partie, de manière à ménager des « coups de théâtre » individuels ou collectifs durant celle-ci. Ce que n’est pas Rouge Garance ? Et bien… ce n’est pas une histoire bâtie en deux heures sur un coin de table !

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?
Apolline Vanuxem, une ancienne institutrice d’une cinquantaine d’années qui, après avoir vécu assez longuement à Paris, est revenue vivre avec son père à Louvry, un petit village de l’Aisne, a reçu début août 1914 un courrier de son cousin Léon, qui habite Valenciennes. La guerre venant d’éclater, ce dernier doit fuir l’avancée allemande. Apolline, femme généreuse, lui propose de l’héberger, le temps que les hommes cessent leurs combats inutiles (comme tous les français de l’époque, Apolline pense que la guerre ne durera pas longtemps). Ce faisant, elle se remémore sa jeunesse, et notamment les étés 1882 et 1883, où une bande d’enfants et d’adolescents, dont elle et son cousin faisaient partie, passaient des vacances merveilleuses à Louvry. Pour contrer la morosité ambiante, elle décide de tenter de réunir toute cette bande, plus de trente ans après. Étonnamment, malgré la guerre, tous, ou presque, vont faire le voyage.

Le 29 août, tout le monde fait route vers Louvry, ignorant le danger qui les guette. En effet, l’ennemi est aux portes de Guise, située à quelques kilomètres du village, prêt à franchir l’Oise. Lorsque les invités arrivent, on entend le bruit des canons qui résonnent au loin. Parmi ces invités, on trouve des notables, des artistes, des gens modestes, toute une kyrielle de personnages qui sont caractéristiques de cette époque. Pourquoi sont-ils tous venus ?

L’inquiétude sourde liée aux combats fait peser une ambiance étrange sur la réunion. Ou bien, serait-ce autre chose?

Vous travaillez comment ? Vous avez une méthode d’écriture ? Vous écrivez vos fiches dans votre coin ? C’est quoi la méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?
La méthode de travail est « relativement » organisée. Notre scénariste principal propose un thème, avec une première intrigue, et un éventail de personnages. Autour de ces idées, le groupe d’auteurs débat pour dresser un premier squelette du scénario, décider des thèmes secondaires et des relations entre les personnages. Les fiches de personnages sont ensuite écrites par le scénariste principal, et subissent un va-et-vient permanent entre nous jusqu’à un résultat qui nous satisfait. Nous équilibrons ensuite les intrigues entre les personnages, avec un système de cotation assez simple. Pour finir, nous écrivons la partie événementielle en fonction du rythme que nous voulons imprimer et des différentes intrigues.

Parallèlement à ça, nous développons tout le reste (aides de jeu, musique, site internet dédié, décors, costumes…) en nous répartissant les tâches, ayant chacun des compétences assez complémentaires. Dernier détail, le lieu. Nous tentons si possible de trouver le lieu très en amont, de manière à pouvoir l’exploiter au maximum en terme de jeu et d’intrigues.

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce site de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?
En terme de logistique, l’organisation d’un huis clos est quand même beaucoup plus simple qu’un gros GN. Ce format restreint nous permet de mettre vraiment l’accent sur les détails, les petits éléments de décors, les aides de jeu, qui vont donner la tonalité et aider les joueurs à se sentir « immergés ».

Le site revêt pour nous une grande importance. Sans partir dans les grands mots et dire qu’il s’agit d’un personnage à part entière, le site reste fondamental pour faciliter l’immersion. C’est pourquoi nous essayons de le trouver le plus tôt possible, pour nous permettre d’en tirer parti. Le confort des joueurs est également un point important pour nous (ce doit être notre âge avancé qui nous y pousse !). Nous imaginons nos organisations comme un week-end agréable, dans un cadre sympa, avec au milieu un huis clos. Nous sommes par exemple très friands des « lendemains » de jeu. Le fait de se retrouver après quelques heures de sommeil pour partager les impressions de la veille et refaire le monde est pour nous un bonheur à part entière.

En terme de règles, nous tentons de réduire au maximum leur nombre et leur utilisation. Elles sont néanmoins parfois nécessaires pour régler certaines situations, mais nous essayons dans ce cas de les rendre utilisables sans la présence d’un organisateur.

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueurs et durée de jeu) ?
Notre volonté était d’organiser un jeu pour 15 à 20 joueurs, sur une durée de 10 à 12h. Là encore, c’est notre expérience passée qui nous a convaincus. Il s’agit de créer des relations complexes, capables de satisfaire des joueurs chevronnés, et de laisser du temps aux joueurs, notamment plus novices, de prendre leurs marques. Nous espérons voir évoluer les personnages au cours de la partie. Pour ça il faut du temps. Au-delà de 20 joueurs, nous ne nous sentions par contre plus capables de gérer correctement les intrigues et de soigner suffisamment les personnages. Enfin, nous avons l’impression qu’il existe beaucoup de scénarios pour une dizaine de joueurs sur 5 à 6h, nous espérons nous démarquer un peu avec ce format.

Dernier parti pris, accorder autant de rôles féminins que de rôles masculins, avec une vraie répartition des clés des intrigues. Là, c’est un peu un pari de notre part, dans un monde qui est quand même à forte dominante masculine, mais nous croisons régulièrement des joueuses d’un super niveau qui héritent de rôles sous dimensionnés. Ce n’est bien sûr pas toujours le cas, mais nous nous situons clairement du côté des créateurs qui souhaitent un équilibre des responsabilités en jeu.

Pour cette session, qu’est-ce que vous espérez, que diriez-vous à vos joueurs pour être sûrs qu’ils comprennent bien votre volonté ?
Plaisir, convivialité, écoute, échange, partage. Voilà en peu de mots notre philosophie.
Notre volonté est de faire vivre une expérience riche en émotions, des émotions de tous ordres. Pour cela, nous attendons de nos joueurs un certain investissement dans la préparation de leur partie, de bien prendre la mesure de la psychologie de leur personnage.

Mais avant tout, il s’agit avant tout de s’amuser ! Et pour cela, d’être généreux dans leur jeu. La réalisation d’objectifs est bien entendu un élément fort pour un joueur, mais nous estimons que cela ne doit pas nuire au plaisir collectif.

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, qu’est-ce qui serait un bon angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?
Les joueurs, bien sûr ! Tout ceci n’a de valeur que si les joueurs y trouvent leur compte… Un angle d’attaque pourrait être de réaliser une interview croisée de quelques participants. Le tout associé à un bon petit reportage photo, parce que nous restons toujours bluffés par les efforts faits par les joueurs pour apporter leur pierre à l’édifice !

Des liens vers votre site, la fiche d’inscription, etc.
Site de l’association Le Grand Duc : http://www.grand-duc.fr/
Site dédié à Rouge Garance : http://www.grand-duc.fr/garance/index.htm
Fiche de pré-inscription : http://www.grand-duc.fr/garance/inscriptions.htm
Groupe Facebook de l’association : http://www.facebook.com/groups/194544710639056/

4 réactions à Preview GN : Rouge Garance

  1. les descriptions des personnages sont en ligne. ça donne envie.

    http://www.grand-duc.fr/garance/personnages.htm

  2. Une organisation impeccable.
    Un jeu plein de surprises et d’émotions.
    Je ne connaissais pas cette assoce mais je n’ai vraiment pas été déçu du voyage!  A noter
    que
    3 ou 4 autres sessions sont apparemment prévues d’ici août 2014 (qui sera a priori la
    dernière)
  3. la preview fait partie de celles qui m’ont le plus donné envie

  4. Moi aussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *