Preview GN : Pour deux lux de plus (Dark Earth)

Publié le mercredi 6 juin 2012 dans Previews de GN

Par

Tags: , ,

--

Titre du GN : « Pour deux lux de plus »
Association organisatrice : Les Marcheurs de l’Avant
Date du jeu : 8-10 juin 2012
Durée de jeu : environ 24 heures
Nombre de Pjs : 60
Nombre de Pnjs : 5-10
A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ? septembre 2010

image007.jpg

Présentez-nous un peu l’asso et son identité !

Nous sommes un noyau d’individus d’une trentaine d’années principalement issus du monde de l’informatique (développement, fonctionnel…). Nous avons commencé les jeux de rôles grandeur nature 2009, et après avoir expérimenté ici et là certains jeux auprès de différentes associations, j’ai très rapidement eu la vision du format de GN qui me plaisait le plus. Le GN qui a été le déclic fut celui organisé par l’association Dédales en 2010 « Cas d’écoles » dans l’univers d’Astria. C’est obtenir ce résultat immersif qui nous intéressait particulièrement.

Nous sommes des éternels insatisfaits qui voulons refaire le monde. Non pas en insistant sur les points négatifs, mais au contraire en essayant de tout pousser vers le haut. Qui n’a jamais refait le monde après un GN ? “Ça aurait été mieux si… ils auraient dû…. c’est dommage que… j’ai adoré le fait que…”
On s’est remonté les manches, et on a essayé.

L’association fut créée en juin 2010, et le premier projet “Pour un lux de plus” lancé en septembre 2010. Le but était simple : les Grandeurs Natures de type post apocalyptique nous semblaient extrêmement rares. Par manque de participants ou par manque d’intérêt des organisateurs de ce type d’univers très particulier ?
Nous avons décidé de le vérifier par nous-mêmes.

Notre force et notre faiblesse est sans aucun doute notre “jeunesse” dans le monde des Grandeurs Natures, et le lot d’idées nouvelles que nous voulons y apporter. Notre ligne de conduite est très inspirée d’une prestation “professionnelle” afin d’apporter le plus de qualité possible.

J’aime beaucoup la citation de Bertrand Russell qui m’a marqué :

“Il vaut mieux viser la perfection et la manquer, que viser l’imperfection et l’atteindre.”
C’est exactement notre vision de l’événement. On préfère viser trop haut plutôt que de se donner une cible facile. Ça nous pousse à nous dépasser quotidiennement sur le