Preview : Les Royaumes Fantastiques

Publié le mercredi 17 octobre 2012 dans Previews de GN

Par

Tags: ,

--

Titre du jeu : « les Royaumes Fantastiques ».

Agence organisatrice : « Rêves Et Veillées ».

Date du jeu : Une animation disponible sur commande à partir du 20 octobre 2012.

Durée de jeu : De 1h30 à 4h00 en mode aventure

                         À partir de 20 minutes en mode ouvert

Nombre de Pjs Jusqu’à 24 joueurs.

Nombre de Pnjs De 1 ou 2 meneurs de jeu en fonction de la configuration.

A-t-il déjà été organisé, et si oui, quand ?
Nous nous sommes inspirés de certaines commandes effectuées ces 10 dernières années.

Les auteurs :
Simba Pardini Leone avec la participation de Gaël Lelanne.

les-royaumes-fabntastiques.jpg

Présentez-nous un peu l’agence et son identité !

Fondée en 2003, l’agence est l’aboutissement de 5 années de travail, de formation et d’expérimentation ludiques (dans un cadre associatif de 1997 à 2002).
Depuis son entrée dans le monde professionnel, l’agence s’est d’abord imposée sur le marché de l’événementiel ludique comme spécialiste du « sur-mesure » des jeux d’enquête et d’aventure en grandeur nature.
Notre métier est notre plus grande passion, nos clients sont de tous horizons et nos projets ludiques de toutes natures. De fait, les années se sont suivies sans se ressembler. Avec le temps, les interventions que l’agence Rêves Et Veillées a dû mener nous ont orienté vers différents types de game design (team building et jeux d’animation, jeux de plateau, jeux de cartes, jeux touristiques ou online, ARG, …).

 

Et vous ? Le groupe des auteurs, qui êtes-vous ?


Mon nom est Simba Pardini Leone, je travaille à plein temps comme créateur de jeux depuis déjà 10 ans. Je suis gérant de l’agence Rêves Et Veillées (www.reves-et-veillees.com) et de l’agence Puppet Master (www.eveil-tr.com).
Gaël Lelanne collabore avec nous depuis 2 ans maintenant. C’est principalement « à cause » de lui que l’envie de créer ce jeu nous a pris !

D’où vient l’idée de ce jeu, qu’est-ce que ce jeu est et qu’est-ce qu’il n’est pas ?

L’idée de ce jeu vient tout simplement d’un caprice nostalgique de notre part (dont le terrible élément contagieux fut Gaël). D’un contrat à l’autre, nous réalisons et concrétisons les envies et besoins ludiques de nos clients. De temps en temps (presqu’une fois par an) nous décidons de nous faire plaisir et de réaliser un jeu, de créer une prestation sans que ça soit une commande… juste pour se faire du bien (et au passage, acquérir de nouveaux outils).

Pour le coup, « Les Royaumes Fantastiques » sont la concrétisation d’une fulgurante envie de figurines et de maquettes, mais pas seulement ! Nous avions aussi envie de détourner les mécanismes des MMORPG avec un jeu pluri-ludique aux dimensions gargantuesques.

« Les Royaumes Fantastiques », c’est avant tout un jeu de figurines d’une taille extraordinaires (un puzzle de 18 plaques de 60cm²) avec ÉNORMÉMENT de décors, de détails et de surprises. Et ça, c’est notre caprice ! On voulait retrouver cette idolâtrie particulière que l’on peut avoir devant une belle maquette, un super décor… On voulait notre terrain de jeu miniature et on voulait que ça en jette sévère !

C’est un jeu au sein duquel nous avons associé des ateliers « grandeur nature » qui en plus de diversifier les plaisirs, permettent une approche de certains aspect du GN.

– Les joueurs sont costumés et accessoirisés en fonction de leur classe (une reconnaissance visuelle efficace lors d’une partie à 24).

– Les combats en PvP sont réalisés dans une arène de joute à l’arme en latex (système de jeu passerelle entre les figurines et le GN).

– Les actions de tir sont réalisées au sein d’un stand de tir à l’arbalète (comme dans une foire, sauf que là on tire sur des monstres).

– Les tentatives de vols façon pickpocket sont réalisées à l’aide d’un mannequin couvert de grelots (comme le décrit Victor Hugo).

– Et les rencontres avec les PNJ sont réalisés en théâtre d’improvisation (jeu de rôle).

« Les Royaumes Fantastiques », c’est aussi tout un tas de petits jeux dans le jeu…

– Un jeu de cartes pour gérer la magie face aux PNJs

– Pour les combats magiques en PvP : un  jeu comparable à un carom occulte (créé il y a 2 ans voir WarWiz P10 et 11 : http://www.reves-et-veillees.com/images/pdf/rev-et-creations.pdf ).

– Pour la simulation d’un état de siège, nous avons mis en place un jeu de tir SUR le terrain de jeu avec de toutes petites catapulte comme dans SIÈGE, le jeu pour enfant.

– Bref ! on s’est fait plaisir…

Donc notre jeu est une sorte de « kermesse rôlistique pluri-ludique », avec un système de dynamisation scénaristique très proche des RPG à la  SKYRIM (jeu vidéo), dont nous nous inspirons aussi pour le background.

Qui sont les personnages (en gros) et quelle est la raison de leur présence ?

Globalement, les joueurs incarnent des guerriers, des mages, des roublards, des rodeurs…

Au sein d’un univers où de nombreux objectifs et scénarios vont leur permettre d’évoluer tant en « expérience » (compétences, objets magiques…etc.), qu’en « orientation » d’alignement (bon/ – /mauvais).

« Les Royaumes Fantastiques », c’est plus un espace et un système de jeu qu’un scénario.

La scénaristique peut être adaptée aux envies des joueurs. Par exemple, pour halloween, un client nous a déjà réservé le jeu pour un scénario « apocalypse nécromancien ». Squelettes, mort-vivants et autre spectres y seront légion, et les scénarios y seront tous orientés dark fantasy et horreur. Pour une autre commande destinée à un jeune public, nous préparons une série d’aventures sur le thème des contes traditionnels (Grimm, Andersen…).

En termes de hiérarchie scénaristique, il existe 3 couches :

Couche SC 1 : Une histoire commune à tous les joueurs (le monde est déchiré par une guerre opposant deux grands sorciers… ceux qui n’ont pas fui les royaumes sont soit soumis, soit engagés dans la tourmente du conflit. Trop de peuples souffrent de cette guerre : quelle que soit la finalité, les batailles doivent cesser !).

 

Couche SC 2 : Les rencontres et les choix individuels ou d’équipe entraîneront les joueurs dans des quêtes qui pourront finir par opposer les joueurs entre eux (La reine destituée de son château cherche à le reconquérir, la nécroliche prévoit de sacrifier la reine pour son rituel et le seigneur actuel du château explique que sa place est légitime…).

 

Couche SC 3 : Les joueurs auront aussi la possibilité de se détourner des événements qui vont rythmer le jeu, pour atteindre des objectifs qui leur sont propres. En effet, parmi les nombreux scénarios et quêtes, certains sont de véritables chasses aux trésors avec des pièges, des énigmes, des casse-têtes… et d’autres de pures aubaines pour les gros bills et les farmers en quête d’or et de magie (récupérer les différentes pièces d’un artefact magique, devenir seigneur de guerre ou diriger son propre royaume…).

Comment travaillez-vous ? Avez-vous une méthode d’écriture ? Écrivez-vous vos fiches dans votre coin ? Quelle est votre méthode, telle que vous l’expliqueriez à un nouveau venu dans l’équipe ?

Pour ce type-là de réalisation (CàD un caprice de créateur et non une commande), nous clarifions d’abord nos pulsions : Qu’est-ce qui nous fait vibrer, pourquoi et comment… ?

Ensuite on effectue un brainstorming pour tout ce qui caractérisera notre jeu.

De là nous sortons nos objectifs et les moyens indispensables à leurs réalisations.

Ensuite on calcul le potentiel commercial de l’opération… et si tout est équilibré… on attaque la configuration du jeu.

Tout d’abord il y a la partie alphatest qui fait suite aux premiers travaux sur la création des bases du système de jeu (sans même que le jeu ne soit complètement réalisé).

Puis on se remet au travail pour « finaliser » les règles, les premiers scénarios…

Viennent alors les parties bétatests, nous permettant d’étaler tout le matériel du jeu (là on se fait grave plaisir !) et régler les équilibres (et scénarios) indispensables aux premières prestations que nous aurons vendus. La plupart du temps, on enchaîne les parties jusqu’à ce que l’ennui nous guette (ce qui mettra en lumière les aspects « barbants » qu’il nous faut corriger). Et si l’ennui ne vient pas et que nous tombons terrassés par la fatigue après plusieurs jours de jeu et des dizaines de joueurs cobayes… Alors là bingo !! Notre jeu est prêt.

 

Logistiquement, c’est un challenge ? Pourquoi ce format de jeu, ces décors ? S’il y a des règles de jeu spécifiques, qu’apportent-t-elle au jeu ?

 

Non, logistiquement, ça n’est pas vraiment un challenge.

 

Nous avons beaucoup de matériel et de décors qui nous permettront de mettre en scène et en grandeur nature l’ensemble de l’espace de jeu sur les ambiances fantastiques diverses qui peuvent nous être demandés (med-fan, dark-fan, faerie-fan, scandinav-fan…). Pour ce qui concerne les figurines, nous avons 15 ans de stockage et des centaines de figurines extraites de nombreux jeux différents (notre matière première !). Et enfin, pour les décors (maquettes…), nous n’avons ni les compétences, ni le temps de créer d’assez beaux décors avec nos petites mains gauches bardées de pouces… alors on investit massivement auprès des meilleurs fabricants (entre autre : ZITERDES).

 

Nous souhaitons un décor qui fasse littéralement rêver… un délire pour les enfants de 7 à 77 ans (après, il faut voir…). Les décors et tous les ateliers autours sont là pour figer les sourires, varier les plaisirs et intéresser les geeks comme les non-joueurs.

 

Si c’est important et spécifique, pourquoi ce format (nombre de joueur et durée de jeu) ?

 

Le format de jeu  (2 à 24 joueurs) est étudié pour correspondre à la grande majorité des commandes qui vont être effectuées pour cette création.

 

La durée est variable car nous savons déjà que nous allons devoir mettre en place ce jeu pour des évènements d’une après-midi ou d’une soirée, tout autant que sur des salons ou des semaines d’animation.

C’est aussi en prévision de ces configurations-là que nous avons plusieurs modes de jeu :

– Soit un mode ouvert (genre salon du jeu) où les joueurs entrent et sortent du jeu à leur guise.

– Soit un mode aventure avec un groupe de joueurs qui commence et termine la partie.

S’il y a eu des sessions avant celle-ci, quelles ont été leurs qualités, leurs défauts ? Qu’est-ce qui a changé sur cette autre session ?

Environ une fois par an, on nous demande une animation qui de près ou de loin ressemble un peu au projet des « Royaumes Fantastiques ». La première fois c’était il y a 10 ans…

Le souci, c’est que souvent, il s’agit d’une commande effectuée au pied levée dans des délais qui ne nous permettent pas la pleine réalisation de nos ambitions… alors cette fois-ci, c’est nous qui prenons les devants en réalisant un jeu qui nous fasse vraiment plaisir.

Si on devait parler de votre jeu dans une critique sur Electro-GN, quel serait le meilleur angle d’attaque ? De quel aspect de votre jeu devrait-on parler avant tout ?

 

J’imagine qu’en tant que spécialistes du GN, c’est peut-être plus l’aspect passerelle du jeu qui intéressera vos lecteurs (Wargame, RPG, GN, …).

 

Le document sur le jeu

http://www.reves-et-veillees.com/images/pdf/presentaion-des-royaumes-fantastiques.pdf

L’agence Rêves Et Veillées

Site

www.reves-et-veillees.com

Facebook

http://www.facebook.com/revesetveillees

Mail

contact@reves-et-veillees.com

L’agence Puppet Master  

Site

www.eveil-arg.com  

Facebook

http://www.facebook.com/Eveil.ARG

Dailymotion

http://www.dailymotion.com/Agence_Puppet-Master

Un jeu de rôle (sur table) passerelle entre jdr et gn (entre autre !)

Une commande des éditions du Matagot

http://www.facebook.com/jeuderoleSadanosLEveilDesDieux

Une réaction à Preview : Les Royaumes Fantastiques

  1. Hé ben, y a vraiment de tout sur Electro-GN ! (j’ai cherché s’il y avait un anagramme dans Simba Pardini Leone, mais j’ai pas trouvé)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *