Dis papa, c’est quoi l’escrime ludique ?

Publié le lundi 4 septembre 2017 dans Actualités du GN,Articles

Par

Tags: , ,

--

Dis papa, c’est quoi l’escrime ludique ?

 

« Alors, mon fils, cette bouteille de lait est une tétra… Oh… laisse tomber. Je vais t’expliquer.

 

L’objectif

En fait, l’escrime ludique est une activité qui répond à un besoin très simple : rendre les combats (en GN, en troll ball ou en animation) agréables pour tout le monde.

Agréable pour le pratiquant d’escrime ludique, agréable pour celui qui joue avec le pratiquant d’escrime ludique, et enfin, agréable pour l’orga de l’événement sur lequel ils se trouvent tous les deux. »

Un triste constat

Le combat en GN, en Troll Ball ou en animation devrait être un plaisir et rien d’autre. Pourtant il peut être source de frustration ou de danger. Et ce, quel que soit sa forme et son parti pris.

  • Dans les combats avec incertitude (on ne sait pas qui va gagner), comme les combats à la touche, l’adrénaline, l’excitation ou l’esprit de compétition peuvent s’en mêler, et amener des comportements dangereux. Et un combat dangereux est rarement un combat agréable.
  • Un combat avec une forte pression (chacun à une énorme motivation dans le jeu pour remporter la victoire) peut amener un joueur normalement honnête à ne pas compter une touche « pas franche ». Parce que perdre son personnage le premier soir de jeu pour une éraflure, ce n’est pas le genre d’anecdote que l’on aime ramener d’un GN. Et la triche, ça ne rend pas un combat agréable.
  • Beaucoup tombent dans le piège intellectuel de croire que si l’on retire l’opposition et l’incertitude du combat, il sera forcément agréable. Pourtant les combats où l’on recherche l’esthétique, le « play to lose » ou autres, peuvent également être terriblement frustrants  pour celui qui ne sait pas faire du beau. Il va devoir réfléchir en permanence à  ce qu’il fait, il va hésiter, prendre du retard, être en décalage, subir les passes de l’autre sans arriver à développer les siennes…
    Sans compter ceux qui, sous prétexte de faire du beau, vont se permettre quelques libertés avec la sécurité et les règles.  Comme bousculer ou saisir un partenaire qu’ils ne connaissent pas, alors que les règles l’interdisent strictement.

Bref, quel que soit le parti pris du GN, la forme donnée au combat ou les règles en vigueur, on retrouve toujours les problèmes de sécurité, de triche, de fairplay et de frustration.

Notre solution

À la question : « Si le parti pris du combat et les règles qui vont avec ne peuvent pas garantir le plaisir du combat, comment rendre agréable le combat en GN ? »

La FédéGN a choisi la réponse : « Par la préparation des Joueurs » et a lancé l’Escrime Ludique en partenariat avec la FFE (Fédération Française d’Escrime). Dans la foulée elles ont créé un organe, la Commission Nationale Mixte (CNM), dont l’objectif est de développer cette activité.

Les moyens de préparation

Il existe plusieurs moyens de préparer les joueurs au combat de GN :

  • La mise en place d’entraînements hebdomadaires est la piste privilégiée de la FédéGN. Elle a notamment établi un partenariat avec la FFE. Il permet entre autre d’établir des créneaux dans des salles d’armes. Mais bien sûr, d’autres lieux peuvent se montrer tout aussi adaptés.  Cette formule permet de travailler en profondeur sur des sujets tels que la technique, le physique, et surtout : le comportement.
  • Les entraînements évènementiels sont plus faciles à mettre en place, surtout lors des beaux jours. La faible fréquence de ce type d’occurrence ne permet pas un travail aussi précis que l’entraînement hebdo, mais permet tout de même de travailler sur les qualités (distance, timing, sécurité…)
  • Les stages sont des outils versatiles qui permettent de travailler sur un thème ou une population précise. Ils sont généralement profitables à court terme.

  • Les ateliers pré-GN sont particulièrement efficaces pour permettre aux joueurs d’aborder un GN dans le bon état d’esprit. La démonstration en a été faite dans l’article « Le combat en GN en mode partenaire ». Ces ateliers peuvent être initiés par l’organisation d’un GN mais pas forcément. Ils peuvent tout aussi bien être le thème d’un entraînement d’escrime ludique ou d’un stage organisé par un enseignant qui n’a rien à voir avec l’orga.
  • La diffusion de documents tels que des tutoriels, des vidéos ou des textes est un moyen un peu chronophage de préparer les joueurs. Ces documents peuvent traiter d’un événement en particulier ou de l’escrime ludique en général (Exemple).

Les axes de travails

En restant très global, on peut dégager trois axes de travails principaux :

  • Le premier et le plus important de tous les axes de travail est la sécurité. Il s’agit non seulement de donner aux joueurs une technique sécuritaire, mais aussi une vigilance et un comportement. Le joueur doit savoir faire un peu moins beau ou être un peu moins efficace pour rester safe.
  • L’axe de travail suivant est la maîtrise. Le joueur doit apprendre à rester maître de son arme, de son corps et de son humeur. Et même, dans une certaine mesure, de son environnement. Il y a parfois un très gros travail à faire sur ce point même chez d’excellents combattants. Notez que meilleure sera la maîtrise des combattants sur un GN, plus ils pourront faire preuve d’engagement tout en restant en sécurité.
  • Troisième axe de travail est l’acceptation (ou fairplay). Nombre de joueurs ont une idée arrêtée sur ce que doit être le combat en GN. À tel point qu’ils se retrouvent incapables d’accepter les règles d’un GN, ou même de trouver un terrain d’entente avec leurs adversaires. Les joueurs doivent apprendre à accepter les règles et les partis pris des évènements où ils se trouvent, ou à ne pas y aller. Ils doivent également apprendre à accepter que les autres joueurs ne cherchent peut-être pas la même chose qu’eux dans le combat GN. Et apprendre à accepter une défaite…

Les besoins et actions associées

Différents besoins ont été remontés à la FédéGN, concernant le combat en GN. Voici les réponses à ces besoins que nous allons mettre en place avec l’Escrime Ludique :

  • De nombreux joueurs éprouvent le besoin d’améliorer leur niveau. Certains débutants veulent tout simplement pouvoir jouer un guerrier sans se faire rouler dessus par tout le GN. D’autres ont juste besoin de se sentir à l’aise avant de se lancer. Quelques pratiquants de sports de combat ou d’arts martiaux ont besoin de convertir leur technique en gestes utilisables sans danger sur un GN. La première réponse à ce besoin sont les entraînements hebdo et évènementiels organisés par les asso de GN ou d’escrime. En complément viendront des stages donnant lieu à de simples attestations de participation.
  • Une demande, remontée par les orga de GN ou de Trollball, est le besoin de test de règles ou de game play (au passage je vous recommande la lecture de cet article). Ce besoin est également remonté par les joueurs voulant se rendre sur un événement dont les règles leurs sont peu familières. ==> Les évènements d’escrime ludique ont pour vocation de permettre ces expérimentations, pourvu que l’animateur de l’évènement soit prévenu et ait donné son accord.
  • De nombreux GNistes aguerris ayant envie d’enseigner aimeraient acquérir un savoir-faire d’enseignement. Nous avons aussi quelques « petits jeunes qui n’en veulent » qui montent des entraînements et aimeraient être formés. ==> À court terme, la seule réponse que nous puissions apporter à ce besoin est des stages de préformation d’enseignant d’escrime ludique donnant lieu à des attestations  de participation ou  de capacité. C’est le mieux que nous ayons en attendant la mise en place de formations diplômantes.

  • L’Escrime Ludique est de plus en plus présente lors des animations menées par les associations : à l’occasion de salons, de prestations rémunérées, voire de séjours vacances. Les différant acteurs de ces évènements (mairies, PAJ, ALSH, etc.), mais aussi les prestataires eux-mêmes ont remonté un besoin d’identification des animateurs d’Escrimes Ludiques ⇒ À moyen terme (objectif 1 an) les fédérations FFE et FédéGN ont lancé la création de diplômes fédéraux d’animateur d’Escrime Ludique.
    Attention : Ce diplôme n’empêchera jamais quelqu’un de faire bande à part et d’enseigner le combat GN à sa convenance (et ce n’est peut-être pas plus mal après tout). La plupart de ces enseignants le feront sans doute très bien. Mais si l’un d’entre eux fait n’importe quoi, au moins, il ne le fera pas au nom de l’Escrime Ludique.
  • Des GNistes qui enseignaient le combat GN bien avant que l’on parle d’Escrime Ludique voudraient voir leur expertise reconnue et/ou pouvoir se dégager un revenu au travers de leur passion. Ce besoin de professionnalisme a également été fortement remonté par des personnes voulant ouvrir des cours d’Escrime Ludique dans les prochaines années. ==> À long terme (5 à 10 ans), les fédérations de GN et d’Escrime souhaitent créer un diplôme d’Etat lié à cette activité. C’est un chantier qui s’annonce ardu.
  • Le dernier besoin à remonter, c’est le nôtre. Il nous faut rassembler une équipe de référents, la plus éclectique possible, pour mener à bien toutes les actions ci-dessus et soutenir la communauté GNistique sur ce sujet. ==> Les membres de la CNM cherchent à rencontrer et  détecter les personnes ayant un bon niveau technique et/ou le bon état d’esprit pour leur proposer de former l’équipe Escrime Ludique. Nous invitons toutes les personnes intéressées à venir sur les évènements d’Escrime Ludique pour nous aborder.

Les limites

Il y a des limites que la CNM, les fédérations qu’elle représente et l’activité « Escrime Ludique » se doivent de ne pas franchir. Les voici :

  • Ne pas favoriser une technique : Plusieurs écoles techniques issues des arts martiaux (Kung FU, Kendo, Bâton de combat, Kali escrima, AMHE…), du spectacle (Escrime artistique…) et du sport (sabre, canne sportive…) sont applicable au GN moyennant quelques aménagements. De plus, des systèmes de combat de GN à part entière sont nés ces dernières années (Riddle of Steel…). À aucun moment l’Escrime Ludique n’aura vocation à favoriser l’une d’entre elles. Bien au contraire, préserver la diversité des techniques est une de nos priorités.
  • Ne pas favoriser un parti pris : Comme déjà expliqué, il existe différents partis pris sur le combat en GN. Certains le voudraient compétitif, d’autres réaliste, d’autre encore esthétique… On peut même imaginer l’émergence de nouvelles façons d’appréhender le combat comme par exemple une version très introspective, centré sur ce que ressentent les combattants… L’Escrime Ludique devra rester neutre face à ces tendances et préparer ces participants à toutes ces éventualités.
  • Ne pas favoriser de système de règles : Encore une fois, c’est le joueur qui doit s’adapter aux règles d’un GN, pas l’inverse. Pareil pour le TrollBall.
  • Ne pas laisser dériver la sécurité : Ça c’est la règle des règles, l’exception à toutes les règles. Les assurances de GN coûtent peu cher parce que le taux d’accident au sein de l’activité est très faible. Et les choses doivent en rester là. À chaque fois qu’une pratique, un matériel, ou quoi que ce soit d’autre se révèlera dangereux, l’Escrime Ludique se devra de le signaler à la communauté GNistique. Souhaitons que ce cas de figure se pose le moins possible.

 

Conclusion

L’escrime ludique est en train de se mettre en place doucement, trop peut être, mais sûrement. Le partenariat entre la FFE et la FédéGN a déjà porté ses premiers fruits. Et beaucoup d’autres sont à venir. Je viens de dresser le portrait de l’état cette activité en Juillet 2017, mais il est certain que la CNM devra se tenir prête à évoluer avec son temps, et qu’elle sera sans doute obligée d’adapter sa méthode et son discours dans les années qui viennent car le GN évolue, et les GNistes avec.
Dans tous les cas, le maître principe de l’activité sera toujours de favoriser le plaisir du “jouer  ensemble”.
J’espère vous avoir convaincu que l’Escrime Ludique n’est définitivement pas un projet de domination du monde, et encore moins du combat en GN. Et je reviendrai, tel le T800, vous en parler dans quelques mois, pour vous tenir au courant des derniers développements.

The following two tabs change content below.

Frédéric Playa

Derniers articles parFrédéric Playa (voir tous)

Une réaction à Dis papa, c’est quoi l’escrime ludique ?

  1. Voilà un article clair qui résume de manière magistrale les débats autour de l’Escrime Ludique.

    Merci à Frédéric, membre de la Commission Mixte Nationale (organe qui préside au partenariat entre FédéGN et Fédération Française d’Escrime) de cette originale synthèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *